Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
motspourmots.fr

La ballade de Rikers Island - Régis Jauffret

19 Février 2014 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

La ballade de Rikers Island - Régis Jauffret

En fait, je ne pensais pas lire ce livre. Un a priori négatif lié au sujet lui-même. Encore DSK ! Après l’overdose médiatique autour de cette sordide histoire, que pouvait-il bien rester à dire autour de ce fait divers ? Et surtout, n'est ce pas un peu trop tôt, alors que le temps n'a pas suffisamment fait son œuvre ni permis le recul indispensable pour digérer la masse de commentaires (vrais ou faux) qui a envahi nos cerveaux. Ceci dit, le livre existe, plutôt bien accueilli par la critique. Je me suis donc lancée dans sa lecture avec inquiétude mais curiosité, ne demandant qu’à être surprise. Ce ne serait pas la première fois qu’un auteur arriverait à renverser mon appréciation en sa faveur…

Mais le miracle n’a pas eu lieu. Une sensation de malaise m’a saisie dès les premières pages et ne m’a plus quittée. Peut-être parce que le fait de mettre des visages parfaitement identifiés sur chacun des personnages met le lecteur en position de voyeur ? Peut-être parce que l'intimité à laquelle nous convie l'auteur en se glissant dans la tête de chacun des protagonistes est doublement violée, car inventée (imaginée) et présentée au grand jour comme la vérité. Même si le lecteur est conscient de lire un roman, difficile de dissocier ce qu'il lit de ce qu'il sait des différents protagonistes.

On est dans le sordide jusqu’au cou avec l’impression de retrouver, en à peine un peu plus romancé, le contenu de la presse de l’époque. Rien de nouveau donc. L’auteur alterne les angles en faisant le récit de scènes qu'il imagine s'être produites et en donne sa version . A ce régime, aucun des protagonistes ne sort indemne, aucun n'inspire la compassion. L'auteur se met lui-même en scène à travers le narrateur, un écrivain enquêtant sur l’affaire dans le but d’écrire un livre. Mais le récit du voyage en Afrique sur les traces de Nafissatou est d’un ennui terrible, autant que les passages d’enquête ou plutôt d’errance new-yorkais. Le style est volontairement sec, parfois cru, certainement pour contribuer à l’ambiance glauque qui s’installe au fil des pages (exercice parfaitement réussi du coup !).

Bref, une lecture si ennuyeuse qu’une fois l’ouvrage refermé, je me suis demandée à quoi pouvait bien servir un tel livre.

"La ballade de Rikers Island" - Régis Jauffret - Seuil - 425 pages

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article