Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Jamais les papillons ne voyagent - Régis Franc

24 Avril 2014 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Nouvelles

Jamais les papillons ne voyagent - Régis Franc

Quelle jolie découverte ! Ces vingt nouvelles se lisent avec un plaisir égal, que l’histoire se déroule à Paris, Londres, Hollywood ou en Asie… Entre autres. Des scènes ancrées dans la réalité mais qui bénéficient de la fine patte de l’auteur, faite de décalage et d’une légère ironie dont il ne se départit jamais, même lorsque l’émotion prend le dessus (« Sans doute, pourquoi j’écris », un texte autobiographique ?).

Régis Franc parvient, en quelques pages seulement à tisser des décors que l’on a l’impression d’avoir devant les yeux, et à y faire évoluer des personnages plus vrais que nature, de la bourgeoise quinquagénaire qui promène le vide de sa vie au bout du monde à la petite provinciale prise au piège du Paris décadent, en passant par le couple adultère au destin tragique ou par les adolescents en pleine construction (mue ?) ou encore cet écrivain célèbre à la fin aussi tragique que comique. A chaque fois, ça marche !

"Il mourut un soir au restaurant, trempant d'un seul coup de tête son nez magnifique dans la soupe de palourdes safranée qu'il venait de commencer. C'est ce qu'on m'a rapporté. Il emporta donc dans l'au-delà, et dans la narine, cette senteur d'épice. Fin cruelle, pour cet homme civilisé qui n'aimait rien tant que les parfums de Paris."

J’ai particulièrement apprécié la nouvelle titre « Jamais les papillons ne voyagent », très joli épisode d’apprentissage qui fera écho à nombre de souvenirs chez ses lecteurs, mais également la délicieuse ironie de « Dans la rue Paul-Louis Courrier à Narbonne » qui incite à se méfier des couleurs…Mais j’avoue que le recueil offre une belle unité, il est donc difficile de sortir un texte du lot en particulier.

Il plane une douce mélancolie sur les histoires de Régis Franc comme un regret d’époques révolues, d’occasions manquées, de vies quelque peu gâchées. C’est un magnifique peintre de l’âme, observateur des petits travers de l’existence et surtout magicien capable, d’après une matière des plus banales, de faire naître les sourires sur les lèvres de son lecteur, conquis. Une vraie réussite.

"Jamais les papillons ne voyagent" - Régis Franc - Fayard - 176 pages

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article