Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
motspourmots.fr

Caprice de la reine - Jean Echenoz

2 Mai 2014 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Nouvelles

Caprice de la reine - Jean Echenoz

Sept récits. Sept petites merveilles dans l'art de la description. Sept voyages dans le temps et l'espace, comme autant de rêveries qui s'avéreraient plus réelles que le réel. Le seul reproche à faire à Jean Echenoz c'est que le haut niveau de concision qu'il atteint (sans rien ôter à la précision) laisserait presque le lecteur sur sa faim, peu enclin à refermer (déjà) le mince volume, réclamant un bis, encore un petit texte, pour la route...

En six pages, le temps d'une soirée dans un manoir du Suffolk, la vie de l'amiral Nelson est retracée, racontée sans que rien d'essentiel ne manque. "Il a l'air fatigué, se dit-on, mais qu'il est beau, pensent-elles". Les batailles, les blessures, les goûts, les manies et bien sûr, la mort. Depuis les glands plantés dès que l'occasion de présente afin de reboiser et de préparer la construction des futures flottes jusqu'aux planches de chêne qui protégeront son cadavre. Plus loin, Echenoz nous emmène sur les traces d'Hérodote découvrant Babylone et s'attachant à la décrire. Il exagère nous dit l'auteur qui, avec humour, confronte le récit d'Hérodote à l'aune de siècles de connaissances historiques et s'émeut du manque de précision de certaines de ses descriptions. Un petit bijou. Citons encore l'histoire de Gluck, l'ingénieur des Ponts et Chaussées, qui a passé sa vie à construire des ponts et parcourt à présent le monde pour recenser et étudier chaque ouvrage en vue de les raconter au sein d'un "Abrégé général de l'histoire des ponts"... Et voilà le lecteur plongé dans les ponts jusqu'au cou, genèse, progrès technologiques, nouveaux matériaux, nouvelles formes, rien ne manque. Ni la chute. Et puis, le dernier récit, "Trois sandwichs au Bourget", dans lequel le narrateur relate ses excursions dans cette ville après qu'il eut été saisi d'une soudaine envie d'aller manger un sandwich au Bourget... Talent de l'observation et de la narration. Il faut vraiment être doué pour faire de ce non événement dans un non lieu, plus qu'une tranche de vie, une aventure humaine.

"Gare du Nord, je me suis égaré un moment dans les accès au RER B : il n'est pas dans mes habitudes de me rendre au Bourget, c'était en vérité la première fois que je tentais de m'y rendre, pour des raisons trop longues à expliquer. Je n'y étais donc jamais allé. Je n'y connaissais personne. Je n'avais rien à y voir. Quelques escalators en panne m'ont contrarié mais j'ai fini par repérer l'entrée du réseau, puis avisé un distributeur automatique de billets. J'ai retiré de cette machine un ticket aller-retour (je n'avais pas non plus l'intention de m'éterniser au Bourget) en profitant de la réduction permise par une carte senior que je ne me suis pas privé de faire valoir."

"Caprice de la reine" - Jean Echenoz - Les Éditions de Minuit - 122 pages

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article