Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Constellation - Adrien Bosc

8 Septembre 2014 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

Constellation - Adrien Bosc

Croyez-vous au destin ? Au hasard ? A chaque fois qu'une catastrophe se produit quelque part dans le monde, parallèlement à l'événement, les petites histoires passionnent. Les concours de circonstance, les enchaînements de petits faits insignifiants qui, mis bout à bout se révèlent impitoyables... Dans "Constellation", Adrien Bosc s'attache à dénouer les fils du destin.

Au delà du drame lui-même, en l'occurrence le crash du nouveau fleuron d'Air France, baptisé Constellation, le 27 octobre 1949, l'auteur s'intéresse aux quarante-huit personnes présentes ce jour-là dans l'avion. Le grand public n'a retenu qu'un seul nom, celui de Marcel Cerdan, en route pour New York où il devait combattre quelques semaines plus tard et surtout retrouver Edith Piaf, en pleine tournée américaine. Non, plutôt deux noms car la grande violoniste Ginette Neveu était également à bord. A trente ans à peine, elle était déjà mondialement connue depuis sa première apparition sur scène à douze ans. Ce sont donc deux monstres sacrés qui ont trouvé la mort ce jour-là... Comment ? Pourquoi ? Adrien Bosc retrace leurs parcours respectifs. Cerdan aurait dû prendre un bateau un peu plus tard mais Piaf était trop impatiente... Il a donc sauvé la vie de trois passagers restés au sol lorsqu'il a fait valoir son droit de priorité auprès de la compagnie. Ginette Neveu devait voyager en compagnie d'un jeune apprenti luthier déterminé à la suivre pendant sa série de concerts aux Etats-Unis afin de mieux comprendre son jeu et s'occuper de ses instruments. Au dernier moment, elle lui a demandé de la rejoindre plus tard... Encore une vie sauvée.

Et les autres passagers ? Les onze membres d'équipage ? L'auteur les fait revivre eux-aussi, rappelant ainsi qu'ils étaient des femmes et des hommes, avec des histoires, des passés et des projets d'avenir. Certains partaient à l'aventure, d'autres à la reconquête de leur épouse, d'autres encore pour régler des affaires, solder une partie de vie avant d'en commencer une autre. Certains se trouvaient là par "chance", d'autres par nécessité. Il y avait des bergers basques, une bobineuse alsacienne, l'inventeur des produits dérivés Disney, un journaliste canadien, des pilotes héros de guerre... Des êtres humains qui vivaient et qui aimaient. Adrien Bosc cherche ce qui les a réunis ce jour, creuse les circonstances, les envies et les contraintes... En parallèle, il suit l'enquête diligentée par la compagnie et les états concernés (l'avion s'est abîmé sur une petite île des Açores) : quel enchaînement de faits pour en arriver là ?

Coïncidences ? Par le jeu des dates, l'auteur parvient à relier les êtres et les moments de façon aussi troublante que poétique sans jamais cesser de se demander s'il est possible que tout soit écrit d'avance... Qui n'aimerait pas le savoir ?

Un très bon moment de lecture, intéressant et assez surprenant dans son contenu qui mêle à l'enquête et à la reconstitution autour des passagers, aussi bien des réflexions sur les "hasards objectifs" que des références poétiques. Je comprends pourquoi il figure dans la première sélection du Goncourt... Nous verrons si tel était son destin.

"Constellation" - Adrien Bosc - Stock - 193 pages

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Laeti 10/12/2014 15:28

Il m'intéresse beaucoup.... mais n'a-t-on pas trop l'impression de lire une enquête ou un récit?

nicoleG 10/12/2014 16:02

Il est vrai que le style est assez journalistique et que ce livre est le fruit d'enquêtes fouillées qui permettent de s'appuyer sur des faits réels et avérés. Mais c'est bien un roman dans le sens où l'auteur n'hésite pas à prendre des options et à insérer ses propres digressions.

nicoleG 10/12/2014 16:02

Il est vrai que le style est assez journalistique et que ce livre est le fruit d'enquêtes fouillées qui permettent de s'appuyer sur des faits réels et avérés. Mais c'est bien un roman dans le sens où l'auteur n'hésite pas à prendre des options et à insérer ses propres digressions.