Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
motspourmots.fr

Un été - Vincent Almendros

30 Janvier 2015 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

Un été - Vincent Almendros

Chaleur et sensualité pour ce huis-clos à bord d'un voilier, parfait pour oublier quelques heures le froid qui pince la peau et la pluie qui tape contre les carreaux. Bonne idée que de sortir ce petit roman plein de soleil et de parfum de peau salée pour la rentrée d'hiver, comme un coin de ciel bleu. Écriture fluide, tension qui monte progressivement... En moins de 100 pages, Vincent Almendros nous propose une savoureuse tranche de vie.

Ils sont quatre. Pierre, le narrateur, sa jeune petite amie Lone, son frère Jean et la femme de ce dernier, Jeanne. Dès le début, le narrateur prévient. Cette croisière est une drôle d'idée qui le met mal à l'aise. Pourtant, il répond à l'invitation de son frère et ils embarquent sur son voilier dans le port de Naples. La baie, Capri, la mer sur fond de Vésuve... Le soleil brûle les peaux. La promiscuité décuple les sensations. Il y a des échanges de chapeaux et de casquettes, lourds de signification. Très vite, on comprend que Jeanne a été un enjeu entre les deux frères. Très vite, on attend le choc, l'inévitable. Les méduses rôdent, l'orage menace. Le suspense grandit.

Vincent Almendros écrit à merveille les sentiments réfrénés, les non-dits, les faux-semblants. Tout ceci ressemble à un jeu mais lequel ? Qui manipule qui et pourquoi ? Lone semble percevoir beaucoup plus de choses que son compagnon au point de se sentir rapidement hors-jeu. Mais pour le lecteur, la surprise reste entière jusqu'à la toute dernière page.

Embarquez pour cette mini croisière italienne et laissez-vous porter par la houle des phrases et le clapotis des mots qui trottent dans les têtes des protagonistes. Précision et musicalité font de ce roman une bien agréable lecture.

"Un été" - Vincent Almendros" - Les Editions de Minuit - 95 pages

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Nicole Giroud 02/02/2015 17:38

Moins de cent pages... cela m'évoque des souvenirs: aurait-on demandé à l'auteur de tailler dans son texte pour aboutir à ce formant?