Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
motspourmots.fr

Epicure en Corrèze - Marcel Conche

4 Février 2015 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Récits

Epicure en Corrèze - Marcel Conche

Une petite halte philosophique, pourquoi pas ? Depuis ma lecture du très bon livre d'Irvin Yalom, "Le problème Spinoza", j'avais envie de me replonger dans l'univers des grands philosophes... Le livre de Marcel Conche est parfait : pas de grands mots ni de grands discours, pas de théorisation à outrance. Mais le récit d'un parcours personnel, d'une vie vouée à la réflexion philosophique et des éclairages qui peuvent permettre de répondre à certaines questions que tout le monde se pose.

Pour Marcel Conche, la réflexion philosophique débute dès l'âge de six ans, lorsqu'il décide de s'aventurer jusqu'au grand tournant de la route qui passe devant sa maison pour voir si "le monde continuait après" ; habile façon de ré-écrire la légende ou tout simplement de revisiter toute sa vie sous l'angle de la philosophie. Cette maison familiale dans un petit village de Corrèze, c'est là que tout a commencé et c'est aussi là qu'il a décidé de finir sa vie, au plus près de la nature qui tient une place centrale dans sa réflexion, sous l'influence d’Épicure et de Spinoza.

Sous sa plume défilent les épisodes clé de sa vie, son enfance "de paysan", son adolescence pendant l'occupation et sa farouche résolution de ne pas s'engager pour ne pas se détourner de son travail d'apprentissage et de réflexion, son mariage avec l'une de ses professeurs, de quinze ans son aînée. Mais surtout, il tente d'éclairer chacune de ces étapes à l'aune de ses découvertes et de ses cheminements auprès des grands philosophes. Le jour où il a su avec certitude que Dieu ne pouvait pas exister, par exemple. Question éminemment centrale que celle de l'existence de Dieu qui détermine ensuite tout ce qui a trait au sens de la vie : "L'humanité tout entière se partage aussi entre ceux qui croient aux droits de l'homme et ceux qui invoquent le droit de Dieu... sans reconnaître que ce "droit de Dieu" a été énoncé par les hommes". Sa conception de l'amitié, du mariage aussi, de la relation à l'autre, via le prisme philosophique, sa volonté de conserver sa singularité dans un monde où l'on tend vers "le général". Tout ceci nous offre quelques pages vraiment passionnantes d'autant plus que le discours est limpide.

On pourra en retenir quelques sages paroles venues des temps anciens mais Ô combien utiles en ces temps d'accélération et d'uniformisation, de course effrénée à la consommation, au pouvoir ou aux honneurs. Ralentir, nous disait déjà Epicure. Aspirer au bonheur, bien plus qu'à tout autre chose. Satisfaire ses besoins essentiels sans constamment s'en créer d'autres totalement inutiles. Dommage que cette sagesse fasse figure d'utopie tant elle semble en dehors des réalités quotidiennes et du monde tel qu'il avance autour de nous.

Rien n'empêche de s'en inspirer. En tout cas de s'en nourrir.

"Épicure en Corrèze" - Marcel Conche - Stock - 154 pages

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article