Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
motspourmots.fr

La femme aux fleurs de papier - Donato Carrisi

7 Février 2015 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

La femme aux fleurs de papier - Donato Carrisi

Surprise... Je m'attendais à un polar, dans la lignée de l'excellent "Le chuchoteur" qui m'avait fait trembler quelques heures. Et bien pas du tout. Donato Carrisi marche ici dans les traces de son compatriote Alessandro Baricco en s'essayant à raconter une histoire d'un autre temps, entre conte et légende. De celles qu'on s'imagine très bien écouter, silencieux, au coin d'un feu crépitant, suspendu aux lèvres du narrateur.

La légende de départ, c'est celle de cet homme mystérieux sur le pont du Titanic en train de sombrer. Plutôt que de se ruer avec les autres vers les canots de sauvetage, il se contenta de monter sur le pont et d'attendre la mort en fumant un cigare. Qui était-il ? Le mystère s'épaissit encore lorsqu'on découvrit que l'homme sensé être à bord n'avait en fait jamais embarqué puisqu'il était mort deux jours avant l'appareillage... En 1916, quatre ans après, jour pour jour, italiens et autrichiens s'affrontent dans les tranchées du mont Fumo. Jacob Roumann, un médecin autrichien est chargé de faire parler un prisonnier italien et de découvrir son identité. Mais celui-ci semble avoir beaucoup à raconter et en particulier sur l'homme qui fumait sur le Titanic.

A partir de là, Donato Carrisi entraîne son lecteur à la suite de personnages romanesques à souhait dans des pays où les montagnes chantent, où savoir raconter des histoires peut vous ouvrir toutes les portes et où seul l'amour régit tout. Qui est Guzman ? Qui est cet homme qui rêve de baptiser une montagne ? Fasciné, Jacob Roumann n'a de cesse de connaître la vérité alors que les propos de l'italien trouvent une étrange résonance avec sa propre vie.

On a l'impression que l'auteur a voulu s'accorder une petite pause, comme un temps de respiration pour sortir de l'atmosphère pesante de ses romans noirs. Ici, le mystère est beaucoup plus léger... et également beaucoup plus vite résolu. Tout ceci n'est pas désagréable, assez léger, aussi vaporeux qu'un nuage de fumée de cigarette.

Après tout, pourquoi serait-il interdit de retomber en enfance, de retrouver ce plaisir de se laisser mener en bateau par un conteur talentueux ?

"La femme aux fleurs de papier" - Donato Carrisi - Calmann-lévy - 215 pages (traduit de l'italien par Anaïs Bokobza)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

marie 22/05/2017 18:21

Effectivement, tout comme moi, tu as été sensible à sa langue de conteur ... Les grands esprits se rencontrent !

Nicole Grundlinger 22/05/2017 19:34

Et cette évocation a permis de me le remettre en tête :-)