Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

L'île du serment - Peter May

19 Mars 2015 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Polars, #Coups de coeur

L'île du serment - Peter May

Superbe ! Après l'envoutante "Trilogie écossaise", Peter May creuse le sillon insulaire et offre un voyage captivant entre Écosse et Canada, des Hébrides extérieures aux Iles de la Madeleine, entre XIXème et XXI ème siècles. Où l'on apprend comment certains habitants des Highlands furent chassés par les seigneurs propriétaires terriens et entassés dans des bateaux en direction d'un Canada aux vastes étendues vierges. Où l'on comprend comment s'est constitué ce pays à coup de vagues d'immigrants fuyant les famines, contraints ou forcés, Écossais, Irlandais ou Français, à l'origine de la configuration actuelle et du bilinguisme. Où l'on voit que même en 1850, savoir parler anglais pouvait ouvrir des portes...

Le Sime Mackenzie de "L'île aux serments" n'a rien à envier au Finn McLeod de la trilogie. Tourmenté, déprimé, insomniaque depuis l'échec de son mariage, il tente de faire bonne figure et d'assumer ses responsabilités d'enquêteur malgré la fatigue qui l'accable. Pas facile lorsqu'on rencontre son ex, responsable de l'équipe médico-légale à chaque coin de l'immeuble qui abrite les équipes de la police criminelle de Montréal. C'est dans cet état d'esprit qu'il embarque avec ses collèges (et son ex) à destination de l'île d'Entrée, dans l'archipel de la Madeleine à l'est du Canada. Une toute petite île, en cours de dépeuplement, où seules une centaine de familles pour la plupart d'origine écossaise vivent encore et ne parlent qu'anglais. Et c'est bien la première fois qu'un meurtre est commis sur ce territoire. Pas n'importe lequel : James Cowell était l'un des plus importants hommes d'affaires du coin, enrichi grâce à l'activité principale de la région, le homard. L'homme a été poignardé à mort, en pleine nuit et tous les soupçons se tournent naturellement vers sa femme.

Lorsqu'il se retrouve face à Kirsty Cowell, Sime est foudroyé par l'impression de la connaître, ce qui semble impossible puisqu'elle n'a jamais quitté l'île. Partagé entre l'envie d'en savoir plus sur elle et la contrainte de mener à bien son enquête, il est de nouveau troublé par la découverte d'un médaillon appartenant à Kirsty et dont la matière et le motif sont en tous points identiques à ceux de sa chevalière. Ses nuits d'insomnies sont bientôt peuplées d'images lointaines, réminiscences des histoires que lui racontait sa grand-mère, qu'elle puisait de son côté dans les carnets laissés par un ancêtre. Et si le passé permettait d'expliquer le présent ? Pour Sime, c'est l'occasion d'une exploration dans l'histoire de sa famille et l'opportunité de découvrir ce qui le relie à Kirsty. Mais ce sera aussi un voyage salutaire vers sa propre connaissance de lui-même.

Par un savant parallèle entre les deux périodes, Peter May bâtit un roman fascinant et haletant. Mêlant habilement passé et présent, il offre également une habile réflexion sur ce qui construit un être humain, sur la manière dont il est façonné par les traces de ceux qui lui ont ouvert la voie. On saluera encore l'efficacité de l'inclusion romanesque sur les bases d'un volet historique solide et très intéressant, le bonheur de retrouver l'ambiance et le climat de la Trilogie (vent, pluie, tempêtes, vrais ciels chargés et agités... On a l'impression de sentir les éléments sur soi tout au long de la lecture.), la densité et la puissance de l'ensemble.

Franchement, moi, j'en redemande !

"L'île du serment" - Peter May - Rouergue noir - 423 pages (traduit de l'anglais par Jean-René Dastugue)

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article