Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
motspourmots.fr

Jugan - Jérôme Leroy

5 Décembre 2015 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

Jugan - Jérôme Leroy

Décidément, la révolution, l'engagement, le combat pour ses idéaux sont des thèmes qui inspirent la rentrée littéraire. Si Ah ! Ca ira... de Denis Lachaud donne à entrevoir les prémices d'un espoir d'amélioration du monde par la prise de conscience du peuple, le tableau que dépeint Jérôme Leroy avec ce Jugan est plein de noirceur, de sang et de fureur. D'une beauté violente d'où naît une sorte de fascination, comme celle qu'exerce le héros monstrueux du livre sur une innocente jeune fille.

Pas d'anticipation ici, pas de regard sur l'avenir mais un retour sur le passé qui hante le narrateur. Dix ans auparavant, il a été le témoin passif d'une série d'événements atroces au sujet desquels il n'a pas encore réuni tous les éléments susceptibles de lui apporter une forme de compréhension. Régulièrement, il rêve. Régulièrement, il refuse d'aller au bout de ses rêves aux relents toxiques. Cet été pourtant, au soleil de Paros, il laisse ses pensées suivre leur cours, dévoilant progressivement au lecteur les bribes de son histoire. Terrible contraste entre la lumière de l'île grecque, tout en blancs et en bleus et la noirceur du récit qui révèle peu à peu la monstruosité de Jugan. Joël Jugan. L'ancien chef du groupe d'extrême gauche Action Rouge, rendu célèbre dans les années 80 pour ses enlèvements et assassinats de patrons coupables de fermer leurs usines et de jeter des centaines de travailleurs au chômage. Joël Jugan, revenu à Noirbourg, sa ville natale du Cotentin après avoir purgé une peine de 18 ans de prison. C'est là que le narrateur, alors professeur de collège débutant a fait sa connaissance ainsi que celle de Clotilde, ancienne camarade de Jugan reconvertie dans l'enseignement. Jugan, l'ancien beau gosse, fils de notable comme la plupart des membres du groupe est devenu un monstre. Défiguré mais tout aussi hideux à l'intérieur. Comment ? Pourquoi ? Un soir, Clotilde racontera... Mais cela ne suffira pas à éviter le drame qui se prépare. Car Jugan a déjà repéré sa future proie.

Avec une belle maîtrise, Jérôme Leroy déroule les éléments qui mènent au désastre et agitent rétrospectivement le sommeil de son narrateur. Le lecteur est entraîné dans un tourbillon où se mêlent le noir, le rouge et le caraco orange d'une gitane. Où se pose la question de l'engagement et de ses motivations. Jusqu'où aller ? Quel genre de personne devient-on après ? Peut-on laisser le passé derrière soi ? Que vaut-il mieux ? Une Clotilde aigrie par le regret d'avoir refusé la lutte armée 20 ans plus tôt et suspendue à l'espoir que Jugan remette ça pour lui offrir une seconde chance ? Des anciens membres rentrés sagement dans le rang et les convenances d'une certaine bourgeoisie de province ? Un Jugan, autrefois réputé pour son courage qui préfère désormais se défouler sur une jeune fille sans défense ? Tout ceci laisse un terrible arrière-goût de gâchis, une sensation de malaise et de culpabilité que le narrateur transmet au lecteur.

Cependant, le texte est beau. Très visuel. Comme un tableau contemporain, des grands jets de peinture qui se bousculent et se heurtent sur la toile. Il dégage une force intense et vénéneuse qui scotche le lecteur au récit. J'ai vu après avoir refermé le livre qu'il fallait le rapprocher de celui de Barbey D'Aurevilly, L'ensorcelée dont un extrait figure en exergue et que malheureusement, je n'ai pas lu. Il n'est donc pas inintéressant de se référer à ce billet paru dans Liberation qui apporte quelques clés et une vision différente de celle de la lectrice totalement vierge de référence que j'étais.

Une vraie découverte, de celles qui ne peuvent laisser indifférent. C'est tout le talent de l'écrivain que d'arriver à faire de cette violence monstrueuse, une véritable œuvre d'art et une matière à réflexion.

"Jugan" - Jérôme Leroy - La table ronde - 215 pages

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article