Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
motspourmots.fr

La femme qui avait perdu son âme - Bob Shacochis

29 Janvier 2016 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

La femme qui avait perdu son âme - Bob Shacochis

Il paraît que Bob Shacochis a mis dix ans pour écrire ce sacré roman, seulement le second né de sa plume, un pavé, un vrai. Il serait donc une sorte de version masculine et guerrière de Donna Tartt qui aurait décidé de revisiter John Le Carré tout en lui insufflant une force rarement rencontrée. La femme qui avait perdu son âme est à la fois un roman d'espionnage, un roman d'amour, un roman de guerre et une formidable analyse de la seconde moitié du XXème siècle à travers les nombreux conflits qui n'ont cessé de le secouer.

A tous ceux qui s'apprêtent à le lire (et il le mérite), je recommande de prévoir du temps car le propos est dense et parfois un peu compliqué dans les méandres des coulisses de la géopolitique, lorsqu'il s'agit de démêler les intérêts des différentes forces en présence. Mais alors, quelle maîtrise !

Hors de question de résumer l'intrigue au risque de simplement effleurer le sujet. Sachez qu'un incroyable personnage de femme domine le récit, celle qui dit justement avoir perdu son âme. Pour les uns elle se nomme Jackie Scott, d'autres la connaissent sous le nom de Renee Gardner mais elle est aussi Dottie Chambers ou Dorothy Kovacevic. Au début du livre, elle est retrouvée morte sur le bord d'une route en Haïti, ce qui déclenche une enquête de la part de plusieurs personnes qui l'ont côtoyée sans jamais percer son mystère. Le lecteur sera donc transporté sur les traces de l'avocat des droits de l'homme Tom Harrington qui tente de remonter sa trace en Haïti. Mais également aux côtés d'Eville Burnette, membre des forces spéciales américaines habitué à obéir aux ordres sans être vraiment dupe de la façon dont on le manipule à son insu. Sans trop avoir le temps de reprendre son souffle, le lecteur se retrouvera soudain 40 ans en arrière en Yougoslavie, au lendemain de la seconde guerre mondiale, terrain de toutes les violences au croisement des guerres ethniques, de la lutte contre le communisme et des velléités d'indépendance du peuple croate. Là où Stjepan Kovacevic a passé son enfance, témoin des pires atrocités. Né aux Etats-Unis, il a fui la Yougoslavie avec sa mère et est devenu Steven Chambers, éminent diplomate américain et membre d'une agence de sécurité gouvernementale. Impossible de comprendre le parcours de Dottie sans connaître l'histoire de son père, les années d'enfance passées dans maints pays au rythme des affectations de Steven Chambers et la relation beaucoup trop intense qui les unit. L'auteur nous offre une incroyable remontée dans le temps, l'année des dix-sept ans de Dottie alors installée à Istanbul et nous permet de découvrir un extraordinaire melting-pot communautaire où percent déjà les germes des futurs conflits "au nom d'une religion".

Peu à peu se dévoile le personnage fascinant de Dottie, façonné par son père depuis son plus jeune âge et presque incapable de retrouver sa vraie personnalité au milieu de toutes celles qu'elle endosse pour ses missions. "Dans une fulguration de pure clarté, elle comprit aussi que sa vie entière - sa pluralité, le défi de ses improvisations élémentaires, toute cette collection de lieux d'habitation, d'endroits et d'amis, les langues qu'elle apprenait volontiers pour atténuer son caractère étranger - avait été conçue pour faire d'elle une sorte de caméléon professionnel, et elle se résolut au fait qu'elle était destinée à vivre de cette façon, comme une actrice dans un théâtre sans murs, ni limites, ni public". Une femme qui fascine tous les hommes qu'elle croise sur son chemin, mais qui, dans son habitude à travestir la vérité a peu de chance de faire une vraie rencontre. Jusqu'à ce que...

On sort de ce livre un peu sonné par la performance. Atterré par cette propension des nations (et l'Amérique n'est pas épargnée) à vouloir demeurer en guerre, par le cynisme de ceux qui dirigent le monde en sous-main, agences gouvernementales et autres manipulateurs. Bluffé par la démonstration de l'auteur qui nous plonge au cœur des racines du mal, en Croatie, en Turquie et partout où s'affrontent des fanatismes en tous genres, capables de brandir une bannière de guerre sainte. Et enfin, touché par les personnages de Dottie et de Burnette, pauvres marionnettes dans la tourmente, tentant maladroitement de donner un sens à leur existence.

S'il n'y avait qu'un mot pour qualifier ce roman, je dirais: ébouriffant ! Certes, il faut parfois s'accrocher lors de certaines descriptions, mais l'ensemble, servi par une écriture quelque peu hallucinée (au moins autant que ses personnages) est captivant. Et l'envie d'assembler tous les morceaux du puzzle emporte tout sur son passage.

"La femme qui avait perdu son âme" - Bob Shacochis - Gallmeister - 793 pages (traduit de l'américain par François Happe)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

andré 26/02/2017 16:02

Je viens de terminer ce roman et j'ai également eu du mal à aller jusqu'au bout, ce qui m'arrive très rarement. J'ai été partagé entre la fascination pour des personnages qu'on pourrait croire sortis d'une autre planète et la complexité à mon avis inutile et préjudiciable des nombreuses intrigues.

Nicole Grundlinger 27/02/2017 15:20

C'est effectivement un livre très dense qui demande beaucoup de concentration mais le résultat final est assez magistral je trouve. Il reflète la complexité du monde dans lequel nous vivons et c'est en ce sens qu'il représente un témoignage extrêmement intéressant pour tenter d'en comprendre les enjeux.

dasola 04/07/2016 10:34

Bonjour, j'ai lu ce roman courant mai et j'avoue que j'ai eu du mal à le terminer. Je n'a pas été très intéressée par cette imbrications de plusieurs histoires. 780 pages, c'est long. Bonne journée.

Nicole Grundlinger 04/07/2016 15:50

Il est effectivement très dense et il faut parvenir à entrer dedans. Je peux concevoir que ce ne soit pas toujours facile. Mais petit à petit, le puzzle se dévoile et chaque morceau justifie sa place. Moi j'ai été très vite intriguée puis passionnée. Du coup, les 780 pages sont passées toutes seules...

Léa Touch Book 30/06/2016 20:10

Un roman passionnant !! :)

Nicole Grundlinger 01/07/2016 14:06

Oh oui ! Et c'est un plaisir de rencontrer une autre lectrice à l'avoir apprécié !

dasola 19/02/2016 11:18

Bonjour, je le note comme futur "pavé de l'été". J'ai lu par ailleurs beaucoup de bien à son propos. Bonne journée.

Nicole Grundlinger 19/02/2016 17:13

Excellente idée car il faut en effet prévoir un peu de temps et d'attention... Ce sera parfait pour les vacances !

Delphine-Olympe 29/01/2016 20:25

Mieux vaut garder ce genre de livre pour des vacances, au vu de l'épaisseur et de la densité du propos annoncée...

Nicole Grundlinger 29/01/2016 20:32

En effet, l'idée est de se sentir suffisamment libre, sans contrainte de temps pour bien en profiter.

clara 29/01/2016 15:57

près de 800 pages quand même ?!

Nicole Grundlinger 29/01/2016 16:08

Oui, c'est pour ça qu'il faut prévoir un peu de temps... Il a mis 10 ans à l'écrire, alors... Manquerait plus que ça se lise en 2 heures... ;-)