Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Avant j'étais juste immortel - Juliette Bouchet

28 Juillet 2016 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

Avant j'étais juste immortel - Juliette Bouchet

Peut-être parce que certaines de mes racines trouvent leur lit au pays de Dracula, les histoires de vampires m'ont toujours intriguée. Mais comme elles sont souvent traitées de façon gore ou grand guignolesque, je m'y intéresse peu. Jusqu'à ce livre dont une chronique d'une de mes consœurs blogueuses m'a mis l'eau à la bouche. Bien m'en a pris. Je me suis beaucoup amusée avec cette famille vraiment très spéciale confrontée aux maux de notre époque.

Parce qu'il n'est pas facile d'être un vampire au 21ème siècle. La préoccupation majeure de Raphaël est de parvenir à se nourrir correctement ce qui n'est pas une mince affaire. Avec toutes les saletés que nous ingurgitons et qui passent directement dans notre sang, il passe son temps à soigner ses indigestions. Tout en surveillant ses arrières puisque, dernier rejeton d'une célèbre lignée de vampire, il attise la jalousie des branches moins pures qui rêvent de l'éliminer. Ajoutons à cela un frère un peu simplet et totalement obsédé sexuel, des parents vieux de cinq cents ans et amoureux comme aux premiers jours, et puis la solitude pas toujours facile à assumer. Alors quand Sir Roberts, le vieux lord anglais propriétaire du manoir normand que squatte Raphaël décide de réinvestir sa propriété, le vampire s'empresse de le transformer et de s'en faire un compagnon de galère. Les deux compères rivalisent d'ingéniosité pour dénicher des nourritures satisfaisantes, n'hésitant pas à dévaliser les poches de sang des hôpitaux en cas de pénurie. Jusqu'à ce que Raphaël, encore puceau à 40 ans tombe raide dingue amoureux d'une femme médecin à la beauté renversante. Serait-il temps de perpétuer la lignée ? Pas si simple quand on est un vampire...

Il y a beaucoup d'humour dans ce roman, des situations finement cocasses et des personnages qui n'ont pas grand-chose à envier à la famille Adams. L'ensemble est très bien traité, les différentes situations sont bien exploitées, on marche à fond. Mais c'est aussi un prétexte pour observer nos mœurs avec un léger décalage qui permet une plus grande lucidité. Enfin, son sujet principal est quand même l'amour. Celui qui réjouit, fait battre les cœurs, gomme les différences et aplanit les obstacles. Celui qui régénère, guérit et ressuscite.

Comment supporter l'immortalité sans amour ?

Ce roman est un joli exercice de style, bien mené et revigorant. En cette période estivale, il a de quoi séduire les amateurs de siestes littéraires intelligentes mais ni tristes ni lourdes. De quoi vous mettre de bonne humeur et vous redonner confiance dans le pouvoir des sentiments (si ce n'est dans la qualité de votre alimentation).

"Avant j'étais juste immortel" - Juliette Bouchet - Robert Laffont - 196 pages

Petit clin d'oeil à Séverine dont la chronique m'a intriguée et à Charlotte pour la suite.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Delphine-Olympe 31/07/2016 18:10

Si ma PAL n'était pas déjà si énorme, je l'inscrirais bien à mon programme de lecture, car bien que je n'aime pas les vampire, je trouve ce traitement amusant. Mais quelque chose me dit que mes priorités vont m'emmener vers d'autres lectures...

Nicole Grundlinger 31/07/2016 18:20

Hé hé... je te comprends. Disons que c'est le genre de bouquin un peu plus léger sans pour autant être dénué d'intelligence, qui me permet de me ressourcer après avoir avalé trois ou quatre premiers romans sans intérêt (parce qu'il y en a dans le lot, même si on n'en parle pas). Merci les vampires ! ;-)

clara 29/07/2016 11:12

un livre qui n'est pas pour moi, je pense

Nicole Grundlinger 29/07/2016 17:27

Tu n'aimes pas les vampires ?

zazy 28/07/2016 15:32

Tiens, tiens... Comme toi je n'aime pas le gore, mais ton livre est à rapproché de celui de Joan Sfar, l'éternel.

Nicole Grundlinger 28/07/2016 17:09

En tout cas, finement mené il offre de quoi passer un bon moment.