Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Bellevue - Claire Berest

3 Août 2016 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

Bellevue - Claire Berest

S'il n'avait été écrit par une femme, on ne se priverait pas de qualifier ce roman de "couillu". Mais gardons-lui ses attributs féminins et parlons d'un roman osé, percutant, dérangeant. C'est ça la littérature aussi, ça bouscule, ça secoue, ça oblige à entrer dans un univers qui pouvait nous sembler très éloigné. La folie. Ce truc qui n'arrive qu'aux autres... Et surtout pas à une jeune femme de 30 ans qui donne toutes les apparences d'une vie équilibrée et satisfaisante. Et pourtant.

"Il n'y a plus de suite dans mes idées, il y a une succession d'idées comme des perles sans fil." Quelques jours après son anniversaire, Alma se réveille dans la chambre d'un établissement psychiatrique et tente de se remémorer les circonstances qui l'y ont conduite. Et d'abord le fameux jour de ses 30 ans et les détails infimes qui ont enclenché l'engrenage qui ne demandait qu'à s'emballer. Trois fois rien. Un compagnon qui n'a pas descendu la poubelle. Une crise de panique subite. L'envie de prendre l'air. Commencent alors pour Alma quelques jours d'errance dont elle semble ne rien maîtriser, le corps tributaire d'un esprit en roue libre, bien décidé à évacuer le trop plein d'émotions qui le contraint.

Si l'esprit d'Alma s'égare, ce n'est pas le cas de la plume de Claire Berest. Peu à peu, elle dessine le portrait d'une jeune femme de 30 ans à laquelle il est à la fois facile et effrayant de s'identifier tant elle parvient à montrer que ce basculement soudain pourrait tous nous concerner. Un léger manque de confiance en soi, une relation un peu compliquée au père, une sensation d'enfermement, ou encore celle de ne pas être en phase avec les autres... qui n'a jamais ressenti cela ? "Il me reste la force d'être absente".

L'auteure y va franchement, sans se cacher derrière son petit doigt. C'est parfois cru, souvent violent mais toujours convaincant. Car on ne perd jamais le fil qui nous relie à Alma, ses doutes sur sa vie de couple, sur sa vie professionnelle, sur le temps qui passe irrévocablement, et cette tentation de se laisser happer par une force qui la dépasse. C'est ce qui est aussi remarquable que terrifiant.

Un lecteur averti en vaut deux. Si vous n'aimez pas les coups de poings dans l'estomac ou les uppercuts qui vous laissent KO, passez votre chemin. Mais vous vous priverez d'une sacrée expérience littéraire, et ce serait dommage.

"Bellevue" - Claire Berest - Stock - 196 pages

Un roman qui n'a pas laissé Benoît indifférent, a captivé Joëlle et percuté Sabine.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
vous me rappelez que j'avais envie de le lire!
Répondre
N
Il est encore temps, heureusement :-)
Z
Ce que tu en dis me plait, je note ce livre
Répondre
N
Oui, c'est sûr.
Z
Il n'est pas à la bibli. Mais je vois qu'elle a écrit un documentaire sur la brigade des mineurs en région parisienne et la violence faite aux jeunes enfants. Déjà un sujet lourd
N
Et tu fais bien ;-). Disons qu'il vaut le détour...
J
Il ne pouvait que te plaire celui là ! Je partage ton avis sur les éditions Stock et sur moro sphinx !!!
Répondre
N
En septembre 2015 ils m'avaient aussi offert l'un de mes gros coups de coeur, dans un autre genre, La cache de Christophe Boltanski...
K
Je le note plutôt deux fois qu'une ! Je sujet m'attire particulièrement ! Merci pour ce partage !
Répondre
N
Bon. On va prendre des actions alors :-)
J
En effet La cache, un livre aussi que j'ai beaucoup aimé...
Sans oublier La veillée, Sorbonne plage...
N
Avec plaisir !
L
Rarement déçue par les romans des éditions Stock (et notamment cette collection), en voilà un de plus à ajouter à ma longue liste ! Merci pour cette découverte
Répondre
N
C'est vrai que ces derniers temps Stock m'a offert de belles lectures. Mais deux très très forts romans de la rentrée de janvier : celui-ci et Moro-sphinx de Julie Estève.
C
Tu enfonce le clou !
Répondre
N
Il faut dire que ça ne laisse pas indifférent :O