Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Rencontre avec Karine Tuil

25 Septembre 2016 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Rencontres-Salons

Rencontre avec Karine Tuil

Double plaisir ce matin. Celui d'écouter Karine Tuil parler de son roman, L'insouciance, l'un de mes coups de cœur de la rentrée littéraire et celui d'admirer le nouvel espace "causeries" de la librairie Le Divan dont les travaux de rénovation sont une totale réussite. Un bel endroit, même si on regrette le manque d'isolation qui fait se dérouler la rencontre au milieu du brouhaha des clients qui déambulent dans la librairie et des cris du marché voisin à chaque fois que s'ouvrent les portes (et elles s'ouvrent souvent, quelle joie de voir autant de monde dans une librairie !).

Mais peu importe. Se replonger dans la genèse de L'insouciance par la voix de son auteure fait rapidement oublier ces petits désagréments sonores. Disons que c'est un moyen sympathique de retrouver les héros qui m'ont fait vibrer pendant quelques jours et de comprendre pourquoi je suis tellement en phase avec la façon d'écrire de Karine Tuil. Une auteure qui considère le roman comme un lieu de débat, qui confirme que les propos sur la littérature qu'elle met dans la bouche de son héroïne, Marion Decker pourraient être les siens, qui avoue écrire pour tenter de mieux comprendre le monde et pour le questionner. Mais qui n'oublie jamais de "divertir" son lecteur en lui tricotant une intrigue qui le capte menée par des personnages forts.

Rencontre avec Karine Tuil

Si son travail de documentation et de recherche est énorme, c'est parce que l'auteure tient à s'inscrire au plus près des réalités sociales. A partir de ses obsessions, de ses peurs ou ses centres d'intérêts, les pièces du puzzle s'alignent peu à peu. Pour L'insouciance, ce fut d'abord l'intérêt pour la trajectoire d'un soldat, le syndrome de stress post-traumatique peu traité en France contrairement aux États Unis (un intérêt éveillé lors d'un drame survenu en Afghanistan en 2008). Et puis se sont greffés les différents personnages, au gré des interrogations qui lui tiennent à cœur comme la place des minorités dans les sphères de pouvoir ou la façon d'être enfermé dans une identité.

Pour Karine Tuil, qui est aussi une grande lectrice, la littérature est un lieu de consolation mais surtout un outil de construction de soi tant nous sommes influencés par les livres qui nous marquent et finissent par contribuer à façonner nos personnalités. Un livre doit nous transformer, nous interpeller... Avec L'insouciance, pas de problème, c'est réussi !

Et la suite ? Nous n'en saurons rien si ce n'est qu'elle empruntera encore et toujours au réel dans lequel elle trouve un matériau extraordinaire et qui lui permet d'assouvir son goût de plus en plus prononcé pour les rencontres liées à ses recherches (comme ici avec des conseillers politiques, des grands patrons et bien sûr des militaires).

Pour L'insouciance, l'immersion a duré trois ans et continue à présent lors d'un parcours chargé de promotion. Je lui souhaite de profiter à fond de ce moment, quelle que soit la décision finale des jurés Goncourt (il est sur la première liste, tout comme le précédent, L'invention de nos vies avait figuré parmi les quatre finalistes en 2013).

Et pour ceux qui n'auraient pas encore compris : L'insouciance est un grand roman, à lire absolument !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

zazy 26/09/2016 11:54

Quel meilleur endroit qu'une librairie pour rencontrer un auteur. J'aime ce que tu en dis. Ce livre m'attend à la bibli (enfin je crois)

Nicole Grundlinger 26/09/2016 14:54

En effet, Karine Tuil elle-même était touchée par cet environnement si valorisant pour la littérature. Bel écrin pour une auteure passionnante.

Noukette 26/09/2016 11:49

Toujours pas lu l'auteure, mais je pense la découvrir avec son roman précédent ;-)

Nicole Grundlinger 26/09/2016 15:02

Pourquoi pas ? Mais les 2 sont dans la même veine et tant qu'à faire, tu peux tout à fait commencer par celui-ci qui est nettenment plus abouti.

colas 26/09/2016 10:43

Pour moi la rencontre se fera demain soir à la LIBRAIRIE LAMARTINE....j'ai très envie d'entendre KARINE TUIL parlé de son roman et lui poser une ou deux questions si j'en ai l'opportunité !MYMY des cousines de lecture

Nicole Grundlinger 26/09/2016 14:52

Bonne rencontre alors, ce sera sûrement un beau moment.

Delphine-Olympe 25/09/2016 18:52

Oh là là, j'aurais tant aimé être là !
Malgré le brouhaha, ce devait être extra !

Nicole Grundlinger 26/09/2016 14:51

Oui, vraiment très bien car on est tout proche, cette idée de divan et de coin causerie aménagé est vraiment sympa. Quant à Karine Tuil, très accessible et généreuse dans son envie de partager. Tu auras peut-être une autre opportunité plus près de tes zones habituelles ;-) ?

claire jeanne 25/09/2016 17:27

Je vais bientôt recevoir le livre, puis j'irai la rencontrer grâce à Babelio ; j'ai hâte !

Nicole Grundlinger 25/09/2016 17:46

Génial ! Je suis très contente pour toi, d'une part pour ta lecture à venir et d'autre part pour la rencontre chez Gallimard qui est toujours un beau moment (j'ai eu la chance d'aller à 2 ou 3 rencontres dans leurs locaux déjà, c'est quand même un endroit mythique ;-) )