Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
motspourmots.fr

Sans oublier d'être heureux - Marie-Dominique Lelièvre

27 Octobre 2016 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Récits

Franchement, la vie de Claude Perdriel, ça vaut tous les romans ! Il y a les ingrédients, la personnalité de l'homme, ses réalisations, son engagement dans l'histoire du siècle à travers ses différentes entreprises... Et il y a la plume vitaminée de Marie-Dominique Lelièvre, guidée par un véritable amour, une grande admiration pour son sujet, mais également une réelle proximité (elle a travaillé en tant que journaliste au Matin de Paris qu'il a créé) qui fait de ce livre un page turner. Et pas besoin d'être comme moi une passionnée de l'histoire de la presse pour tomber sous le charme de cette personnalité hors du commun.

De Claude Perdriel (90 ans cette année), il y a les éléments biographiques que l'on connaît, le fondateur du Nouvel Observateur et le tandem qu'il format avec Jean Daniel, le créateur du Matin de Paris, le Directeur de campagne de François Mitterrand et surtout l'entrepreneur visionnaire, devenu millionnaire grâce au sanibroyeur SFA. Autour de ces éléments factuels, il y a une vie incroyablement riche, mordue à pleines dents par un homme décidé à en explorer toutes les facettes.  Un homme qui a toujours marié les univers scientifiques et littéraires, polytechnicien et lecteur invétéré, ingénieur et patron de presse, curieux et capable de miser tous ses avoirs sur un projet auquel il croit.

"Pour accéder au bonheur, l'argent est un moyen pauvre (...) La vraie richesse, ce sont les échanges, les rencontres. La plus grande ressource, les autres. Avec eux on fait des expériences, on découvre des choses nouvelles, on s'enrichit de sensations inédites. La vraie richesse, ce n'est pas l'argent mais les liens que l'on tisse. L'argent est une ressource utile pour favoriser des projets avec les gens que l'on aime."

Il a fallu beaucoup de patience à l'auteure pour remonter le fil de l'enfance et de l'adolescence de Claude Perdriel, un homme qui ne s'embarrasse pas du passé, n'accumule pas les richesses ni les objets, n'empile pas les souvenirs, au contraire s'attache au plus grand dépouillement au point de donner ses livres une fois lus, ses disques une fois écoutés. La possession, très peu pour lui. Mais ces premières années éclairent de façon nécessaire la façon dont se sont forgés son caractère, son sens du collectif et son obstination à être heureux.

"Quand Claude aime une femme, il lui trouve une maison. Quand il aime un homme, il lui fait un journal."... Ce qui explique que les aventures de Claude Perdriel soient aussi passionnantes à lire dans leur sphère personnelle (ah les femmes... ) que professionnelle, sphères qui d'ailleurs se confondent souvent mais je laisse le plaisir au lecteur de découvrir tout ça. On a l'habitude de citer Pierre Lazareff ou encore Robert Hersant lorsqu'on évoque l'histoire de la presse et surtout sa grande époque. Mais Claude Perdriel en est certainement l'une des figures les plus enthousiasmantes, tant sur un plan entrepreneurial que d'un point de vue éthique, à l'origine de la plupart des innovations qui sont désormais l'ordinaire des journaux actuels. Tous ceux qui l'ont côtoyé et ont travaillé avec lui sont unanimes : un très grand patron de presse, voire patron tout court. Beaucoup lui doivent tout ce qu'ils ont appris et ce qu'ils sont devenus.

Ce qui transparait dans cette biographie c'est la fantastique liberté que Claude Perdriel revendique haut et fort, d'autant plus qu'il a toujours veillé à ne pas s'enchaîner. Un homme qui paie ses dettes, rembourse ses fournisseurs en cas de faillite et n'hésite pas à repartir en investissant ses deniers personnels même s'il faut pour cela se séparer d'une voiture ou d'un appartement. Un homme qui a toujours veillé à rester indépendant du pouvoir, même si cela lui a posé de sérieux problèmes.

On n'a qu'un seul regret en refermant ce livre : ne pas avoir fait partie de ceux qui ont croisé la route de Claude Perdriel. Et l'on aimerait surtout que sa philosophie de la vie rayonne et fasse des émules, tant il est la preuve vivante que l'on peut réussir, créer de la richesse sans pour autant renoncer à vivre ni empêcher les autres de vivre. Vraiment, plongez-vous sans hésiter dans cette biographie qui se lit encore mieux qu'un roman, vous verrez, ça donne de l'espoir !

"Sans oublier d'être heureux" - Marie-Dominique Lelièvre - Stock - 378 pages

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

keisha 28/10/2016 14:24

J'aime beaucoup ce type de lecture, et, comme clara, jamais entendu parler, donc merci!

Nicole Grundlinger 28/10/2016 14:51

Un vrai bon moment, que je serais ravie de voir partagé !

clara 28/10/2016 08:45

je n'en avais pas entendu parler avant ton billet.

Nicole Grundlinger 28/10/2016 14:50

Il fait partie des 3 finalistes du Renaudot Essais il me semble... Mais j'avoue que la presse et les hommes qui la font me passionnent donc je l'ai certainement remarqué plus facilement.