Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Et tu n'es pas revenu - Marceline Loridan-Ivens

23 Décembre 2016 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Récits

"Mais nous aurions été deux à savoir. Nous n'en aurions peut-être pas parlé souvent, mais les relents, les images, les odeurs et la violence des émotions nous auraient traversés comme des ondes, même en silence, et nous aurions pu diviser le souvenir par deux".

Ces mots, ce sont ceux que Marcelline Loridan-Ivens, née Rozenberg adresse à son père, 70 ans après leur séparation sur le quai de la gare du camp d'Auschwitz au printemps 1944. Elle avait 15 ans."Tu reviendras parce que tu es jeune, moi je ne reviendrai pas" lui avait-il dit lors de leur internement à Drancy, antichambre d'une destination dont il pressentait la terrible réalité. Cette phrase, c'est elle qui tient la jeune Marceline en vie, elle qui lui donne la force de résister à la tentation du lâcher prise qui soulage tant de victimes qui trouvent ainsi le moyen de fuir les conditions atroces de leur détention.

Dans cette lettre, Marceline Loridan-Ivens évoque bien sûr ces longs mois à Birkenau, à seulement quelques kilomètres de distance de son père enfermé à Auschwitz et dit comment cette absence est devenue une présence permanente. Il faut lire ce témoignage d'une survivante (il n'en restera plus un jour et seuls ces écrits pourront faire foi de ce que fut la barbarie nazie), dont les mots sont terriblement justes, poignants au point de faire surgir les sanglots, incontrôlables. Tout comme Si c'est un homme de Primo Levi, ce texte est incontournable.

Mais il l'est également par ce qu'il dit des soixante-dix années vécues par l'auteur après. La difficulté de l'après. La culpabilité du survivant alliée à celle d'avoir pris la place de son père dans une famille qui aurait préféré le voir revenir lui, maillon central. Un père, un mari aurait été plus utile lui semble-t-il qu'une fille ou une soeur. La volonté des gens de vite "tourner la page". Pendant toutes ces années, Marceline Loridan-Ivens a construit sa vie, s'est mariée deux fois, a fait carrière dans le cinéma et s'est engagée pour des causes qui lui tenaient à coeur. Sans que jamais cette absence/présence ne la quitte.

Force est de constater que l'histoire n'est pas finie. Le regard que l'auteure porte sur notre monde contemporain est à la fois empreint de pessimisme et de cette lucidité de ceux qui ont vécu le pire et savent encore le reconnaître. "Je ne sais pas me détacher du monde extérieur, il m'a enlevée lorsque j'avais quinze ans. C'est une mosaïque hideuse de communautés et de religions poussées à l'extrême". Jusqu'à ce terrible aveu, l'idée atroce qu'elle aurait peut-être mieux fait de ne pas revenir des camps. Même si elle garde l'espoir de changer d'avis au cours des quelques années qui lui restent à vivre.

Je le répète, ce témoignage est précieux, simplement essentiel, il faut absolument le lire. Le lire et le méditer. Vite.

"Et tu n'es pas revenu" - Marceline Loridan-Ivens (avec Judith Perrignon) - Le Livre de poche (Grasset) - 83 pages (suivies d'un dossier d'Annette Wieviorka)

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Stephie 30/12/2016 09:32

Il devrait faire partie de mes lectures de janvier. Il est temps :)

Nicole Grundlinger 30/12/2016 10:58

Il n'est jamais trop tard... Quand je pense que j'ai lu Primo Levi il y a seulement quelques mois...

Eva 29/12/2016 22:12

Très gros coup de coeur - la relation père/fille m'a beaucoup touchée, et c'est un témoignage essentiel sur l'après-déportation et les énormes dommages collatéraux sur les familles des déportés. Effectivement, à lire absolument !

Nicole Grundlinger 30/12/2016 10:59

Oui, il dit beaucoup de choses ce livre, vraiment beaucoup de choses.

Patrice 24/12/2016 07:04

Nicole, je suis vraiment touché que tu mettes ce livre en exergue. Je l'ai mis de côté mais pas encore lu, mais ton article va m'inciter à le faire. Comme Edyta, je me souviens de son passage dans la Grande Librairie, mais aussi des 5 entretiens que lui a consacrés François Busnel en 2013 dans son émission Le grand entretien : https://www.franceinter.fr/emissions/le-grand-entretien/le-grand-entretien-29-avril-2013. Merci !

Nicole Grundlinger 24/12/2016 14:18

Je me souviens aussi de cette émission. J'ai lu il y a peu Si c'est un homme de Primo Levi (que je voulais lire depuis longtemps) et ces deux témoignages sont aussi précieux que complémentaires. Celui-ci pour ce qu'il dit aussi de notre monde actuel.

keisha 24/12/2016 06:55

Oui oui oui (coup de coeur)(le primo levi est aussi à lire absolument)

Nicole Grundlinger 24/12/2016 14:15

D'autant qu'en regardant les dates, on se dit que Primo Levi et le père de Marceline Loridan-Ivens étaient probablement ensemble.

Edyta 23/12/2016 15:06

Je me souviens de son passage dans la GL. Une grande dame. Je le lirai un jour.

Nicole Grundlinger 24/12/2016 14:14

Oui, ce sont des témoignages précieux car la parole ne s'exprime pas facilement de la part de ceux qui ont vécu ces atrocités. On reconnaît dans ce livre la patte délicate de Judith Perrignon qui a aidé à rendre ce texte particulièrement efficace.

Noukette 23/12/2016 10:31

Il m'attend... J'attends juste le bon moment...!

Nicole Grundlinger 23/12/2016 13:39

Je comprends. 80 pages d'une densité et d'une force poignantes, qui méritent effectivement toute notre attention.