Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
motspourmots.fr

Marx et la poupée - Maryam Madjidi

17 Janvier 2017 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans, #Coups de coeur

"Je déterre les morts en écrivant. C'est donc ça mon écriture ? Le travail d'un fossoyeur à l'envers ?"

Oh le beau coup de coeur ! Ce premier roman m'a enthousiasmée du début à la fin. Je suis passée du sourire aux larmes avec un même bonheur, soufflée par la beauté de ce texte à la fois fort et tendre, poétique et politique. L'auteure aborde le thème de l'exil et de l'identité avec une finesse qui rend son propos terriblement efficace et percutant. Mais c'est l'émotion que l'on retient. Celle qui nous étreint à chaque fois que se dressent les images qui traduisent le vécu et les sentiments de l'auteure.

"Ma mère porte la vie, mais la Mort danse autour d'elle en ricanant, le dos courbé...". Maryam est dans le ventre de sa mère aux premières heures de la révolution iranienne qui marquera son enfance au sein d'une famille d'opposants portés par la doctrine communiste. Position intenable qui aboutira à l'exil, l'installation en France d'abord du père puis de la famille entière, l'apprentissage d'une nouvelle langue, d'une nouvelle culture, d'un nouvel environnement. Une deuxième naissance en quelque sorte. Née deux fois, à deux endroits différents, Maryam porte en elle deux cultures qui s'affrontent et qu'elle utilise selon les moments et les services qu'elles peuvent lui rendre. Il lui faudra bien une troisième naissance pour parvenir à réconcilier les deux, par la grâce de l'écriture.

Il y a des pages magnifiques sur ses parents, la relation avec sa mère. Des mots somptueux pour tenter de décrire ce lien indestructible qui l'attache à ses ancêtres et à sa culture par l'intermédiaire de celle qui lui a donné la vie. Il y a des moments de grâce, une plongée dans la poésie persane qui irrigue la culture iranienne, de l'ironie face aux fantasmes suscités par ses origines. Il y a cette façon d'appréhender le monde propre à ceux qui ne sont plus chez eux nulle part mais trouvent partout de quoi construire et enrichir une vie.

Et puis, il y a ce moment sublime, ce dialogue entre les deux langues, le français et le farsi, l'une oubliée et délaissée l'autre investie par nécessité mais devenue LA langue principale et qui symbolisent si bien l'affrontement permanent, le tiraillement entre les deux cultures.

C'est un livre précieux que nous offre Maryam Madjidi, encore magnifié par le très beau travail d'édition et de direction artistique du Nouvel Attila. Un livre magnifique, touchant, puissant et sensible. A découvrir toutes affaires cessantes.

"Marx et la poupée" - Maryam Madjidi - Le Nouvel Attila - 208 pages

Et ne manquez pas le billet de Sabine, l'une des premières à avoir succombé et décidé de diffuser le virus.

 

Sélectionné pour l'édition 2017 des 68 premières fois, Marx et la poupée va désormais voyager auprès des 50 lecteurs engagés dans l'aventure tout au long du semestre.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MYMY 10/03/2017 08:36

Ta chronique donne très envie et lors de la diffusion de la chronique des libraires dans TELEMATIN il a été mis en avant avec un très bon avis par une libraire qui tout comme toi m'incite fortement à le lire !bonne journée

Nicole Grundlinger 10/03/2017 17:26

Oui, ce livre a un très bon écho chez les libraires qui le portent beaucoup et c'est tant mieux. Il fait aussi le bonheur des lecteurs qui participent aux 68 premières fois si j'en crois les premiers retours. C'est un petit bijou que l'on est content d'avoir près de soi.

Laure 30/01/2017 21:54

Coup de coeur pour toi aussi ! Je veux vivre un moment de grâce aussi, je ne vais pas rater ça.

Nicole Grundlinger 31/01/2017 15:50

N'hésite pas, c'est sublime et ce premier roman mérite une large visibilité :-)

Delphine-Olympe 25/01/2017 21:57

Voilà, je viens de publier mon billet. En lisant le tien, je m'aperçois que nous avons employé les mêmes termes ! Notamment celui de grâce. Ce n'est certes pas un hasard ! Je me réjouis d'aller écouter l'auteure vendredi et de te retrouver à cette occasion. Nous formerons le duo des groupies ;-)

Nicole Grundlinger 26/01/2017 17:21

Il est probable que nous ne soyons pas les seules et c'est tant mieux ! :-)

Noukette 20/01/2017 18:34

Il me le faut !

Nicole Grundlinger 21/01/2017 13:42

Oui, je confirme, il te le faut ! Pour le moment, le premier roman qui m'a le plus enthousiasmée...

keisha 18/01/2017 09:11

Je ne connais pas, mais le thème m'intéresse beaucoup! J'espère que cela ne ressemblera pas trop à ce que j'ai déjà lu, mais je te fais confiance

Nicole Grundlinger 18/01/2017 09:45

Je ne connais pas tes lectures dans le détail mais de mon côté, malgré pas mal d'appétence pour le thème et quelques livres récents sur le même contexte, je n'ai pas eu l'impression de déjà lu, bien au contraire. Elle trouve des mots, elle livre des pages... juste sublimes.

zazy 17/01/2017 21:57

Une très grosse envie de le lire

Nicole Grundlinger 18/01/2017 09:43

Tu peux y céder sans crainte.

Delphine-Olympe 17/01/2017 20:43

ah mais c'est incroyable, je l'ai commandé hier ! Du coup, je ne te lis pas tout de suite. Avec un peu de chance, je l'aurai au moment où je terminerai le Viel... Il me suffit pour l'instant de découvrir ton dernier paragraphe...

Delphine-Olympe 18/01/2017 14:37

On n'en sort jamais ;-)
Si tu veux en savoir plus, tu peux aller sur mon blog. Parce que, là, j'avais écrit un billet !

Nicole Grundlinger 18/01/2017 12:24

Tiens c'est drôle, j'étais une des rares des 68 à ne pas avoir craqué pour Désorientale (pas de billet non plus) à cause d'une autre référence aussi sur le même thème qui m'avait beaucoup touchée, Les enfants du Jacaranda... Mais tu verras, là on est sur une toute autre planète (que je ne peux comparer avec le livre que tu cites mais qui du coup, m'intéresse... et vlan, c'est reparti :-) )

Delphine-Olympe 18/01/2017 11:25

Mais oui, je sais, c'est bien pour cela que je l'ai commandé fissa et que j'espère l'avoir rapidement ! Ce serait super de s'y retrouver !
Ceci étant dit, j'ai une petite crainte (mais que je surmonte aisément) quant à ce livre. Il y a en effet une vague d'auteures iraniennes écrivant sur ce thème. Pas plus tard qu'à la dernière rentrée littéraire,tu t'en souviens, il y a eu Désorientale, qui m'a quelque peu déçue - et je n'avais d'ailleurs pas écrit de billet. Différentes raisons à cela sans doute, mais l'une des principales est que je garde en tête un livre absolument exceptionnel paru en 2014 me semble-t-il : il s'agit de Khomeiny, Sade et moi d'Abnousse Shalmani. Une ode à la liberté, à celle des femmes en particulier, un livre lumineux, drôle et très intelligent sur l'exil, la découverte de la langue française, sur les valeurs de notre république et sur les femmes dans leur relation à leur corps, aux hommes, à la religion. Une merveille que je ne saurais trop te recommander. Alors quand on a en tête une référence aussi puissante, forcément ça joue...

Nicole Grundlinger 18/01/2017 09:42

Tu vas te régaler Delphine, aucun doute (l'auteure sera à la librairie Atouts Livre avenue Daumesnil le 27 janvier et j'ai prévu d'aller la rencontrer... ce n'est pas très loin de chez toi, on ne sait jamais ?)

Eva 17/01/2017 16:34

je n'avais pas encore entendu parler de ce roman, qui m'a l'air très intéressant et tentant! merci pour cette jolie découverte

Nicole Grundlinger 18/01/2017 09:40

A mon avis on va en entendre parler très bientôt, en tout cas c'est ce que je lui souhaite. Il est magnifique.