Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Je me suis tue - Mathieu Menegaux

26 Février 2017 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

"Je reprends tout, pour vous, depuis le début. Lisez-moi. Vous êtes ma dernière conversation avant que je disparaisse".

Après ces quelques mots comment ne pas être happé par ce court roman, confession d'une meurtrière à la veille de son jugement ? Il faut dire que Mathieu Menegaux mène bien sa barque, distille peu à peu les informations qui font monter la tension et basculer le lecteur dans différents degrés d'horreur face à un tel gâchis.

Car Claire avait tout pour elle. Un mari aimant, une carrière de DRH épanouissante dans un grand groupe, une vie facile et remplie. Comment s'est-elle retrouvée derrière les barreaux ? Pourquoi a-t-elle toujours refusé de s'expliquer devant les policiers ou les juges ? Qu'est ce qui a soudain libéré sa parole ?

L'auteur se glisse sans problème dans la peau d'une femme qui raconte enfin la succession d'événements et de décisions qui composent au final le terrible engrenage qui a entraîné sa perte. Il dresse ainsi le portrait d'une femme totalement enfermée dans l'image parfaite qu'elle tient à conserver aux yeux du monde, quitte à passer sous silence ce qui pourrait l'écorner. Une femme qui applique à la lettre la devise des Windsor "Never explain, never complain" : souffrir en silence, nier les drames pour les faire disparaître au risque d'être rattrapée par l'horreur. Tant qu'on n'en parle pas, ça n'existe pas. Sauf que...

Au fil du récit de Claire se dessinent les failles qui constituent le terreau favorable dans lequel le drame a pris racine. Et le lecteur assiste, médusé, à chacune des étapes, chaque mauvaise décision jusqu'à la chute. Une dramaturgie renforcée par le fait qu'il est impossible à Claire de revenir en arrière alors qu'elle égrène ses "et si...".

Ce premier roman offre donc une sacrée maîtrise de la narration, une mécanique implacable. On peut néanmoins lui reprocher quelques invraisemblances, la plus importante étant quand même le flacon de barbituriques que l'avocat fait passer à sa cliente en prison. Je n'ai pas non plus compris l'intérêt des références de chansons qui émaillent le récit, je ne vois pas ce que cela apporte à l'ensemble.

Au final, une lecture coup de poing d'un auteur qui a réussi son entrée.

"Je me suis tue" - Mathieu Menegaux - Points (Grasset) - 144 pages

 

Lu dans le cadre du Prix du meilleur roman des lecteurs de Points, ce livre suscite des avis très contrastés et des discussions animées entre les différents jurés. Je vous en parlerai plus en détails lors d'un bilan complet de cette aventure.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

titoulematou 22/03/2017 19:25

un livre que j'ai adoré... tellement que je n'ai jamais pu le blogguer!

Nicole Grundlinger 23/03/2017 16:12

Ah oui ? Il m'est arrivé de me demander si j'allais réussir à chroniquer un livre qui m'avait vraiment bousculée ou émue ou écoeurée... bref m'avait fait forte impression et jusqu'à présent j'ai toujours réussi. Mais on ne sait jamais...

Noukette 27/02/2017 22:07

J'ai adoré mon expérience de jurée Points l'année dernière ! J'espère que tu feras tout un tas de belles découvertes ! (Et celui me tente sacrément !)

Nicole Grundlinger 28/02/2017 14:48

Je me souviens très bien de ton billet bilan (dont je risque de m'inspirer à la fin de cette aventure ;-) ) qui m'avait donné envie de tenter l'aventure à mon tour.

Mimi 27/02/2017 13:54

Et bien, on dirait que ce livre marque les lecteurs pour sa graduation dans l'événement irréversible qui pousse l'héroïne vers sa chute. Je me sens moi aussi comme attirée par ce climat...

Nicole Grundlinger 27/02/2017 15:26

C'est en tout cas une expérience de lecture intéressante, courte mais intense.

Eva 27/02/2017 11:34

un vrai roman coup de poing! ce livre m'a complétement happée - je me souviens avoir un peu tiqué avec ces références musicales qui font finalement très scolaires, mais c'est un bémol que j'ai rapidement mis de côté.
je vais bientôt lire le prochain, en espérant être aussi marquée.

Nicole Grundlinger 27/02/2017 15:26

Delphine avait l'air de dire que c'était plus ou moins la même mécanique alors je vais peut-être attendre un peu pour le suivant... :-)

L'ivresse littéraire 26/02/2017 19:56

C'est vrai qu'il y a quelques énormités, parfois aussi des rebondissements attendus mais je pense qu'il faut appréhender cette lecture comme un "comment" et non "pourquoi" et à partir de là on peut bien lui pardonner ces petites "fautes" au vu de la capacité que l'auteur a happé son lecteur.
Quant aux références musicales, j'admets y avoir été sensible mais plutôt facile avec moi puisque j'ai tendance à sortir des références musicales à tout bout de champ. Peut-être Mathieu Menegaux a-t-il simplement souhaité immiscer des musiques dans l'esprit du lecteur pendant qu'il suit la narration de son héroïne.

Nicole Grundlinger 27/02/2017 15:23

Oui, tu parlais de ton goût pour les références musicales... j'y suis moi aussi sensible en général mais c'est juste que là je n'ai pas compris à quoi elles servaient. Pour le reste, tu as raison : la performance est à saluer, malgré les défauts car on est happé du début à la fin :-)

Delphine-Olympe 26/02/2017 11:36

J'ai exactement les mêmes réserves que toi sur les chansons.
Pour le reste, une mécanique impeccable et un récit qui fonctionne à plein, et que l'on lit d'une traite.
Toutefois, l'ayant lu au moment de sa sortie en grand format, j'avoue qu'il ne m'en reste aujourd'hui pas grand chose.
Et puis je m'interroge sur la capacité de l'auteur à sortir de ce schéma narratif, puisqu'il est en tout point comparable à celui de son deuxième roman, Un fils parfait.
Néanmoins, ne boudons pas notre plaisir : j'ai lu les deux en quelques heures et ai passé à chaque fois un très bon moment.

Delphine-Olympe 03/03/2017 21:38

En ce qui me concerne, il s'est écoulé deux ans entre les deux lectures. Et je m'étais promis de suivre le travail de cet auteur. A vrai dire, je ne m'attendais absolument pas à ce qu'il fasse quelque chose d'aussi proche...

Nicole Grundlinger 26/02/2017 15:06

Pas sûre de lire le suivant si c'est le même schéma narratif... Celui-ci m'a bien happée, il est bien ficelé mais pas au point de devenir une inconditionnelle :-)

Joelle 26/02/2017 10:08

Pas surprise que tu aies aimé... ce livre m'a complètement happée.

Nicole Grundlinger 26/02/2017 15:03

Ah il a le sens de la dramaturgie, c'est sûr... :-)