Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
motspourmots.fr

Mon ciel et ma terre - Aure Atika

17 Février 2017 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

A l'annonce de ce premier roman écrit par une comédienne (que j'aime beaucoup par ailleurs), j'ai eu un peu la même appréhension qu'avec le Bianca de Loulou Robert l'an dernier. La faute à la grosse artillerie médiatique qui préfère assurer son audience avec un joli minois ou une personnalité connue plutôt que de révéler une obscure nouvelle tête. Sauf que... Aure Atika m'a séduite dès les premières pages. Sa plume est précise, agréable, habile à créer une atmosphère. Et le personnage qu'elle dessine avec amour, cette mère à la fois fantasque et bohème, indigne diront certains, cette mère vaut vraiment le détour.

Mon ciel et ma terre est à la fois le roman d'une femme libre (au point de choquer peut-être) et celui d'une époque et d'un certain milieu. Dans les nombreuses interviews qu'elle donne, l'actrice explique qu'elle a eu besoin de se rappeler d'où elle vient, peut-être pour mieux assurer la transmission avec sa propre fille. Et l'on sent tout au long du livre l'amour passionnel qu'elle porte à cette mère aux mille et un métiers, pourtant capable de la laisser sans nouvelles pendant des mois ou de la laisser toute seule dans la rue apprendre le patin à roulettes... Et ce n'est que le plus soft.

"Je veux oublier ce trottoir froid qui me glace les fesses depuis trop longtemps et maman qui reviendra seulement quand elle voudra."

De longues heures d'attente mais contrebalancées par une présence électrique, d'une créativité folle qui forgent très certainement le caractère de la jeune femme puisque dans leur relation, les rôles sont souvent inversés. La fille protège la mère. Sur fond d'années 70 et 80, d'idées quelque peu libertaires, loin des contingences matérielles, celle qu'on appelle Ode, diminutif d'Odette (tout un poème) est encore et toujours une source d'inspiration pour sa fille qui pose sur elle un regard à la fois tendre et lucide, n'hésitant pas à revisiter les périodes de doute, de rejet ou de honte comme tous les adolescents vis à vis de leurs parents. Des sentiments forcément exacerbés par le caractère spécifique de cette femme.

Si ce roman est réussi c'est certainement parce que Aure Atika trouve la juste distance, la bonne tonalité pour permettre au lecteur d'entrer en empathie avec Ode. Mais par-delà le personnage de la mère, c'est aussi la fille qui se dévoile, donnant à voir quelques-uns des ingrédients qui la constituent et font toute sa richesse. Ce qui rend la démarche particulièrement touchante.

Quant à la lecture, elle se déroule de façon très agréable, au gré des multiples tableaux qui sont autant de moments de vie dans lesquels l'auteure parvient à mêler sensibilité et précision. On en ressort un peu nostalgique d'une femme que l'on n'a pas connue.

"Mon ciel et ma terre" - Aure Atika - Fayard - 208 pages

 

Sélectionné pour l'édition 2017 des 68 premières fois, Mon ciel et ma terre va désormais voyager auprès des 50 lecteurs engagés dans l'aventure.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Eva 20/02/2017 10:59

j'ai vu passer ce livre et je me suis dit "encore une actrice qui écrit"... je suis contente de voir que mes préjugés n'étaient pas fondés et que ce récit vaut le coup, parfois il faut savoir passer outre ses a priori !

Nicole Grundlinger 20/02/2017 14:17

Encore plus fort de sa part d'avoir éteint mes réticences dès le premier chapitre ! C'est l'avantage des opérations comme les 68 premières fois ou certains jurys de prix littéraires : nous étonner, nous ouvrir sur d'autres univers, casser les a priori...

Mimi 18/02/2017 09:51

Voilà une toute première fois qui mérite qu'on s'y attarde. On a toutes un rapport à la mère fait d'amour ou de haine, d'admiration ou de dégoût... mais on a rarement une mère fantasque et capable d'écarts vertigineux comme ceux décrits ici. Alors oui, c'est une lecture que je partagerai volontiers.

Nicole Grundlinger 18/02/2017 16:18

C'est vrai, le rapport à la mère nourrit de nombreux romanciers avec plus ou moins de bonheur. J'aime la pudeur avec laquelle l'auteure dévoile cette relation, le regard lucide et tendre qu'elle pose sur sa mère, les sentiments qu'elle parvient à nous faire partager.

Nicole Giroud 18/02/2017 08:21

Quel magnifique article! Qui n'a pas envie de se précipiter pour découvrir cette Ode à la liberté où les mots scrupule et amour désintéressé sonnent comme des gros mots! on a tous envie de découvrir des personnages hors normes, mais être l'enfant d'une telle personne devait être difficile.

Nicole Grundlinger 18/02/2017 16:14

Merci Nicole ! Personnage hors norme en effet, ce qui fait tout l'intérêt de ce livre. Sachant que l'auteure montre très bien à la fois la difficulté et la richesse d'une telle cohabitation. J'aime sa façon de revendiquer sa part de folie maternelle.

delphine depras 18/02/2017 00:05

Eh bien, comme Noukette. J'avoue que ce n'est pas, dans la sélection, celui vers lequel j'irais naturellement... Mais peut-être aurai-je néanmoins l'occasion de le découvrir.

Nicole Grundlinger 18/02/2017 16:10

C'est tout le sel de cette aventure : nous faire découvrir des livres vers lesquels nous ne serions pas allées seules. C'est ce que j'apprécie, et j'adore ma faire surprendre de la sorte. Je pense sincèrement que celui-ci te plairait.

Noukette 17/02/2017 18:07

J'aurais eu les mêmes appréhensions je pense, contente de voir que cette lecture vaut le détour !

Nicole Grundlinger 18/02/2017 16:09

Elle vaut d'autant plus le détour que ça aurait pu rester un exercice très personnel pour l'auteure alors qu'elle arrive à faire percevoir quelque chose qui à mon avis touche un large public.