Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
motspourmots.fr

Max Winson - Jérémie Moreau

7 Juin 2017 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #BD-romans graphiques

Je lis très peu de BD ou de romans graphiques mais là, compte tenu du thème, je ne pouvais pas passer à côté. Je ne m'attendais quand même pas à être aussi touchée, autant par l'histoire que par les dessins. Car les sujets abordés, via le prisme du tennis dépassent largement le cadre sportif. Dans les pas de Max Winson, on s'interroge sur le sens de la vie, sur la course à la performance, sur les injonctions permanentes à être le meilleur...

Max Winston est un jeune champion de tennis dont la particularité est de n'avoir jamais perdu un match. Jamais. Vous imaginez ? Idole absolue, symbole de l'invincibilité, le public lui voue un culte au point de copier sa jolie coupe de cheveux en étoile qui lui donne des airs de petit prince. Entraîné par son père, programmé depuis sa plus tendre enfance, Max vit dans une bulle qui a la taille d'un court de tennis. Autour de lui, un énorme business, vous vous en doutez. Et des attentes qui oscillent entre l'envie de le voir continuer et l'attente de l'adversaire qui saura mettre fin à toutes ces années d'invincibilité. Car le public est toujours prêt à brûler les idoles qu'il a adorées. Il suffirait d'un rien...

Max Winston doit-il apprendre à perdre pour devenir plus humain ? Peut-être mais comment faire quand on est conditionné, pour retrouver une sorte de libre arbitre ? Le cheminement de Max va passer par un deuil, par des rencontres, par la découverte de l'amour et l'apport d'une ancienne gloire du tennis dont la philosophie diffère largement de celle du père de Max. Car si la victoire est belle, le plus important reste le plaisir. "N'oublie pas Max, le tennis est une conversation" lui rappelle bien à propos celui qui a connu une époque où le beau jeu prévalait sur la performance.

Moi qui aime pratiquer le tennis en tant que jeu, qui apprécie l'esthétisme au point de me satisfaire de quelques coups parfaits lorsque je suis sur le terrain plutôt que de chercher à gagner un match, je me suis sentie parfaitement en empathie avec le cheminement de ma lecture. Et comme je le disais en introduction, le propos est transposable à pas mal de situations de compétition au quotidien. De plus, le graphisme contribue largement à renforcer l'émotion, mettant en scène les fantasmes qui entourent Max, hantent ses rêves et alimentent sa légende.

On peut jouer contre quelqu'un ou jouer avec. Question philosophique très joliment et efficacement portée par ce héros touchant et sympathique avec lequel on continuerait bien un brin de conversation.

"Max Winston" - L'intégrale - Jérémie Moreau - Editions Delcourt - 328 pages

Max n'a pas laissé indifférente Sabine ou Moka Milla (qui m'a fait connaître cette BD)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Noukette 07/06/2017 22:03

J'ai adoré le premier tome... et le second m'attend... Yapluka ! (Elle est belle cette intégrale...!)

Nicole Grundlinger 08/06/2017 16:27

Bel objet, en effet ! Et ça m'a plu de découvrir l'histoire d'une traite :-)

Moka 07/06/2017 16:34

Tu peux continuer à ne lire que très peu de BD si tu pars à la rencontre de titres de cette qualité!
J'ai vraiment aimé le récit de Moreau (et je te conseille, à l'occasion, le glaçant Singe de Hartlepool, du même dessinateur... )

Nicole Grundlinger 08/06/2017 16:26

Oui, ce titre était mentionné dans l'article que j'ai lu... Je l'ai noté :-)