Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
motspourmots.fr

Le Grand Paris - Aurélien Bellanger

8 Juillet 2017 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

Voici une lecture qui n'a pas été facile, tant le propos est dense et frôle parfois l'indigestion. Mais je voulais lire Aurélien Bellanger, alors je l'ai lu jusqu'au bout. Je n'ai pas détesté, j'ai même ressenti un certain intérêt à l'ensemble mais j'aurais préféré 200 pages de moins, une narration plus resserrée et un objectif plus clair. Car on finit par perdre un peu le fil entre cours d'urbanisme, analyse politique et données historiques, tout ceci assaisonné de principes sur les religions. Je ne suis pas contre une littérature foisonnante et ardue mais à condition que l'objectif vaille le coup (voir : Illska). J'avoue que je n'ai pas eu l'impression d'être récompensée de mes efforts en arrivant au bout.

"Il existe, malgré les fulgurances transdisciplinaires du Corbusier, designer, architecte et urbaniste, une hierarchie évidente qui place l'architecte d'intérieur au-dessous de l'architecte et qui subordonne celui-ci à l'urbaniste. Le niveau supérieur serait alors occupé par ce que les philosophes nomment de façon grandiloquente le politique : la ville envisagée en tant que cité, en tant que lieu d'exercice d'une citoyenneté exemplaire et glaciale."

L'auteur nous délivre une vaste leçon d'urbanisme dans le sens éminemment politique du terme et c'est certainement le volet le plus intéressant du livre. Il s'appuie pour cela sur un jeune héros issu d'une lignée d'architectes dont les parcours se confondent avec l'Histoire. Le grand-père d'Alexandre Belgrand a oeuvré en Algérie avant de disparaitre mystérieusement, ses parents ont pris part à l'élaboration des grands parcs de loisirs de le région parisienne. Alexandre reprend le flambeau familial et se trouve propulsé, grâce à son mentor de prof de fac aux nombreuses relations politiques dans l'entourage du" Prince", en pleine campagne électorale de 2007 (vous voyez de qui il s'agit). Le candidat devenu Président de la République décide de faire du Grand Paris le dossier du quinquennat et charge Alexandre d'en définir le concept et les modalités.

"Le Président voulait à ses côtés un philosophe, pas un technicien, quelqu'un d'audacieux et de libre, pas un juriste ou un technocrate. Il voulait que je l'aide à dessiner quelque chose qui porterait son empreinte et qui marquerait l'histoire de France."

Et là, on a droit à des passages assez savoureux et érudits qui décortiquent la façon dont le politique utilise le territoire comme une arme de destruction ou de construction massive, avec au coeur, l'opposition entre les Hauts de Seine et la Seine Saint-Denis, respectivement les départements le plus riche et le plus pauvre de France. Moi qui habite une ville qui bénéficiera dans quelques années d'une gare du Grand Paris Express, j'avoue que je n'avais pas vu les choses tout à fait comme cela. Car au-dessus de nous, simples habitants de quartiers ou de villes, il y a ceux qui pensent à grande échelle, envisagent de redonner à Paris sa grandeur perdue face à Londres ou à Berlin. Pour cela il faut désenclaver, casser les oppositions entre centre et périphéries de plus en plus éloignées...  L'auteur nous offre une plongée historique et philosophique passionnante mais qui part un peu trop dans tous les sens pour captiver jusqu'au bout.

On suit avec un intérêt mitigé les aventures du jeune Alexandre dans l'entourage du "Prince", tout simplement parce que cet aspect a déjà été souvent traité et qu'il n'y a rien de nouveau sous le soleil (notamment bien plus convaincant dans L'insouciance de Karine Tuil). Désillusions, prise de pouvoir des conseillers, grâces et disgrâces... La routine. Et j'avoue que le retournement final qui vient mêler la religion à tout ça m'a passablement agacée.

Aurélien Bellanger est sans conteste un écrivain érudit qui tient à insuffler à ses livres une bonne dose de réflexion. D'ailleurs, j'ai appris un certain nombre de choses et je n'ai pas l'impression d'avoir perdu mon temps. Mais je suis loin d'être convaincue par un livre peut-être un peu trop conceptuel à mon goût, et pas certaine de retenter le coup.

"Le Grand Paris" - Aurélien Bellanger - Gallimard - 480 pages

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

patirck 30/07/2017 10:52

Bonjour Nicole,
Ce livre est en effet indigeste toutefois je vous engage à lire La Théorie de l'information qui est mieux structuré et qui offre une vision réelle de l'arrivée de l'informatique dans nos vies
Patrick

Nicole Grundlinger 30/07/2017 15:05

En fait je crois que c'est celui que j'avais envie de lire à la base, le thème m'intéresse beaucoup plus... Je vais le garder dans un coin de ma tête. Merci pour le conseil ! :-)

Patrice 15/07/2017 17:51

Amusant : ce matin, je fais mon petit tour dans ma nouvelle librairie à la recherche d'une bonne lecture. J'hésite sur ce livre... et me rappelle avoir lu le début de ton billet loin d'être enthousiaste. J'ai reposé sagement le livre :-)

Nicole Grundlinger 16/07/2017 13:41

Oups... j'espère que ton libraire ne m'en voudra pas ;-)
Mais je suis certaine que tu n'es pas reparti les mains vides...

Eva 10/07/2017 10:44

Comme Zazy, je vais plutôt me concentrer sur "La grande arche"...
Le fait que tu dises qu'il y a 200 pages en trop, alors que le livre n'en comporte que 480 n'est pas de bon augure...

Nicole Grundlinger 10/07/2017 15:36

Disons qu'il y a des pavés qui justifient leur densité et d'autres non :-). Mais ce n'est que mon avis.

zazy 09/07/2017 22:23

Et bien, ce livre restera chez le marchand ! J'avais beaucoup aimé "La Grande Arche" de Laurence Cossé. Livre très documenté, mais avec la plume de Cossé

Nicole Grundlinger 10/07/2017 15:34

Je n'ai pas lu La Grande Arche (mais je vais le faire, ça fait partie des livres que je veux absolument lire) mais il me semble que les 2 sont très très très différents...

Delphine-Olympe 08/07/2017 22:10

Bon, eh bien tu ne me fais pas regretter d'avoir jeté l'éponge en cours de route...

Nicole Grundlinger 09/07/2017 17:17

Je suis quand même contente d'avoir été au bout mais je pense que mes aventures avec l'auteur vont s'arrêter là.