Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
motspourmots.fr

Trois personnes en forme de poire - Suzanne Azmayesh

9 Octobre 2017 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

J'adore les bonnes surprises. Les découvertes imprévues. Comme celle-ci. D'abord un message de l'auteur qui pense, d'après ce qu'elle a lu sur mon blog que son roman pourrait me plaire. Puis l'illustration de "une" qui me plaît beaucoup mais la quatrième de couverture assez sèche qui promet le meilleur comme le pire... J'entre dans le livre sur la pointe des pieds, je fais connaissance avec les personnages, je m'adapte à la langue (il faut dire que je sors d'une incursion dans des romans du 19ème siècle, il faut revenir aux années 2000), et je m'aperçois que le texte me parle, que les situations des protagonistes ne me sont pas inconnues... bref, me voilà embarquée.

C'est un roman à quatre voix, celles de trois jeunes femmes en quête de célébrité et celle de Théo, jeune prodige du cinéma tout juste révélé et déjà adulé. Il forme avec Victoria, depuis l'adolescence un couple que désormais tout le monde envie ou jalouse. Tandis que sa partenaire, la très belle Madeleine de Beaupré cherche à profiter au maximum de l'exposition médiatique dans laquelle ce duo à l'écran la propulse et que dans l'ombre, Émeline fantasme une relation improbable avec lui. Superficiel ?... Je vous arrête tout de suite, ce  roman n'a rien d'une histoire pour midinettes, seul le décor est là pour illustrer le propos issu d'une observation lucide des périls de notre société de l'image. A travers les aventures de ce quatuor qui peut symboliser la superficialité et l'attrait des paillettes, l'auteure dresse un tableau tout à fait juste d'une génération plus attirée par les apparences que par le fond. Une génération sans véritable vocation, prise au piège du règne de l'éphémère et de la dictature de l'image.

Théo est doué mais sa réussite est déjà menacée par l'attrait du public pour la nouveauté. Victoria vit dans son ombre alors que ses aspirations la portent vers des univers à plus forte valeur ajoutée, Madeleine cherche dans les paradis artificiels le courage de continuer à jouer le rôle que tout le monde attend d'elle. Quant à Émeline, sa quête de célébrité lui a fait quitter son job de consultante pour écrire un roman chargé de la propulser au panthéon médiatique. Mais que se passe-t-il lorsqu'on arrive au sommet, que l'on regarde autour et que l'on ne trouve que du vide ?

Bien sûr, le personnage d’Émeline est particulièrement touchant. Celui d'une jeune femme qui a peur de vivre dans la réalité et se cache derrière de multiples phobies pour justifier son isolement et une forme de sauvagerie. Une jeune femme qui préfère fantasmer un idéal, au risque de ne même pas arriver à l'assumer et à le vivre s'il se transforme en réalité. "La génération Y dans le bourbier" est le titre du roman écrit par Émeline... ce pourrait être aussi bien le titre de ce livre qui parvient à capter avec acuité quelque chose de notre époque. Moi qui sortais de Mary Barton et de la condition sociale des ouvriers au 19ème siècle, je me suis pris de plein fouet le contraste entre ces deux périodes qui fait ressortir une certaine vacuité de la société dans laquelle nous vivons. Pourtant, ce ne sont pas les combats qui manquent.

Lecteurs curieux, sortez donc des grosses productions de la Rentrée littéraire pendant quelques heures et découvrez ce roman bien ficelé et reflet implacable d'une génération.

"Trois personnes en forme de poire" - Suzanne Azmayesh - L'âge d'homme - 220 pages

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

zazy 10/10/2017 23:44

La couverture me plait, tout comme ce que tu en dis, alors je le note

Nicole Grundlinger 11/10/2017 11:46

Désolée pour ta liste qui s'allonge :-)

Delphine-Olympe 10/10/2017 14:00

Un sjet qui ne manque pas d'intérêt et une couv assez séduisante, je dois dire. Mais parviendrai-je à lui faire une place... il est prévu que je me remette très vite (ou enfin !) aux 68...

Nicole Grundlinger 10/10/2017 18:00

Ne compte surtout pas sur moi pour choisir à ta place ;-)