Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

La nuit des béguines - Aline Kiner

10 Décembre 2017 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

Il est rare qu'il s'écoule autant de temps entre le moment où je lis un livre et celui où je partage mon ressenti. La nuit des béguines est l'un des premiers titres qui m'ont intéressée dans les programmes de la rentrée, l'un des premiers que j'ai achetés. J'adore le Moyen-Âge depuis toujours mais les romans qui s'en inspirent se sont fait rares ces dernières années d'où ma hâte de retrouver des thèmes qui m'ont laissé d'heureux souvenirs de lecture. Pourtant, plusieurs mois se sont écoulés avant que je ne me décide à en parler. Une lenteur à l'image de l'atmosphère qui se dégage de ce roman où l'on prend le temps d'installer l'intrigue, de contempler le décor, de réfléchir à la condition des personnages qui le peuplent. Où la vie spirituelle trouve sa place malgré la violence du monde extérieur. Et un constat : cette lecture est toujours bien présente en moi, malgré toutes celles qui lui ont succédé.

Aline Kiner recrée pour nous la vie du grand béguinage royal qui, au 14ème siècle rassemblait dans son enceinte des centaines de femmes désireuses de vivre hors de l'autorité des hommes. Au cœur du Marais, ces femmes étaient sous la protection du roi et formaient une communauté des plus modernes, travaillant, étudiant, soignant, mais dont le statut ni vraiment religieux ni tout à fait laïc était sujet à controverse. Des femmes affirmant leur autonomie... imaginez la tête de l'Eglise mais également des familles encore régies par la figure patriarcale ! C'est d'ailleurs sa famille et un mariage imposé que fuit la jeune Maheut, recueillie par Ysabel, l'une des doyennes du béguinage faisant également office de médecin grâce à sa connaissance des secrets des plantes. Au dehors, on brûle Marguerite Porete, l'une des leurs, accusée de sorcellerie par des évêques ulcérés qu'une femme ait osé les défier par ses écrits. Le béguinage est de plus en plus menacé et Ysabel va devoir faire preuve de diplomatie et d'intelligence pour tenter de protéger au mieux la communauté.

Le premier plaisir apporté par ce livre c'est la plongée dans une époque que l'auteure parvient à recréer de superbe manière grâce à une documentation précise dont la densité s'efface derrière la passion. Peut-être le fait d'avoir des images en tête facilite-t-il l'immersion ? J'ai parfaitement identifié le quartier qui abritait le béguinage et j'avais aussi à l'esprit d'autres béguinages visités à Bruges ou à Amsterdam qui, même s'ils étaient architecturalement différents fonctionnaient sur le même principe. Du coup j'ai eu l'impression de voir soudain s'animer des lieux qui étaient restés pour moi à l'état de concept. Deuxième grand plaisir : une atmosphère à la croisée des chemins entre deux œuvres lues avec un immense plaisir quelques décennies auparavant, La chambre des dames de Jeanne Bourin et Les Rois maudits de Maurice Druon. Enfin, dernier plaisir, la découverte passionnante de ces communautés de femmes éprises de liberté, féministes avant l'heure et bien décidées à s'émanciper au mieux des tutelles imposées. C'est un des éléments qui me font aimer le Moyen-Âge, période foisonnante où se mêlent sophistication et rusticité, délicatesse et brutalité. On ajoutera à tout cela une intrigue bien ficelée qui permet d'explorer les multiples facettes des contraintes qui pesaient alors notamment sur les femmes et l'on comprend que l'on se trouve face à un roman vraiment très intéressant.

Un livre délicat, des héroïnes marquantes et la découverte d'un monde oublié. De quoi occuper quelques belles heures de lecture.

"La nuit des béguines" - Aline Kiner - Liana Levi - 336 pages

Ariane fait également référence aux Rois maudits dans son billet et Edyta a aussi aimé.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

manou 11/12/2017 09:06

Je le note car ce que tu en dis me tente beaucoup...J'aime cette période de l'histoire et c'est en plus un beau sujet

Nicole Grundlinger 11/12/2017 15:49

Oui c'est un beau sujet, un livre très intéressant.

kathel 11/12/2017 08:36

Je lis très rarement des romans se déroulant au Moyen-Âge, si j'excepte ceux de Carole Martinez... Mais celui-ci est assez tentant !

Nicole Grundlinger 11/12/2017 15:49

Il a le mérite d'être parfaitement documenté et de donner un coup de projecteur à cette communauté de femmes qui méritent d'être connues.

Ariane 10/12/2017 19:25

J'ai apprécié aussi, même si le contexte historique, l'époque et le grand béguinage m'ont plus intéressée que l'histoire elle-même. Je n'ai jamais lu La chambre des dames. Tu le conseilles aussi ?

Nicole Grundlinger 11/12/2017 15:47

La chambre des dames, j'ai lu ça il y a bien 25 ans et à l'époque j'ai adoré... Je ne sais pas du tout ce que cette lecture donnerait aujourd'hui mais si tu tombes dessus et que tu apprécies cette époque alors tu peux essayer. Un bel alliage entre Histoire et romanesque et de très beaux portraits de femmes car l'époque s'y prêtait vraiment. Il y a eu une série télévisée il me semble...
Et oui, moi aussi l'époque et le contexte m'ont également beaucoup plus intéressée que l'intrigue elle-même dans La nuit des béguines.

Delphine-Olympe 10/12/2017 19:15

Comme je te l'avais dit, je n'ai pas été comme toi charmée par ce roman. Pourtant l'époque et le sujet m'intéressaient. Mais, je ne sais pas, je l'ai trouvé un peu long et, pour tout dire, j'ai eu le sentiment de rester constamment à l'extérieur du roman, sans que je m'explique bien pourquoi. Peut-être aurais-je fini par le savoir si j'avais écrit un commentaire, mais je ne me suis pas pliée à l'exercice...

Nicole Grundlinger 11/12/2017 15:41

Oui je me souviens que nous avions envisagé une lecture commune mais que tu n'étais pas très enthousiaste... Moi-même je ne savais pas si j'écrirais quelque chose jusqu'à ce que je m'aperçoive que je l'avais encore bien en tête 3 mois après (et tu imagines toutes les lectures qui lui ont succédé :-) ). Pas un coup de cœur mais une lecture intéressante dont j'ai finalement eu envie de faire part.