Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Les Spectateurs - Nathalie Azoulai

24 Janvier 2018 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

J'ai tellement aimé Titus n'aimait pas Bérénice que ce nouveau roman de Nathalie Azoulai est le premier sur lequel je me suis ruée lors de ma première virée en librairie début janvier. Me voilà donc bien marrie d'avoir à faire part ici de mon immense déception après cette lecture dont j'attendais tant. Car je n'ai rien retrouvé de ce qui m'avait fait vibrer, notamment cette écriture pleine de charme au service d'une langue magnifique. Tout m'a semblé plat, nébuleux, compliqué. Je n'ai pas du tout été embarquée, je me suis ennuyée et me suis surprise à de nombreuses reprises à laisser mon esprit s'échapper - ce qui n'est jamais bon signe.

Nathalie Azoulai met en scène une famille à travers les yeux du fils de treize ans dont on ne connaîtra jamais le prénom même si l'on comprend au milieu du récit que ce prénom est l'une des clés de l'énigme qu'il cherche à résoudre en s'interrogeant sur le passé de ses parents. Nous sommes en juin 1967 et la famille est réunie devant le poste de télévision et la conférence de presse que donne le Général de Gaulle. A travers les échanges entre les grandes personnes et les bribes d'actualité qu'il découpe consciencieusement dans les journaux, le jeune garçon essaye de reconstituer les événements qui ont précédé l'arrivée de sa famille en France. Sa mère était enceinte de lui lorsqu'ils ont été chassés d'un pays d'Orient, là encore pas nommé (pays du Maghreb ? Égypte ?) et tout en lui interroge ses origines. Il tente de décrypter les colères de son père face aux discours politiques ou bien encore le comportement évaporé de sa mère qui s'identifie à une star de cinéma et ne se réfère qu'à sa collection de Cinéplay dans lesquels elle fait copier les modèles de robes des actrices par son amie Maria, voisine et couturière. Qu'ont-ils laissé derrière eux ? Que représentent leurs enfants nés en France et détachés de leurs origines ?

Il semble que trop de flou ne me réussisse pas... Il m'a fallu rechercher des infos sur cette conférence de presse pour en connaitre le contenu et tenter de décrypter un peu le propos de l'auteur. Plutôt séduite au départ par le personnage de la mère, sa fascination pour le cinéma hollywoodien des années 40 au point de se comporter sans cesse comme une actrice elle-même, c'était plutôt cocasse, voire émouvant... sauf qu'au bout de cent pages de détails de robes et de scènes de films, ça lasse et ça finit même par énerver. Trop nébuleux, trop cérébral peut-être... chercher sans cesse des clés, ça fatigue et quant on n'a pas forcément le bagage pour les trouver, ça déçoit.

Inutile de s'étendre, je n'étais clairement pas dans le lectorat cible de ce livre, vraiment très très différent du précédent. Certains seront séduits par l'atmosphère, je peux le comprendre et j'ai d'ailleurs lu quelques articles qui m'ont a priori démontré que je n'avais sûrement pas saisi la quintessence du propos. Tant pis. J'assume mon échec et je m'en vais relire quelques phrases de Titus... histoire de ne pas rester fâchée avec l'auteure.

"Les Spectateurs" - Nathalie Azoulai - P.O.L. - 310 pages

Delphine n'a pas été plus convaincue que moi.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Laure 27/01/2018 19:40

Ok, merci, je vais donc passer mon tour pour celui là, et me précipiter sur Titus ... qui m'attend depuis longtemps dans ma bibliothèque.

Nicole Grundlinger 29/01/2018 13:42

Ah oui, si tu n'as pas encore lu Titus, c'est la seule chose à faire :-)

Valérie 24/01/2018 22:13

Aïe, moi aussi, j'avais adoré le précédent et je me réjouissais mais effectivement, ça semble très éloigné.

Nicole Grundlinger 25/01/2018 14:16

Je crois que nous sommes nombreux dans ce cas, Titus... a bénéficié d'un réel engouement on ne peut plus justifié. Peut-être ce livre a-t-il d'ailleurs élargi le lectorat habituel de Nathalie Azoulai d'ailleurs, ce qui explique les déceptions ensuite.

zazy 24/01/2018 21:06

Je n'ai pas lu le premier et, après lecture de ta chronique, je laisse tomber celui-ci aussi

Nicole Grundlinger 25/01/2018 14:18

Par contre, je t'invite à lire Titus n'aimait pas Bérénice désormais disponible en Folio, parce que celui là, tu m'en diras des nouvelles :-)

Delphine-Olympe 24/01/2018 21:05

Mais on dirait ma chronique ! :-D
Comme toi, j'ai cherché cette fameuse conférence de presse sur Internet, essayant d'y trouver les clés du roman. Malheureusement, je ne les ai jamais trouvées et suis, tout comme toi, restée complètement extérieure à ce récit... Quelle déception après le superbe Titus !

Nicole Grundlinger 25/01/2018 14:15

C'est aussi ce que je me suis dit en lisant la tienne ;-)

manou 24/01/2018 19:28

Et bien je suis dubitative car j'avais beaucoup aimé "Titus n'aimait pas Bérénice" et je pensais lire celui-ci les yeux fermés. Je l'avais d'ailleurs déjà noté. Du coup je vais passer je crois...Merci de ta chronique

Nicole Grundlinger 25/01/2018 14:14

Livres très différents en effet mais surtout, je n'ai rien retrouvé de ce qui m'avait plus dans Titus... Dommage !

jeneen 24/01/2018 16:17

ouh la, j'avais aimé Titus..., je vais donc passer ! bon billet

Nicole Grundlinger 24/01/2018 17:34

Livres vraiment très très différents... c'en est même surprenant. Ceci dit je n'avais pas lu ses précédents ouvrages.

krol 24/01/2018 14:07

Ce sont des choses qui arrivent. Chaque livre trouve son lecteur. On n'est pas le lecteur de tous les livres.

Nicole Grundlinger 24/01/2018 17:33

Absolument ... ça fait partie de la vie de lecteur :-)