Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Vers la beauté - David Foenkinos

28 Mars 2018 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

C'est toujours difficile d'exprimer sa déception à un auteur pour lequel on éprouve une réelle sympathie, un auteur que l'on suit depuis longtemps et auquel on doit de très beaux moments de lecture. Pourtant, c'est bien ce que je me décide à faire alors que je me suis précipitée sur le dernier opus de David Foenkinos dûment dédicacé dimanche au Divan après quelques échanges sympathiques, comme d'habitude. Je n'avais même pas imaginé être déçue...

Avec un titre pareil, un sujet aussi intense (la guérison par la beauté...) et l'univers si virevoltant de l'auteur, je m'attendais à passer un super moment. Pas un grand moment mais de ceux qui vous font oublier le réel et le quotidien pendant quelques heures. Las. J'ai éprouvé un sentiment de malaise dès les premières pages que j'ai trouvées poussives, plates, convenues. Sentiment qui a persisté pendant toute la première moitié du livre, tandis que j'attendais que tous ces personnages prennent un tant soit peu de consistance, que le décor s'anime, qu'on entre enfin dans le vif du sujet en perçant cette couche épaisse de superficialité. Certes, la deuxième moitié permet de faire entrer un peu d'émotion mais c'est presque trop tard et, là encore, c'est souvent poussif. Il ne suffit pas de dire que l'Art et la beauté soignent. Il ne suffit pas de décréter qu'untel ou unetelle est un artiste. Où est la suggestion ? Où sont les effets ressentis ? Comment le lecteur fait-il pour s'identifier aux personnages si on reste en surface ?

Pour être sincère, j'ai eu l'impression d'une intrigue bricolée en tentant d'exploiter des ingrédients qui avaient bien fonctionné dans d'autres romans à succès de l'auteur. Malheureusement, la légèreté d'où naissait l'émotion dans La délicatesse (que j'ai adoré !) n'est ici qu'une vaine tentative qui sonne faux. Idem pour ce qui faisait le charme poignant du sublime Charlotte : la sincérité de l'admiration de l'auteur pour l’œuvre et le destin de Charlotte Salomon se ressentaient à chaque ligne et il trouvait les mots, les images pour faire éprouver au lecteur les émotions, les peurs et les obsessions de l'artiste autant que de la femme. Alors qu'ici, on reste de marbre face à l'artiste Camille (je ne parle pas du drame qui la frappe mais bien de sa réalité d'artiste), on n'imagine pas une seconde son travail tout simplement parce qu'il ne nous le donne pas à voir. Bien sûr on ne peut qu'être d'accord avec l'énoncé du problème : contempler le beau peut aider à guérir les blessures de l'âme. Encore faudrait-il creuser un peu, plutôt que se contenter de cette constatation.

Franchement, si l'auteur avait été un inconnu, je n'aurais même pas pris la peine d'écrire un billet. Là, il faut quand même que je dise à quel point je suis déçue par le manque de sincérité et surtout par la facilité qui se dégage de l'ensemble. Cher David, vous pouvez faire beaucoup mieux que ça, d'ailleurs vous l'avez déjà fait. J'avais trouvé qu'avec Le Mystère Henri Pick vous vous étiez habilement sorti de cette période de folie qui avait présidé à l'énorme succès de Charlotte. C'était piquant, très différent mais en tout cas subtilement sincère derrière une apparente naïveté. Malheureusement on voit trop le procédé de fabrication de Vers la beauté, depuis le premier bâti jusqu'aux finitions, c'est vraiment dommage.

Bon, tout ça n'est pas bien grave. Ce petit billet passera inaperçu au milieu des chroniques louangeuses qui entourent déjà la parution de Vers la beauté. Même si je suis à peu près certaine que d'autres auront le même avis que moi, qu'ils l'expriment ou pas. Tout ceci ne m'empêchera pas de guetter le prochain Foenkinos, persuadée qu'il retrouvera l'inspiration, la vraie.

"Vers la beauté" - David Foenkinos - Gallimard - 224 pages

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Noukette 26/04/2018 19:45

Bon. Il m'attend... mais j'avoue que tu me refroidis un peu...

Nicole Grundlinger 27/04/2018 16:54

Disons que tu te feras ta propre idée... Il y a des avis très positifs, d'autres sont du même tonneau que le mien. Je guetterai ton avis :-)

zazy 29/03/2018 18:29

Ce n'est pas la première chronique mitigée et même plus que je lis. J'ai arrêté Foenkinos

Nicole Grundlinger 30/03/2018 16:59

Je n'ai pas encore vu beaucoup de chroniques, je vais aller regarder...

Horizondesmots 29/03/2018 12:59

Comme souvent avec les auteurs qui deviennent des "marques", la qualité finit par disparaître... cela dit, tu n'es pas la seule à être déçue par ce dernier opus, j'ai lu ça et là quelques critiques bien mitigées. Heureusement que les lecteurs-blogueurs sont là pour rectifier le tir d'une communication médiatique bien rodée !

Nicole Grundlinger 29/03/2018 16:21

C'est sûr que les enjeux commerciaux liés à certains noms font que des livres se retrouvent sur le marché alors qu'ils ne devraient pas ; on compte sur la notoriété et la machine médiatique se met en route... globalement ça marchera. Je ne lui veux pas de mal mais je préfèrerais que certaines pépites restées dans l'ombre bénéficient ne serait ce qu'un peu de sa lumière...

keisha 29/03/2018 09:19

Jamais lu l'auteur (juste démarré - et abandonné le mystère HP) donc là je vais passer. Bah, d'autres en diront sûrement du bien, mais tu as raison, toi la fan, de donner ton avis déçu.

Nicole Grundlinger 29/03/2018 16:17

C'est là qu'on voit la différence entre fan et inconditionnelle :-)

manou 29/03/2018 09:10

Et bien je n'ai pas tenté encore cette lecture mais je comprends ce que tu ressens...mais tu n'es pas du tout la première à mettre un bémol sur ce titre. C'est normal aussi qu'un auteur n'écrive pas que des choses fantastiques :) Et puis notre ressenti change selon l'histoire et le moment où on lit un livre. Je le laisse de côté pour l'instant. Merci pour ton ressenti

Nicole Grundlinger 29/03/2018 16:15

Mais oui, on peut comprendre qu'un écrivain ne soit pas toujours au top... même s'il est sensé avoir auprès de lui un éditeur qui lui évite de publier quelque chose qui n'est pas suffisamment bon. Enfin, ça c'est mon avis.

Delphine-Olympe 28/03/2018 22:05

Eh bien, on ne peut pas dire que tu me donnes envie de découvrir l'auteur... pour lequel, je dois bien l'avouer, je nourris quelque chose comme un gros préjugé :-))

Nicole Grundlinger 29/03/2018 16:12

Oui c'est le cas de pas mal de lecteurs, il est assez clivant. Néanmoins, si tu en as l'occasion, je pense que tu peux lire Charlotte qui est vraiment très beau et très à part dans sa bibliographie, un magnifique hommage à Charlotte Salomon dont nous sommes nombreux à avoir découvert l’œuvre et le destin tragique à ce moment.

Marie-laure 28/03/2018 17:27

Bonjour Nicole,
Je viens de lire ton article: je connais mal Foenkinos et j'avais très envie de découvrir ce roman... Je laisse tomber, j'attends le prochain. J'ai lu plusieurs articles qui vont dans ton sens...
En tout cas, j'admire toujours autant tes critiques... pas facile d'être sincère mais c'est notre job... encore faut-il dire les choses tout en restant encourageant, positif, bienveillant et ouvert à un prochain volume.
Pas facile aussi d'être toujours un bon écrivain...
Bref, dure, dure, la vie...

Nicole Grundlinger 28/03/2018 18:01

C'est vrai que je préfère nettement exprimer mon plaisir et mon enthousiasme plutôt que ma déception mais, comme j'ai beaucoup de sympathie pour David Foenkinos je n'ai pas envie de lui mentir. Je n'ai pas encore vu beaucoup de papiers qui vont dans le même sens, mais je vais y prêter attention. Tu as raison, c'est un vrai challenge pour un écrivain d'être toujours au rendez-vous surtout quand il est très attendu. Alors on ne va pas lui en vouloir pour un rendez-vous manqué :-)

Isabelle Costa 28/03/2018 16:11

Bonjour Nicole,

j'apprécie votre sincérité très argumentée. Je ne suis pas une fan de cet auteur dont je n'ai lu qu'un seul livre - La délicatesse - et qui ne m'a laissé aucun souvenir. Bravo pour votre capacité à critiquer tout en encourageant.

Nicole Grundlinger 28/03/2018 17:22

J'avais bien aimé La délicatesse, avec lui on n'est pas dans la grande littérature mais dans le divertissement sympathique. Charlotte était vraiment un très beau livre, très différent de ce qu'il faisait jusque là et peut-être que ça le perturbe de chercher à s'en rapprocher encore...

krol 28/03/2018 15:50

Je ne suis guère surprise, pour ma part, je trouve que Foenkinos se tourne souvent vers la facilité... Je n'ai pas lu Charlotte !

Nicole Grundlinger 28/03/2018 17:19

Moi je fais plutôt partie des lecteurs qui l'apprécient en tout cas pour ce que j'en avais lu jusqu'à présent et surtout pour La délicatesse et Charlotte. Avec ce dernier je pensais qu'il avait franchi un cap mais on dirait que ce n'est pas si simple...