Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

L'enfant perdue - Elena Ferrante

8 Mai 2018 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

Voilà, c'est fini... Quatrième et dernier tome de cette saga "prodigieuse" qui aura donc captivé des millions de lecteurs dans le monde entier. Si je me suis précipitée en librairie dès sa sortie, j'ai saisi le prétexte du mois italien organisé chaque année en mai par Martine pour faire durer le plaisir et ne pas avoir à lire trop tôt le mot fin. Il est vrai que je me suis attachée à Elena et Raffaella, Lenù et Lila, au fil des épisodes de leur vie. A un point que je n'aurais pas imaginé. Pour leur relation passionnelle, fusionnelle, faite d'amour et de haine, de tendresse et de jalousie, mais une relation unique qui les a stimulées quotidiennement même lorsqu'elles n'en avaient pas vraiment conscience. Pour la toile de fond politique, sociétale, de l'Italie de l'immédiat après-guerre jusqu'à nos jours, avec ces ombres toujours présentes, la violence qui s'exprime régulièrement, l'organisation mafieuse qui sous-tend les relations du quartier des héroïnes au cœur de Naples. Ce quartier que l'une a tenté de fuir mais que l'autre a conquis, ce quartier qui demeure au centre de tout.

Elena a fini par revenir à Naples pour vivre sa passion avec Nino. Et la voilà qui se débat dans les affres de l'adultère, confrontée à la faiblesse d'un homme qu'elle a porté aux nues, négligeant sa carrière. Gagnée par l'amertume et la colère sous les yeux de Lila désormais chef d'une entreprise informatique florissante ce qui assoit son influence au sein du quartier. C'est l'heure de la maturité, des premiers bilans et des nouveaux choix. Les deux femmes se rapprochent, leur complicité retrouvée alors même qu'elles tombent enceintes quasiment en même temps et vivent désormais une existence parallèle, presque apaisée... Apaisée ? C'est mal connaître nos deux héroïnes qui ne sont pas au bout des épreuves.

Je n'ai eu aucun mal à replonger illico dans la saga, comme si je les avais quittées la veille. Un peu décontenancée tout de même par le "classicisme" de la trajectoire soudain proposée à Elena dans ses démêlés avec son ex-mari, ses filles, ses beaux-parents et son amant qui ne se décide pas à quitter sa femme. Tout ceci n'avait plus rien de "prodigieux". Heureusement, à Naples et aux côtés de Lila, le conformisme ne fait pas long feu. Ensuite, c'est de nouveau le tourbillon mais beaucoup plus concentré sur la relation entre les deux femmes, leurs drames, leurs succès et leurs crises, alors que le contexte politique est simplement évoqué et que les grands débats intellectuels passent à l'arrière-plan. Comme si ce n'était plus l'heure des combats pour des causes qui semblent vaines ou en tout cas moins importantes à celles qui ont perdu beaucoup de leurs idéaux. C'est certainement ce qui fait le sel de cette saga. La faculté de l'auteure à saisir l'état d'esprit de ses héroïnes à chaque âge de la vie. Des rêves et serments de l'enfance aux désillusions libératrices de l'âge mur.

Voilà... c'est fini. Reste un impressionnant travail d'écriture qui comprend d'ailleurs un certain degré de mise en abyme et une interrogation sur l'inspiration de l'écrivain, sur les influences qui guident sa plume. Elena passe sa vie à se convaincre qu'elle n'est pas un imposteur tout en se nourrissant de ses scrupules vis à vis de celle qu'elle estime plus douée, plus créative, et qui joue le rôle de l'aiguillon. Qui parle sous la plume d'un écrivain ? Éternelle question !

Allez, ciao Lenù et Lila, c'était bien, vraiment bien.

"L'enfant perdue" - L'Amie prodigieuse IV - Elena Ferrante - Gallimard - 554 pages (traduit de l'italien par Elsa Damien)

 

 

En mai, c'est le mois italien et ça se passe sur le blog Les lectures de Martine

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Daphné 24/05/2018 09:04

Un grand coup de cœur pour moi, cette saga! J'ai eu un peu de mal à entrer dans le quatrième tome au début (j'avoue que le personnage d'Elena m'a un peu agacé à ce moment là) mais ça n'a pas duré. J'ai vraiment aimé ces livres!
Daphné

Nicole Grundlinger 24/05/2018 10:03

Oui je comprends ton ressenti vis à vis d'Elena, on s'étonne de la voir dans une situation si convenue et on a envie de la secouer un peu... Mais effectivement, ça corresponde aussi à une époque de sa vie, comme nous en connaissons tous. L'ensemble est vraiment très réussi.

Delphine-Olympe 09/05/2018 21:30

Vraiment bien, oui. Je partage tout ce que tu dis.

Nicole Grundlinger 10/05/2018 13:44

:-)

manou 09/05/2018 09:05

Je ne l'ai pas encore lu et donc je diffère la lecture de ta chronique...en fait le tome 3 m'attend déjà depuis un certain et je voulais pendre le temps de le savourer avant de m'attaquer dans la foulée au 4...

Nicole Grundlinger 09/05/2018 17:45

Prends ton temps, prends ton temps surtout... Parce qu'une fois que c'est fini, c'est fini :-)

zazy 08/05/2018 21:35

Pourquoi ne suis-je pas tentée par cette série ? Pourtant ton commentaire en rajoute une couche

Nicole Grundlinger 09/05/2018 17:44

Il arrive parfois qu'à trop en entendre parler... En ce qui me concerne, c'est ma meilleure amie qui vit aux Etats Unis qui me l'a signalé lors de la parution du 1er tome en français car elle avait dévoré les 4, traduits en anglais bien avant. Je n'ai pas regretté d'avoir suivi son avis avant la déferlante qui m'aurait peut-être refroidie comme toi.
Je trouve que c'est un impressionnant travail d'écrivain qui mérite vraiment d'être lu. Ensuite, chacun préfère l'un ou l'autre des volumes en fonction de la période de la vie des deux amies mais globalement c'est très très impressionnant.