Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Ma dévotion - Julia Kerninon

25 Août 2018 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans, #Coups de coeur

"Si je t'avais parlé à temps, Frank. Si je t'avais, une seule fois, dit quelque chose au lieu de simplement faire, toujours faire, toujours tout faire, si j'avais su utiliser les mots qui étaient pourtant, sous leur forme écrite, ma compétence la plus achevée, si j'avais su les dompter pour qu'ils portent ma voix, rien de tout cela ne serait arrivé, n'est ce pas ? C'est pour ça que je parle, maintenant, et que tu dois m'écouter".

Installez-vous confortablement, prenez le temps d'admirer cette superbe couverture, de répéter peut-être ce joli titre à voix haute histoire de vous mettre dans l'ambiance. Bienvenue dans l'univers de Julia Kerninon, celui qui avait tant ébloui lors de la parution de son premier roman, le très remarqué Buvard. Dès les premières pages, on retrouve la force et la fluidité de l'écriture de ce premier opus, dès les premiers mots, on est pris, happé, on mesure déjà la tension naissante dont le crescendo ne se démentira à aucun moment. J'ai aimé tous les précédents romans de l'auteure. J'ai adoré celui-ci.

Ce roman est une longue confession, le discours d'une femme qui tente enfin, au crépuscule de sa vie de se dire la vérité. La vérité sur sa relation avec l'homme qui a le plus compté pour elle et qui n'était ni un père, ni un frère ni même un mari. Un homme qu'elle appelle son meilleur ami. Alors qu'ils ne se sont pas vus depuis vingt-trois ans, Helen et Frank se croisent par hasard à Londres. Les deux octogénaires ne savaient même pas qu'ils habitaient si près l'un de l'autre. Cette rencontre déclenche alors chez Hélène la nécessité de ce récit, les yeux dans les yeux. Car Frank est l'homme avec lequel elle a vécu le plus longtemps, mais également celui sur lequel elle a veillé, dont elle a fait naitre la vocation avant de le soulager de tous les soucis matériels qui auraient pu entraver l'expression de son art. Si Frank Appledore est devenu un peintre aussi célèbre, c'est aussi à Helen qu'il le doit.

Je ne vais rien raconter ici, le plaisir du lecteur étant de découvrir peu à peu le cheminement de cette relation, depuis Rome où les parents diplomates des deux adolescents sont en poste lorsqu'ils se rencontrent, jusqu'en Normandie où ils vivront leurs dernières années ensemble, en passant par Amsterdam et Boston. Sachez simplement qu'on a l'impression d'assister à une mise à nu des sentiments, avec une force que l'on rencontre rarement. Hélène gratte la surface, brise les apparences, arrache les peaux mortes pour tenter d'arriver à la vérité, malgré les couches de mensonges accumulés. A commencer par ceux qu'elle s'est fait à elle-même.

"Tu ne cessais de revenir vers moi. C'était ma position dans le monde - j'étais le lieu où tu revenais. Comme d'autres font des voyages de santé dans leur village de naissance, il me semblait que toi, tu revenais irrésistiblement dans mes parages, comme si c'était moi ta maison, moi ton essence, ton centre. C'était moi qui te protégeais, depuis toujours, et, avant tout, je te protégeais de toi-même. Tu ne m'avais rien demandé, c'est exact - mais, Frank, depuis le premier jour de notre rencontre, ton incompétence m'appelait comme une sirène dans la brume".

Tout est d'une précision machiavélique, depuis l'étude des ressorts psychologiques qui guident ces deux êtres aux caractères bien trempés, élevés au sein de familles habituées à mentir jusqu'à l'irrésistible engrenage qui aboutit au drame, car drame il y a eu. Je le disais en préambule, on est ici dans la veine de Buvard, on se sent en terrain familier, la férocité est toujours là, mais la plume a (encore) gagné en force, la narration en densité pour livrer un fantastique roman.

Un énorme coup de cœur !

"Ma dévotion" - Julia Kerninon - la brune au rouergue - 304 pages

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

keisha 09/12/2018 07:17

Ah j'ai trouvé ton billet! (et ajouté le lien) . Encore une fois je constate qu'on est du même avis... ^_^

Nicole Grundlinger 09/12/2018 13:19

Je suis tellement contente de voir que ce roman commence à être en vue sur les blogs... Je suis très fan de Julia Kerninon.

Noukette 28/08/2018 00:56

Il m'attend et je me languis !

Nicole Grundlinger 28/08/2018 16:43

Hé hé... A très vite alors :-)

zazy 27/08/2018 23:14

Et bien, quelle chronique ! Un livre que je note

Nicole Grundlinger 28/08/2018 16:41

J'adore Julia Kerninon et là, c'est vraiment top !

Eva 27/08/2018 11:02

une de mes prochaines lectures (on l'a mis à l'affiche de notre podcast Bibliomaniacs d'Octobre) et la perspective d'un coup de coeur me fait saliver !

Nicole Grundlinger 27/08/2018 15:38

Bonne idée ! Je suivrai ça avec attention mais je m'attends à voir passer quelques coups de cœur !

Delphine-Olympe 25/08/2018 20:40

Je vais peut-être bien me laisser tenter. J'avoue que je n'avais pas accroché du tout avec un précédent titre de cette auteure dont j'ai oublié le titre et que j'avais abandonné. (Et c'est vrai que la couverture est splendide !)

Nicole Grundlinger 26/08/2018 16:56

Je pense qu'il s'agissait de son essai, Une activité respectable. Dans ce roman, il me semble que les thèmes abordés devraient t'intéresser et l'univers te plaire... mais le mieux, c'est encore d'essayer :-)

krol 25/08/2018 18:05

Encore un coup de coeur ! Je n'ai lu que Buvard, d'elle, mais je ne m'en souviens plus du tout...

Nicole Grundlinger 25/08/2018 18:12

Tant qu'à faire je commence par les coups de cœur :-) , mais il est vrai que j'ai énormément lu ces deux derniers mois... Moi je me souviens très bien de Buvard qui m'avait marquée à l'époque. Elle a déstabilise pas mal de lecteurs avec son 2ème roman mais je pense qu'elle va les retrouver ici...

corinne 25/08/2018 09:30

Magnifique commentaire, je l'achète

Nicole Grundlinger 25/08/2018 18:06

Merci mais surtout, belle lecture !