Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Globalia - Jean-Christophe Rufin

18 Avril 2019 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans, #Coups de coeur

Peut-on renouveler un coup de cœur quinze ans après ? Malgré le temps qui transforme, les découvertes littéraires qui affadissent parfois les lectures plus anciennes, malgré les goûts qui évoluent ? Eh bien oui, c'est ce qui m'est arrivé avec Globalia, roman dévoré en 2004 au moment de sa parution (j'étais déjà accro à la plume de Jean-Christophe Rufin) et relu il y a quelques jours, chose rare chez moi. Mais c'est le dernier roman d'Aude Le Corff, La mer monte qui m'a donné envie de me replonger dans celui-ci. Et puis une discussion avec l'auteur, lors de la soirée organisée par Gallimard pour la parution de son nouveau roman, Les sept mariages d'Edgar et Ludmilla, lui qui se demandait s'il n'avait pas écrit Globalia trop tôt. Alors ça, je ne pense pas. Par contre, il pourrait sortir aujourd'hui, on le trouverait tout aussi impressionnant. Savoir qu'il a été écrit il y a quinze ans le rend d'autant plus brillant.

Globalia est une dystopie qui brouille les repères temporels. C'est quelque part dans le futur, des années après les guerres civiles qui ont mis le monde à feu et à sang. Une civilisation aseptisée, sous cloche, littéralement puisque protégée par des dômes et des parois de verre. Au-delà des parois ? Ce qu'on appelle les non-zones. D'un côté l'ordre et une devise : "Liberté, sécurité, prospérité". De l'autre, le chaos, la misère, la violence, le néant d'où viennent régulièrement des actions terroristes. Baïkal est un jeune homme de vingt ans, une rareté dans cette société où la vieillesse est portée aux nues, débarrassée des scories qui en faisaient naguère un calvaire (santé, dégradation physique...) et où les naissances sont régulées par l'Harmonie sociale pour maintenir un parfait équilibre. Depuis son plus jeune âge, Baïkal s'interroge sur ce qu'il y a réellement au-delà de ces murs de verre, persuadé qu'il y a un ailleurs. Il entraine Kate, la jeune fille dont il est amoureux dans une escapade interdite, qui sera le début pour eux, et pour le lecteur d'une plongée dans les entrailles de la réalité de ce Globalia et des motivations de ses dirigeants.

Présentée comme la démocratie idéale, prônant la liberté, Globalia va se révéler bien plus complexe et perverse dans sa conception, son organisation et, finalement son idéologie. Au fur et à mesure que l'on avance, tous les concepts sont remis en cause et bousculés. Quelles contreparties pour la sécurité ? Qu'est ce que vraiment la liberté ? D'ailleurs, peut-on parler de liberté lorsque les historiens sont sous contrôle au prétexte que "le passé est un immense territoire d'idées nuisibles" ? Peut-on parler de liberté lorsque les citoyens sont soumis à une information contrôlée et à une pression commerciale permanente ? Jean-Christophe Rufin projette son lecteur dans une société telle que nous pourrions en bâtir à partir des concepts prônés actuellement par une majorité d'individus : une société mondialisée (homogénéisée, standardisée), une société dominée par les intérêts commerciaux et l'argent, une société sécuritaire guidée par la peur de l'autre. Tout ceci par l'intermédiaire d'un formidable roman d'aventures avec Baïkal dans le rôle de l'explorateur des territoires interdits, dans des décors qui font voyager le lecteur entre l'univers aseptisé de Globalia et le far west des non-zones. Franchement, un régal, fait de trouvailles passionnantes pour ce qui est de donner un aperçu du futur, que ce soit en matière sociétale avec par exemple une croustillante inversion des valeurs liées à la famille, ou en matière scientifique (chacun possède plusieurs clones permettant d'échanger les organes défectueux... entre autres). Mais je ne voudrais pas spoiler les chanceux qui vont découvrir Globalia pour la première fois.

Je crois que le lire maintenant fut encore plus savoureux, parce que l'anticipation apparait toujours plus vertigineuse à l'aune de notre société et de ce qu'il s'est passé au cours des quinze dernières années. Non seulement le roman n'a pas vieilli mais il s'est bonifié avec les années. C'est peut-être ça, la bonne littérature. L'occasion de conclure avec ce clin d’œil (pas de roman de Rufin sans un mot sur les livres), petit extrait qui donne à méditer sur l'évolution de la production littéraire : "Interdire les livres, c'est les rendre désirables. Toutes les dictatures ont connu cette expérience. En Globalia, on a fait le contraire : on a multiplié les livres à l'infini. On les a noyés dans leur graisse jusqu'à leur ôter toute valeur, jusqu'à ce qu'ils deviennent insignifiants. (...) Surtout dans les dernières époques, vous ne pouvez pas savoir la nullité de ce qui a été publié".

Un dernier mot : lisez ou relisez Globalia !

"Globalia" - Jean-Christophe Rufin - Gallimard / Folio - 498 pages

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

valentyne 30/06/2019 10:44

Lu à sa sortie aussi et coup de cœur aussi
Je relis très peu

C’est là que je mesure la distance que j’ai parcouru en tant que lectrice
J’avais parlé de ce coup de cœur dans mon entourage et une personne (bénévole à la bibli municipale avait « descendu » ce livre : mal écrit, histoire facile...
Et il avait un peu gâché mon plaisir
Maintenant quand j’aime je ne m’en laisse plus influencée
J’aime
Mais je ne parle quasiment plus de mes lectures à mon entourage : je me répands :-) sur mon blog et sur Babelio :-)
Bonne journée

Nicole Grundlinger 30/06/2019 17:52

C'est toujours très bizarre de se trouver confronté à la critique virulente d'un livre que l'on a beaucoup aimé... Ce qui compte, c'est son propre ressenti. Un livre ne peut pas faire l'unanimité. Je relis peu également, et là, je ne regrette pas de l'avoir fait. Je pense que tous mes coups de cœur passés n'aboutiraient pas forcément au même résultat 15 ans après car on évolue forcément... (pour en revenir à Globalia, il me semble que la majorité est plutôt de notre côté ;-) ). A bientôt

eimelle 15/06/2019 10:00

pas sûre d'accrocher avec le thème, à voir!

Nicole Grundlinger 15/06/2019 16:30

Il faut aimer l'anticipation... et les romans d'aventure... (sachant que la plume de Rufin fait aimer tous les genres, en tout cas c'est l'effet que ça me fait ;-) )

Antigone 09/06/2019 10:51

Tiens tu m'intéresses ! En plus un livre qui passe avec brio le test de la relecture ce n'est pas si courant. ;) C'est amusant, je ne pense pas que ce soit le texte le plus connu de Ruffin car je m'en souvenais pas du tout.

Nicole Grundlinger 09/06/2019 15:06

Il date de 2004 et à l'époque on en avait pas mal parlé... mais depuis, il en a produit un certain nombre :-). S'il paraissait aujourd'hui je pense qu'il aurait un énorme succès...

Sandrine 01/05/2019 17:31

J’aime beaucoup cet auteur. Grâce à vous je vais découvrir ce roman pour lequel j’observais quelques réticences aujourd’hui bien mises à mal par votre enthousiasme que je ne doute pas de partager très bientôt.
Merci!

Nicole Grundlinger 02/05/2019 16:04

Oui, il ne faut pas avoir peur, on retrouve tout l'univers de Jean-Christophe Rufin qui ne tombe pas dans la science-fiction mais livre un vrai roman d'aventures qu'il situe dans le futur pour mieux interroger le présent.

Delphine-Olympe 20/04/2019 14:49

La citation est en effet on ne peut plus savoureuse !
Bon, encore une tentation. Une de plus...

Nicole Grundlinger 20/04/2019 17:09

Maintenant que tu es membre du fan club... ;-)

Kathel 20/04/2019 09:10

Je ne l'ai pas lu et tu me donnes envie de combler ce manque...

Nicole Grundlinger 20/04/2019 17:08

Tu m'en voies ravie car j'avais vraiment envie de le faire découvrir à de nouveaux lecteurs :-)

manou 18/04/2019 11:00

Je l'ai découvert il y a deux ans et lu avec grand plaisir...A lire absolument !

Nicole Grundlinger 18/04/2019 18:36

N'est ce pas ?!

keisha 18/04/2019 08:22

Bingo, je vais noter ça!!!

Nicole Grundlinger 18/04/2019 18:35

Oh tu ne l'as pas lu ? Curieuse de ton futur retour...