Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

De l'Angleterre et des anglais - Graham Swift

11 Juin 2019 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Nouvelles

Après la quasi-perfection de son dernier roman, Le dimanche des mères, je n'avais aucun doute quant à l'excellence de Graham Swift dans l'exercice du format court. Alors j'ai pris le temps de déguster chacune de ces vingt-cinq nouvelles, d'admirer la façon dont, quelle que soit l'époque, l'auteur parvient à camper un décor, une ambiance et surtout, à saisir un moment. A capturer un instant essentiel dans la vie de ses personnages.

C'était déjà ce qui m'avait fascinée dans Le dimanche des mères. La construction du roman autour du moment originel, celui à partir duquel un destin bascule, une trajectoire se décide. Et l'on retrouve cette focalisation à travers ces textes, très différents dans les histoires qu'ils mettent en scène, dans le parti-pris narratif ou même dans leur temporalité, mais dont le fil conducteur pourrait être cet arrêt sur une image auscultée ensuite avec une loupe dans ses moindres détails. Graham Swift explore comme personne les nœuds au cerveau des individus les plus banals, à partir de situations on ne peut plus courantes. Il le fait avec l'acuité et le regard typiquement britanniques, avec cette pointe de détachement un peu hautaine qui n'ignore rien de l'impuissance des hommes à maîtriser leur destin, ni de leur fâcheuse tendance à faire les mauvais choix.

A travers les personnages, les différents décors, les histoires, s'esquisse une sorte de portrait de groupe, sans chercher à le figer réellement. On imagine un dessin de l'Angleterre constitué de millions de visages, comme autant de destins reliés bien que différents. En s’immisçant dans l'intimité des pensées de ses personnages, l'auteur ne perd jamais de vue leur appartenance à un collectif, à quelque chose de bien plus grand qu'eux. Qui les dépasse sans qu'ils en aient toujours conscience. Le lecteur, lui, en reliant les points, est aux premières loges pour explorer ces inconscients qui lui sont présentés sur un plateau et portent en eux des siècles d'histoire.

"Le savoir est plus vaste que les royaumes et, si les royaumes sont éphémères, lui seul demeure le véritable arbitre des temps" dit l'un des personnages de la nouvelle intitulée Hématologie dans la lettre qu'il adresse en 1649 à un cousin dont il a été éloigné pour des raisons de rivalités politiques. Une phrase particulièrement éclairante et représentative de ce recueil savoureux et d'une réjouissante finesse.

"De l'Angleterre et des anglais" - Graham Swift - Gallimard - 334 pages (traduit de l'anglais par Marie-Odile Fortier-Masek)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Lou 28/06/2019 15:16

Je suis en train de le lire et suis agréablement surprise par la variété des thématiques abordées. Je m'étais régalée avec "Le Dimanche des Mères" que je me promets de relire. J'ai ajouté le billet au recap :)

Nicole Grundlinger 28/06/2019 17:18

Tellement excellent, Le dimanche des mères ! Et là, effectivement, variété des thèmes et des époques mais toujours cette virtuosité à saisir le moment de bascule, l'instant originel... Merci et bonne lecture à toi !