Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Le coeur synthétique - Chloé Delaume

24 Septembre 2020 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

"C'est l'histoire d'une fleur bleue qui n'a plus de racines à force d'être dépotée. Un cœur dans un bocal, une rose trémière coupée. Adélaïde Berthel, c'est une femme comme une autre. Qui désormais apprend la solitude, comme l'exilée apprend une langue étrangère".

Adélaïde a plutôt bien enchaîné ses histoires d'amour, la dernière en date a duré presque dix ans, elle en est sortie par lassitude et s'est tournée aussitôt vers l'avenir. Sauf que. Adélaïde a quarante-six ans. Si elle ne s'en était pas spécialement rendu compte, la société et le regard des hommes vont se charger de le lui rappeler. Adélaïde est une femme qui assure. Une super attachée de presse dans l'édition, prête à défendre ses poulains, astucieuse, pleine de ressources. Pas très loin de ce qu'on appelle une battante, engagée dans la vie parisienne trépidante. Alors elle se dit qu'il suffit de sortir, de multiplier les occasions. Que d'après les statistiques, entre sa vie professionnelle qui lui offre des tas d'opportunités de rencontre et ses loisirs, ça devrait le faire. Pourtant, les désillusions s'enchaînent, y compris côté boulot, le contexte n'étant pas hyper favorable du côté de l'édition. Heureusement il y a les copines. La bande des quatre. Chacune faisant ce qu'elle peut, et même un peu de sorcellerie, loin des stéréotypes de la vie de famille idéale. Et qui composent à elles seules une étude de marché exhaustive de la situation amoureuse d'une femme de plus de quarante-cinq ans...

J'ai adoré ce roman. D'abord son ton, une dose de cash, une pointe d'ironie, une autre de lucidité, quelques grammes de sarcasmes et une bonne louche de tendresse. L'auteure a certainement pioché sa matière de fond dans un corpus d'études sociologiques qui lui permet de camper des personnages féminins que l'on comprend immédiatement. Son héroïne est une femme intelligente, plutôt favorisée (même si la séparation l'a laissée sur la paille), bon job... seul son âge est un problème en particulier lorsque se trouvent dans la même pièce des spécimens de vingt ans de moins. Devinez avec qui repart le seul type "libre" de la soirée ? Mais j'ai aussi beaucoup aimé la peinture du milieu de l'édition que s'autorise Chloé Delaume grâce au métier d'Adélaïde. Ça grince, hein. Ça sent le vécu. On enchaîne les scènes qui font sourire, surtout en période de rentrée littéraire. Très juste aussi tout ça. L'auteure tente d'imaginer la vie future de son héroïne, accompagne son apprentissage au fur et à mesure qu'elle assimile les données nouvelles, dessine des options, on verra... Ce qui est certain néanmoins nous dit-elle, statistiques à l'appui, c'est que tout finira entre femmes. Alors autant s'organiser dès à présent.

Une lecture grinçante qui compose un diptyque intéressant et réjouissant avec Juvenia de Nathalie Azoulai.

"Le cœur synthétique" - Chloé Delaume - Seuil - 198 pages

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ariane 26/09/2020 22:08

En général je te suis facilement, mais là pas sûre d'être sensible à l'histoire...

Nicole Grundlinger 27/09/2020 14:39

Ce n'est pas tant l'histoire que le ton piquant et l'analyse de l'auteure qui sont intéressants ; ceci dit, tu es peut-être encore trop jeune ;-)

Delphine-Olympe 25/09/2020 19:24

Ca fait déjà plusieurs fois que je me dis qu'il faut que je lise cette auteure. Même si ce livre-là semble très à part dans sa production, cette fois je ne vais pas passer à côté !

Nicole Grundlinger 26/09/2020 14:04

Oui apparemment beaucoup plus "léger" et accessible que ses écrits habituels... une bonne occasion de faire connaissance.

krol 25/09/2020 10:32

Je ne connais pas l'auteure, et le résumé du roman ne m'incite pas du tout à le lire. Ca n'est pas très original. Mais tu as aimé... alors, là... j'en perds mon latin, je ne sais plus quoi en penser. Il faudrait qu'il se trouve à la bibliothèque, ça serait plus simple.

Nicole Grundlinger 25/09/2020 16:40

Eh bien, ne te force pas, il y a suffisamment de choix dans les rayons des librairies et des bibliothèques :-)

Géraldine 24/09/2020 12:33

Ayant eu une expérience de lecture malheureuse avec Chloé Delaume, je ne me serais pas penchée sur ce roman. Mais ce que tu en dis est très tentant... De plus, tout roman qui évoque le milieu de l'édition est un peu comme un aimant !

Nicole Grundlinger 24/09/2020 16:42

Il semble que ce soit assez différent de ce qu'elle écrit d'habitude, certainement plus accessible d'après ce que j'ai pu comprendre car je ne l'avais moi-même jamais lue.

papillon 24/09/2020 10:40

J'étais très réticente sur ce roman (parce que, bon, on commence à le savoir que, passé 45 ans, une femme n'est plus bonne à rien, que ce soit professionnellement ou amoureusement, et je n'ai pas forcément envie qu'on me le rappelle tous les quatre matins), mais comme tu as adoré, je vais peut-être lui laisser une petite chance... si je le trouve en biblio.

Nicole Grundlinger 24/09/2020 16:41

J'ai aimé le parti-pris de la causticité, de l'humour et le tableau d'ensemble, loin d'être plombant. Oui, regarde si tu en as l'occasion.

DF 24/09/2020 09:48

Une auteure que je suis de loin - j'avais lu "J'habite dans la télévision", un roman expérimental, et "Les sorcières de la République", une politique-fiction féministe à la fois grinçante, drôle et flamboyante. Il y a de quoi faire!

Nicole Grundlinger 24/09/2020 16:38

J'ai plutôt lu des articles de sa part, je l'ai souvent entendue lors d'interventions télévisées ou radiophoniques mais je ne l'avais encore jamais lue. J'ai profité de ce roman qui semble plus accessible que ses livres habituels pour faire connaissance... A suivre, donc.

Fanny 24/09/2020 07:07

D'elle, je n'ai lu que Mes bien chères sœurs, sorte d'essai et j'avais adoré le ton franc et cash.
Je me demande ce que ça donne en roman.

Nicole Grundlinger 24/09/2020 08:34

Je n'avais rien lu d'elle auparavant mais je pense que le roman lui offre un terrain un peu plus humoristique voire ironique.