Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Monstres anglais - James Scudamore

18 Février 2021 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

Dans son savoureux roman England, England, Julian Barnes fait dresser à l'un des protagonistes une liste des cinquante caractéristiques essentielles de l'Angleterre (je vous laisse le lire et découvrir pourquoi), liste dans laquelle figure en bonne place le principe du "pensionnat anglais". Aussi constitutif du pays que le pub ou le cricket, partie prenante du système de classes qui régit la société anglaise, c'est aussi une source intarissable pour les romanciers. Et le cœur du roman de James Scudamore, auteur que je découvre à cette occasion. Un roman qui interroge les séquelles indélébiles que laissent dans la plupart des esprits les quelques années passées dans ces lieux régis par des règles strictes et une tacite propension au secret.

L'histoire nous est racontée par Max, devenu adulte non sans difficultés. Il avait une dizaine d'années et vivait jusque-là à l'étranger au gré des affectations de son père, cadre dans une multinationale, revenant en Angleterre pendant les vacances chez ses grands-parents, lorsque la décision fut prise de le faire admettre dans un pensionnat. Gros changement de vie pour Max habitué à une certaine liberté d'action, et surtout à la tendresse bougonne de son grand-père. Conditions spartiates dans des bâtiments très anciens aux allures de château-fort, discipline rigide allant parfois jusqu'aux sévices corporels. Mais aussi l'amitié, les blagues potaches, l'apprentissage de la transgression, l'aventure, les jeux de rôle. Une atmosphère particulière. Plus tard, bien plus tard Max est toujours en contact avec Luke, Simon et Ish lorsque un scandale impliquant l'un de leurs anciens professeurs éclate, mettant en lumière la conduite parfois très "limite" de certains enseignants. Ce que Max découvre alors va provoquer chez lui une profonde remise en question : comment n'a-t-il pas perçu ce qui se tramait pour certains de ses plus proches camarades ? Comment agir des années après ? Et doit-on agir malgré la volonté des victimes de se taire ?

James Scudamore tisse un roman qui surfe avec beaucoup de savoir-faire sur une atmosphère très ambigüe, où le doute domine. Je n'aime pas trop ce terme de "zone grise" mais on est en plein dedans, entre témoignages des uns, déni des autres, et voile opaque délibérément jeté sur des pratiques ancestrales que personne n'a vraiment souhaité dénoncer pendant de longues années. Comment démêler les fils du vrai et du faux alors que les enfants ont eux-mêmes passé du temps à inventer des histoires et des mondes parallèles, que l'un d'entre eux continue d'ailleurs à perpétuer via les jeux vidéo dont il est devenu le concepteur ? Faut-il chercher dans ces années de pensionnat l'explication des difficultés à grandir de Max ? Tout ceci contribue au trouble qui ne quitte pas souvent le lecteur pris dans l'opacité des souvenirs de Max et l'ivresse des litres d'alcool ingurgités par le jeune homme.

Cependant, la beauté de la relation entre Max et son grand-père illumine le livre et vient peut-être sauver l'adulte que le jeune homme encore trop habité par l'enfant à peine adolescent de ces années de collège finit par devenir, dans la douleur. Cet ancrage, comme celui du chêne centenaire du jardin de ses grands-parents est ce qui lui permettra de grandir et d'assumer à son tour son rôle de père. C'est le fil qui tient le roman et le rend si touchant.

"Monstres anglais" - James Scudamore - La croisée - 416 pages (traduit de l'anglais par Carine Chichereau)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Lou 21/02/2021 16:52

Comme je le disais sur Instagram, je suis extrêmement tentée ! Merci pour la découverte ! Et au passage, voilà qui me rappelle England England qui est dans ma PAL depuis longtemps !

Nicole Grundlinger 21/02/2021 18:06

Avec plaisir :-) Et attrape England, England... en ce moment l'humour fait du bien !

Delphine-Olympe 19/02/2021 19:12

Peut-être pas suffisamment anglophile pour le lire en ce qui me concerne, mais je ne suis pas surprise que tu l'aies choisi et aimé !

Nicole Grundlinger 19/02/2021 22:11

Ah c'est sûr, faut aimer la "britannitude"

Christelle 19/02/2021 17:55

Tu le vends bien ... et, mince alors, j'ai eu entre les mains "England, england" cet après-midi, mais je ne l'ai pas pris !

Nicole Grundlinger 19/02/2021 22:10

Ah England, England un petit bijou d'ironie de la part de l'un de mes écrivain préférés :-)

kathel 18/02/2021 17:48

Intéressant. J'ai lu un autre roman de cet auteur, je crois, plutôt dans le genre roman d'aventures.

Nicole Grundlinger 18/02/2021 18:07

Oui, j'ai cru comprendre que ses 2 premiers romans n'étaient pas situés en Angleterre... mais je ne le connaissais pas du tout. D'après son éditeur, c'est son roman le plus anglais :-)