Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Le Perroquet de Flaubert - Julian Barnes

3 Mai 2021 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

J'avais des tas de raisons de relire Le Perroquet de Flaubert et je voulais le faire depuis longtemps. Il se trouve que les organisatrices du Mois anglais (qui se déroule chaque année en juin sur les réseaux sociaux) ont décidé pour les 10 ans de l'événement de le faire durer toute une année sous le #Ayearinengland (n'hésitez pas à nous rejoindre) et que le thème du mois de mai, "Anti-Brexit" consiste à célébrer les liens étroits entre l'Angleterre et la France. Quel meilleur candidat que Julian Barnes, le plus francophile des écrivains anglais qui d'ailleurs a conquis le public français avec Le Perroquet de Flaubert (1984 en Angleterre, 1986 en France... ça ne nous rajeunit pas). Il se trouve encore que l'année 2021 est celle du bicentenaire de la naissance de Flaubert. Bref, j'ai enfin relu Le Perroquet de Flaubert.

Et je me suis régalée. Qu'en avais-je compris en 1986 ? Suffisamment pour m'attacher définitivement aux pas de Julian Barnes, mais je doute que la lectrice de vingt ans que j'étais à l'époque en ait saisi toute la saveur et les subtilités. Mon souvenir de lecture était suffisamment flou pour que cette deuxième fois prenne presque l'allure d'une première, lestée d'une bonne trentaine d'années de rab ce qui en nombre de livres lus se chiffre à beaucoup, beaucoup et même encore plus. Je suis certaine que toute cette expérience, ce vécu m'offrent une lecture et une compréhension du texte complètement différentes. Mais ce qui m'a beaucoup amusée c'est de constater à quel point tous les thèmes explorés par la suite par Julian Barnes étaient déjà posés ici, jusqu'à celui du deuil de façon très troublante, et de tracer un parallèle passionnant entre la démarche de l'auteur du Perroquet de Flaubert et de L'homme en rouge, 35 ans plus tard dans l'obsession de la quête de la vérité d'un écrivain.

L'histoire ? Elle n'est que prétexte à explorer l'univers de Flaubert en mettant sur ses traces Geoffrey Braithwaite, un médecin anglais spécialiste de l'écrivain et constamment en quête de nouveaux indices pour éclairer son œuvre. C'est ainsi que dans un coin du Musée Flaubert de l'Hôtel-Dieu à Rouen, il découvre le perroquet empaillé qui a servi de modèle à Loulou dans Un cœur simple ; sauf qu'un autre perroquet empaillé se trouve à Croisset (ancienne propriété de la famille Flaubert) et que chacun des gardiens des deux lieux jure qu'il abrite le vrai perroquet. Où se situe la vérité ? Dans les pages livrées par l'écrivain ou dans la vie ? A partir de là le voyage est savoureux, à la fois érudit et plein d'humour, vaste interrogation sur l'art de l'écrivain à travers le regard de Flaubert croisé avec celui de Barnes qui se coule avec brio dans l'esprit et les habits de Gustave. Cela nous vaut des pages d'anthologie sur l'écriture, la lecture et même la critique littéraire. Le chapitre intitulé Les yeux d'Emma Bovary qui commence ainsi "Permettez-moi de vous dire pourquoi je hais les critiques" est tout simplement jubilatoire.

Si vous aimez Flaubert et l'intelligence, si vous n'êtes pas contre une petite dose d'humour britannique tout en élégance, et si vous voulez savoir pourquoi le héros de ce roman hait les critiques littéraires (et bien sûr lequel des deux perroquets est le vrai)... vous savez ce qu'il vous reste à faire.

"Le Perroquet de Flaubert" - Julian Barnes - Stock - 234 pages (traduit de l'anglais par Jean Guiloineau). Le livre (vintage sur la photo) existe désormais dans une version poche de La cosmopolite de Stock.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

kathel 03/05/2021 09:26

Je l'ai lu à sa sortie ou peu après aussi... autant dire que je ne m'en souviens guère. ;-)

Nicole Grundlinger 03/05/2021 15:54

Oui, le temps passe, les lectures s'accumulent et les neurones se font la malle... Je suis ravie de l'avoir ainsi complètement redécouvert.

keisha 03/05/2021 07:58

Super! Ce livre est encore sur mes étagères, il a résisté à tous les nettoyages, et j'espère le relire, alors!

Nicole Grundlinger 03/05/2021 15:52

S'il a résisté à tous les nettoyages, ce doit être un signe ;-)