Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
motspourmots.fr

Le bal mécanique - Yannick Grannec

27 Août 2016 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

Le bal mécanique - Yannick Grannec

Il faut avoir une ambition folle, une curiosité sans fond et être un peu dingue pour se lancer dans l'écriture d'un tel roman... mais quelle réussite ! Côté rapport qualité prix, le lecteur n'est pas déçu puisque ce sont presque deux livres qui lui sont proposés pour le prix d'un seul. Deux parties donc, qui pourraient se lire indépendamment l'une de l'autre mais qui, mises bout à bout offrent à cet ouvrage une profondeur remarquable.

Les Arts, la vie, la liberté. A travers l'histoire d'une lignée d'artistes au destin tourmenté, l'auteure nous offre une traversée du vingtième siècle sur les traces de précurseurs, libres penseurs, passionnément tournés vers l'avenir. Un roman d'une densité incroyable, qui pose la question de la transmission, de la dette de la génération actuelle à ceux qui ont bravé le chaos et les autoritarismes pour faire triompher la pensée et la créativité.

Deux livres disais-je. Le premier met en scène Josh et sa femme Vickie, de nos jours à Chicago. A la tête de la production d'une émission de téléréalité à gros succès dans laquelle ils mettent en scène des sortes de thérapies familiales en lien avec le ré ordonnancement de leur habitation. Josh a des rapports compliqués avec son père, Carl, un artiste peintre de talent installé à Saint-Paul de Vence, alcoolique, ravagé par la guerre de Corée et son déracinement. Alors que Josh s'apprête à devenir père à son tour, le suicide de Carl et sa succession lui offrent l'opportunité de se pencher sur ses racines. Dans les années 30, le père de Carl, Théo Grentzberg l'a confié à un couple d'amis américains au moment de l'arrivée d'Hitler au pouvoir avant de disparaître. A la mort de Carl, un portrait de Théo Grentzberg par Otto Dix est retrouvé parmi les centaines d'oeuvres d'art cachées par Cornelius Gullit ; l'enquête en vue de sa restitution à ses héritiers met à jour des zones d'ombre dans la généalogie de Carl... et donc de Josh. Il semble que Magda Grentzberg, présentée comme la sœur de Carl soit en réalité sa mère. Aidé de Vickie, celui-ci se lance donc à la découverte de ses origines, bien décidé à faire la paix avec ses ancêtres.

"La première injustice est celle de la naissance, la seconde, celle de la vocation. Ne pas choisir qui te donne la vie, ne pas choisir ce que tu vas en faire".

Et c'est là que commence le second livre. Nous voici propulsés au début du vingtième siècle sur les pas de Théo que nous suivrons de Berne à Berlin, en compagnie de sa femme Luise et de leur fille Magda. Théo l'avant-gardiste, amoureux des arts, découvreur de talents. Son activité de marchand d'art se développe dans les années 20 et il a pour compagnons Paul Klee, Kandinsky ou Otto Dix. C'est la grande époque de l'école du Bauhaus, véritable moteur de l'innovation. Magda grandit dans cet environnement, son parrain est Paul Klee, rien d'étonnant à ce qu'elle souhaite à son tour intégrer le Bauhaus. Et c'est parti pour une plongée captivante dans l'histoire de cette institution dont le nom est synonyme de modernité, voire de décadence. Jusqu'à l'arrivée d'Hitler et la mise au ban des artistes dits "dégénérés". Tout en tentant de percer le mystère de Magda (quel magnifique portrait de femme libre nous est offert à travers elle !), le lecteur est transporté dans un univers riche et foisonnant, en compagnie des grands noms de la peinture et du design des années 30. Passionnant !

Ce livre offre un moment d'une richesse incroyable, recréant le lien qui mène de Théo à Josh, faisant le parallèle entre les différentes époques, mettant en exergue l'importance de l'Art à chaque étape, y compris à travers la télé réalité. Il est presque difficile d'écrire cette chronique tant les angles de vue sont multiples. Yannick Grannec nous parle à travers le regard d'artistes qui s'expriment génération après génération, son vocabulaire est riche en couleurs et en descriptions. Pour les amoureux de Klee et de Kandinsky, dont je suis, c'est un cadeau !

Mais on en retiendra cette ode à la liberté et au pouvoir de la création. On a brûlé des livres et des toiles, fracassé des statues, mais à travers les décennies, des générations d'artistes continuent à innover, à créer et à changer nos regards sur le monde. Ce livre fait plus que leur rendre hommage, il les éclaire et les encourage à continuer, toujours, à ouvrir de nouvelles voies.

La première des libertés étant celle de décider de sa vie, à l'image de Magda qui écrit à Théo le 3 juillet 1928 : "Caprice ? Caprice ! Que veux-tu dire par-là ? Que le talent artistique appartient au genre masculin ? Que la seule création à laquelle je puisse aspirer est la maternité ? Une création sans conscience de création ? Sans dessein ? Et pourquoi devrais-je trancher entre création et procréation ?"

"Le bal mécanique" - Yannick Grannec - Anne Carrière - 540 pages

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

keisha 19/10/2016 07:52

Je viens de le terminer. Oui deux romans pour un, mais le second m'a nettement plus pesé que le premier! ^_^ Je sauve les parties peinture et architecture, car les fêtes à Berlin, ça m'ennuie...

Nicole Grundlinger 19/10/2016 14:53

C'est vrai que la seconde partie peut sembler longuette par moments, je suis d'accord. Mais globalement, l'ensemble est quand même assez impressionnant.

keisha 07/09/2016 10:44

Je pensais déjà le lire, son tour viendra! J'ai fort aimé le premier, avec ces mathématiciens.

Nicole Grundlinger 07/09/2016 15:30

Je n'avais pas lu le premier mais je vais rattraper ça très vite à présent !

Marie-Laure VANIER 06/09/2016 17:30

Je pense que je vais le mettre sur ma liste... Tout ceci est bien tentant... Merci!

Nicole Grundlinger 06/09/2016 18:39

Je ne peux que vous y encourager, c'est un superbe roman !

clara 30/08/2016 20:31

Ma prochaine lecture, yes!!!!

Nicole Grundlinger 31/08/2016 12:24

Hâte de te lire ensuite !

Noukette 29/08/2016 10:04

Visiblement très ambitieux mais diablement tentant !

Nicole Grundlinger 29/08/2016 11:18

Oui, très ambitieux, très dense... Lu en juin, les deux mois d'été n'ont pas été de trop pour digérer, y repenser, essayer de capter tous les points de vue. Passionnant !

Delphine-Olympe 28/08/2016 18:15

En fait, j'ai lu le début de ta chronique, mais je préfère y revenir plus tard, puisque je vais rapidement lire ce livre à coup sûr. Je préfère ne pas trop en savoir et revenir à ta chronique après coup. Il me suffit de savoir que tu l'as (beaucoup) aimé, comme tu me l'avais déjà dit.
Mais j'ai quand même pu voir qu'il y a une histoire de réagencement d'appartement... voilà qui va assurément me parler ;-)

Nicole Grundlinger 28/08/2016 18:39

Ah oui, un drôle de concept thérapeutique... tu verras. Bon alors rendez-vous après ta lecture, j'ai hâte de te lire !

krol 28/08/2016 12:45

Un roman foisonnant, intelligent, riche, dense, avec une construction particulière, il est pour moi ! Je le note en gras !

Nicole Grundlinger 28/08/2016 18:37

En gras, oui, c'est très mérité ! ;-)

papillon 28/08/2016 10:05

Que des thèmes qui m'intetpellent ! Noté !

Nicole Grundlinger 28/08/2016 10:46

Attirée par les thèmes moi aussi... puis bluffée par la réalisation. A bientôt pour ta chronique alors...

zazy 27/08/2016 23:13

le nom de l'auteur ne m'était pas inconnu, c'est l'auteur de la Déesse des petites victoires que j'avais beaucoup aimé !

Nicole Grundlinger 28/08/2016 10:44

Effectivement, déjà un sujet ambitieux...

zazy 27/08/2016 23:11

Tu es une vile tentatrice. Ce livre m'attire, je le note