Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
motspourmots.fr

Le Fils - Jo Nesbo

26 Octobre 2015 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Polars, #Coups de coeur

Le Fils - Jo Nesbo

J'aime bien quand un polar me happe au point de me rendre asociale pendant 48h. Quand le bien et le mal sont si étroitement mêlés qu'il est presque impossible de les dissocier. Quand l'auteur tire les ficelles avec tellement d'habileté que je n'ai qu'une envie : me laisser prendre, me laisser berner, me laisser balader. Je suis encore très novice en bibliographie de Jo Nesbo, j'aurais donc du mal à situer Le Fils par rapport à l'ensemble de son œuvre mais une chose est sûre : s'il n'est pas le meilleur, alors les autres sont des chefs-d’œuvre que je brûle de découvrir.

Le Fils, c'est Sonny Lofthus, emprisonné depuis 12 ans dans l'une des prisons de haute sécurité de la région d'Oslo. Un gamin brillant qui a sombré lorsque son père, inspecteur de police s'est suicidé après avoir avoué être corrompu. Sa mère n'a pas tardé à suivre le même chemin et le jeune homme a trouvé du réconfort dans l'héroïne, puis dans un rôle de bouc-émissaire qui, en échange de sa dose quotidienne, lui fait endosser des crimes à la place des véritables meurtriers et purger leur peine. Une façon pour lui d'expier ceux de son père. Sa personnalité, son aura auprès des autres détenus lui valent une réputation quasi mystique, entre guérisseur et confesseur. Pourtant, ce bel équilibre va vaciller lorsque l'un des détenus lui révèle que son père n'était pas corrompu et qu'il a été assassiné par ceux qui avaient peur qu'il ne les démasque. Pour Sonny le choc suffit à lui donner la volonté de se sevrer puis de s'évader. Avec l'intention de retrouver les vrais coupables et de les faire payer. Côté industrie du crime, la chasse à l'homme est ouverte : Sonny connaît trop de secrets pour envisager de le laisser traîner dehors. Côté police, ce n'est pas mieux : lorsque l'évadé se transforme en tueur en série, tout est mis en œuvre pour tenter de limiter son action et l'empêcher de découvrir qui est la vraie taupe. Sonny pourra-t-il compter sur l'inspecteur Simon Kefas, l'ancien ami de son père ? Mais peut-il se permettre de faire confiance à un flic ?

Policiers corrompus, crime organisé, trafics de drogue et d'êtres humains... La Norvège que donne à voir Jo Nesbo est loin des jolies images touristiques. Rien n'est jamais propre avec lui parce que la tentation est toujours plus forte et qu'un être humain reste 'un être humain. "Il avait cru un jour être invincible, plus tard il s'était considéré comme une ordure. Il en était arrivé à la conclusion qu'il n'était ni l'un ni l'autre, juste un homme de chair et de sang, qui pouvait soit faire ce qui était bien soit se laisser guider par ses instincts les plus bas. Mais le libre arbitre existait-il seulement ?". Sonny poursuit son parcours implacable, se jouant des policiers et des hommes de mains lancés à sa poursuite, semant les cadavres, faisant preuve de beaucoup de créativité dans l'art d'éliminer, tel un ange rédempteur. Et le lecteur n'a qu'une envie : qu'il les punisse tous !

Vengeance, rédemption, lutte entre le bien et le mal... On se régale. Chaque personnage, même le plus insignifiant dans l'histoire est une merveille de construction psychologique et contribue à alpaguer le lecteur. Aucun n'est exactement ce qu'il semble être. Jo Nesbo nous tient en haleine jusqu'à la fin et bien plus encore, par une ultime pirouette. Parce que le crime n'a jamais de fin (sinon, que deviendraient les écrivains de polars ?).

En matière de polar, je crois qu'on a ici affaire à la crème de la crème. Je défie quiconque de le lâcher avant d'y être obligé (le corps ne suit pas, parfois il réclame du sommeil...). Parce qu'en plus d'être un bon polar, c'est un excellent roman.

"Le Fils" - Jo Nesbo - Série Noire Gallimard - 515 pages (Traduit du norvégien par Hélène Hervieu)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Dominique 27/10/2015 09:55

un auteur de polar que j'aime beaucoup depuis le début
je me réjouis d'avoir celui là à lire

Nicole Grundlinger 27/10/2015 16:26

Je n'ai lu que Chasseur de têtes et Du sang sur la glace avant celui-ci... mais ce n'était que du bon.