Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Celui qui comptait être heureux longtemps - Irina Teodorescu

13 Février 2018 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

Cela faisait longtemps que je voulais faire connaissance avec l'univers d'Irina Teodorescu. D'abord parce que j'en avais beaucoup entendu parler, ensuite parce que nos origines partagées ont forcément amplifié mon intérêt. La différence est que moi je suis née en France, je ne connais de la Roumanie que ce que les membres de ma famille qui y ont vécu m'ont raconté ou ce que j'en ai lu, notamment à travers la presse relatant l'actualité mais également à travers des romans. Pourtant, il y a quelque chose de subtil, une atmosphère, un ton, quelque chose de pas très facile à définir, une sensation d'appartenance qui crée un lien spécial, une appréhension immédiate du sujet. Disons une affinité particulière.

Dans ce roman, le pays n'est jamais nommé, les noms et prénoms faits d'une ou deux syllabes ne renvoient volontairement à aucune nationalité. La dictature est malheureusement universelle, elle a déjà été éprouvée à l'Est comme à l'Ouest, elle peut tomber sur n'importe qui. Tout juste est-il indiqué qu'après une guerre meurtrière, la Nouvelle Société a commencé à être instaurée sous la houlette d'un Haut Commanditaire dont on sent peu à peu le poids étouffer les libertés individuelles derrière des images hypocrites envoyées à destination de l'International. C'est ici que grandit Bo, né à la fin de la guerre, devenu ingénieur et inventeur de génie sous la surveillance de l'Etat qui se fait fort de gérer la matière grise de ses ressortissants. Et qui, devenu père se verra proposer un horrible marché pour avoir le droit de faire soigner son fils malade. Comment vit-on dans un environnement où tout est rationné, surveillé voire interdit ? Comment garde-t-on une certaine joie de vivre, une confiance en l'avenir, en l'autre ? Dans un pays où "la chose est très simple, soit tu hais la milice, soit tu es la milice".

L'univers d'Irina Teodorescu est d'une force rare, servi par une plume qui s'autorise la fantaisie et la poésie pour mieux souligner son propos. C'est agréable de s'y laisser couler surtout après des dizaines de lectures très ancrées dans le réel et le premier degré. Ici, le léger décalage, l'effet d'intemporalité permettent de créer le twist qui déplace le point de vue tout en le rattachant bien à une réalité. Ce qu'elle souligne ce sont ces minces espaces de liberté qui persistent quand tout est sous contrainte ; le pouvoir de l'imaginaire, l'écriture, la transgression, le rêve... qui permettent d'alléger la pression. A moins que le couvercle de la cocotte-minute ne soit soudain définitivement scellé et que tout espoir disparaisse.

C'est un conte à la fois lumineux et désespéré. Une histoire d'hommes, d'entraves et d'espoirs vacillants. Qui pose la question du choix lorsqu'on ne l'a pas et du sens que l'on peut donner à une vie qui n'offre que peu d'options. Tout ceci réalisé avec beaucoup de subtilité et surtout une singularité qui marque durablement les esprits. Une découverte bien intéressante, qui a trouvé en moi un écho assez particulier.

"Tous ces pourquoi resteront à jamais inexpliqués, car dans cette vie, il n'y a pas de sens. Dans cette vie, on dirait qu'il n'y a que des objets qu'on garde et des objets qu'on jette, puisqu'il y a la fin et qu'à la fin plus rien n'a d'importance".

"Celui qui comptait être heureux longtemps" - Irina Teodorescu - Gaïa - 218 pages

(Irina Teodorescu est née à Bucarest, vit en France et écrit en français ; Celui qui comptait être heureux longtemps est son troisième roman)

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

manou 14/02/2018 08:03

J'avais lu de cet auteur, "la malédiction du bandit moustachu". Je l'ai d'ailleurs présenté sur mon blog...J'avais beaucoup aimé son univers qui e effet se rapproche beaucoup du conte ou de la fable mais parle aussi des drames traversés par la Roumanie. Aussi je note celui-ci et je le chercherai à la médiathèque. Merci de ce partage

Nicole Grundlinger 14/02/2018 15:36

Il faut que je lise ses précédents romans maintenant que j'y ai goûté :-)

Papillon 13/02/2018 20:02

Pourquoi pas? Je ne crois pas avoir jamais lu d'auteur roumain, mais ce que tu dis de ce roman m'évoque la trilogie d'Agota Kristof que j'avais beaucoup aimée.

Nicole Grundlinger 14/02/2018 15:36

Je ne connais pas cette trilogie, je vais me renseigner :-)

Carti si calatorii 13/02/2018 15:18

Bonjour, Nicole, je suis ton blog depuis quelque temps, mais je ne saivais pas que tu avais des racines roumaines. :) De toute façon, ça me fait plaisir de l'apprendre. J'ai suivi le lien du mail quand j'ai vu le nom de l'auteur. Moi aussi, je suis roumaine, mais je n'ai pas encore lu Irina Teodorescu. Si tu lis en roumain, je t'invite sur mon blog pour des recommendations de lecture (la plupart, en roumain ou anglais). A bientôt!

Nicole Grundlinger 13/02/2018 15:35

Ah mais ravie de faire ta connaissance ! Malheureusement à mon plus grand regret je ne parle pas roumain même si les racines latines et le fait d'avoir entendu ma mère parler font que je comprends un peu :-). Par contre je vais communiquer le lien vers ton blog à ma mère qui sera certainement ravie de lire un peu en roumain, au moins des chroniques ! Merci pour ce message !