Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
motspourmots.fr

à ce stade de la nuit - Maylis de Kerangal

1 Novembre 2015 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Récits

à ce stade de la nuit - Maylis de Kerangal

"Je pense à ces noms inscrits dans les paysages et je pense aux paysages véhiculés dans les noms". Qui n'a jamais mesuré le pouvoir évocateur d'un nom croisé au détour d'un livre, d'un film ou d'un simple globe terrestre ? Rêve, fantasme ou souvenir. Il suffit de quelques lettres pour déclencher des vibrations heureuses, tristes, pleines d'espoir ou mélancoliques, nourries par les perceptions amassées par notre inconscient.

En cette nuit du 3 octobre 2013, un nom résonne soudain dans l'esprit de la narratrice. Lampedusa. Un bulletin d'information à la radio égrène les faits, le naufrage d'un bateau de migrants, des centaines de morts au large de cette petite île. Lampedusa. Jusqu'à présent, ce nom était rattaché à des images précises, un film, un chef-d’œuvre, Le Guépard, le personnage de Burt Lancaster. Il évoquait la beauté, l'affrontement entre deux mondes, l'avènement de la modernité par la grâce du sourire d'Angelina.

C'est désormais d'une autre transformation dont Lampedusa sera le symbole, celui d'un monde où il n'est plus question de modernité ou de tradition mais de fuite, de guerres et d'exils. Maylis de Kerangal déroule, avec la précision et la musique qui caractérisent son écriture, le fil de ses pensées. A partir de ce nom, elle s'interroge sur les traces laissées dans les mémoires, sur la construction de nos consciences. Nous pouvons penser à l'île comme étant celle du trésor, celle de Monte Cristo, celle d'Ulysse, ancrées dans nos imaginaires par la magie des écrivains, ou désormais avoir en tête des visions de naufrages qui n'ont plus rien de littéraire.

Le voyage auquel nous convie l'auteur est un bel exercice littéraire qui propose un angle de vue très différent de ceux que peuvent livrer journalistes et intellectuels que l'on a l'habitude d'entendre sur le sujet. Il n'en invite pas moins à la réflexion, et d'une bien jolie manière.

"à ce stade de la nuit" - Maylis de Kerangal - Verticales - 75 pages

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Valérie Sauteret 01/11/2015 22:28

géniallll!

Valérie Sauteret 01/11/2015 22:27

ah ben oui ça marché ! Mais j'ai dû taper plusieurs fois comme une sourde sur "Valider" ;-)

Valérie Sauteret 01/11/2015 22:27

Pas aussi saisissant que "Réparer les vivants" apparemment… non ?
commentaire pas franchement saisissant je te l'accorde… mais ceci est un test, pour voir si je peux enfin poster un commentaire sans bug ;-)

Nicole Grundlinger 02/11/2015 08:18

Bravo, tu as réussi ! Celui-ci n'est pas un roman mais un petit récit, entre rêverie et poésie...Un beau texte.