Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Et toujours en été - Julie Wolkenstein

17 Avril 2020 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

"Un escape game, c'est comme la vie. Surtout lorsque cette vie (la mienne) est d'abord un lieu, une maison aux multiples pièces, toutes encombrées de souvenirs et peuplées de fantômes. Dans chacune de ces pièces, les traces vous racontent une histoire, les objets vous soumettent des énigmes, les morts vous confient des missions".

Je pensais m'engager dans l'un de ces parcours ludiques auxquels m'avait habituée Julie Wolkenstein depuis Adèle et moi et Les vacances, un a priori encouragé par l'évocation de l'escape game qui sert de cadre à l'intrigue et dont les règles sont remises en mémoire du lecteur dans les premières pages. Je me réjouissais déjà à la perspective de retrouver ce décor familier, Saint-Pair, la maison de famille (que j'ai cherché à situer lors d'une balade il y a quelques années mais sans avoir emporté le livre donc pas certaine d'avoir suffisamment d'indices en mémoire pour la trouver) et de me laisser prendre au jeu. Je ne m'attendais pas à tant d'émotion, pourtant prévisible à la lecture de l'extrait que je viens de citer.

Car cet artifice intelligent n'est qu'un moyen pour l'auteure de revisiter ce lieu, en bravant les repères temporels pour mieux le faire revivre à travers les âges et par-là même, redonner vie à ceux qui ont disparu. Son père. Son grand demi-frère. On la suit donc, comprenant vite que nous ne trouverons pas ici l’excitation ressentie lors d'un véritable escape game, à chercher les indices qui nous aideront à résoudre les énigmes et sortir le plus vite possible. C'est l'émotion qui prend le dessus au fil de l'évocation des scènes, des allers-retours dans le temps, des sons qui résonnent dans la maison de vacances, du fouillis qui révèle l'intimité, les amis, les grandes tablées et les soirées d'été qui s'étirent. Chaque pièce, chaque objet, le choix d'un papier peint, le contenu d'une armoire, un magazine oublié, chaque bibelot est l'élément d'un tout, l'histoire d'une famille au sens large, construite autour du célèbre père. Non, on ne cherche pas à en sortir, bien au contraire, attentif à ce que murmure chaque détail. Décrit par l'auteure avec une précision tendre et pudique, voilée de mélancolie.

J'ai compris pourquoi Olivia de Lamberterie a été aussi touchée par ce livre - hormis le clin d’œil au magazine ELLE -, elle qui a récemment pris la plume pour parler de son frère mort avec une tout aussi élégante pudeur. J'ai parfois ressenti des émotions semblables à celles éprouvées lors de ma lecture de La cache de Christophe Boltanski, autre exploration d'un lieu de vie familial chargé de souvenirs parfois dramatiques. Peut-être parce que les lieux et les objets sont si prompts à raviver l'étincelle du souvenir imprégné par les sens. Des images arrivent, des sons, des odeurs. Il n'est pas facile de vivre avec des fantômes et les douleurs qu'ils infusent.

Beaucoup d'émotion et l'espoir que pour Julie Wolkenstein, l'objectif qu'elle évoque - "j'écris ce livre pour me sortir d'une autre sorte de cage, de prison où m'enfermait la crainte de ne plus aimer écrire, ni cette maison" - est atteint. J'ai tellement hâte de la lire de nouveau.

"Et toujours en été" - Julie Wolkenstein - P.O.L - 224 pages

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Delphine-Olympe 19/04/2020 18:04

J'ai lu cette auteure il y a trèèèèès longtemps. Peut-être même était-ce son premier. A dire vrai, il ne m'avait pas marquée et je n'ai jamais réitéré. Mais elle a pu faire du chemin depuis... En tout cas, au vu de ce que tu en dis, il semble très intéressant...

Nicole Grundlinger 19/04/2020 18:35

Je la suis depuis longtemps et j'aime beaucoup... J'ai adoré Adèle et moi, si tu as envie de la lire un jour je pense que c'est celui que je te conseillerais.

Sandrine O. 17/04/2020 16:29

J’avais beaucoup aimé « Adèle et moi » (je n’ai pas lu «les vacances » mais je compte bien réparer cet oubli). Mais aussi « avec toutes mes sympathies » et « la cache ». Vous m’avez donné très envie de lire ce dernier. Merci.

Nicole Grundlinger 17/04/2020 16:48

Alors si toutes ces références vous parlent, vous devriez apprécier celui-ci qui m'a énormément touchée. A bientôt !

Kathel 17/04/2020 08:59

Je n'ai encore rien lu de cette auteure, je ne sais pourquoi... un conseil, miss ? ;-)

Nicole Grundlinger 17/04/2020 09:04

Je n'ai pas tout lu mais j'ai adoré Adèle et moi et je pense qu'il devrait te plaire.

Patrice 17/04/2020 07:48

J'avais lu un article sur ce livre dans Le Monde des livres qui incitait à le lire, ta chronique est plus qu'une confirmation. Je le note !

Nicole Grundlinger 17/04/2020 09:03

La presse s'est effectivement fait l'écho de ce roman qui évoque le père de l'auteure, Bertrand Poirot Delpech, grand critique littéraire.