Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Tant qu'il reste des îles - Martin Dumont

7 Janvier 2021 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

Tous ceux qui ont lu Le chien de Schrödinger attendaient avec impatience le deuxième roman de Martin Dumont. Initialement prévue en mai 2020, sa parution a finalement été décalée de plusieurs mois comme la naissance de la collection qu'elle inaugure au sein du groupe Delcourt, Les Avrils. Mon attente n'a pas été déçue, bien au contraire. J'ai retrouvé ce qui m'avait séduite, la précision des mots, le bon dosage entre le dit et les silences, l'attention aux sensations et aux respirations. Et j'ai apprécié la sobriété assumée, la retenue de l'écriture là où, dans le roman précédent perçaient quelques étincelles stylistiques. Cela s'accorde bien à l'ambiance marine qui englobe le lecteur au point de lui donner l'illusion des embruns.

C'est une histoire d'île, ou bien l'histoire de Leni, ou peut-être les deux se confondent-elles ? Sur l'île, le monde de Leni est celui du chantier naval où le travail se fait de plus en plus rare mais où la passion de la construction reste intacte. On construit, on assemble, on polit, on bichonne et on navigue. Le reste, ce sont les copains, les soirées chaleureuses au bistrot. Et le continent que Leni doit rejoindre pour voir sa fille, Agathe. Pourtant, les bouleversements sont perceptibles dans l'atmosphère. La construction du pont qui reliera l'île au continent est l'objet de toutes les discussions. Certains sont pour, question d'essor économique et touristique. D'autres sont contre, veulent préserver leur tranquillité. Les esprits s'échauffent, on évoque des actions de blocage. Leni est incertain. Comme pour beaucoup de choses. Chloé, par exemple, cette photographe venue chercher l'inspiration sur l'île ; elle lui plaît, mais il tangue, encore attaché à sa vie d'avant, pas très capable de se projeter, envahi par des appréhensions qui le restreignent. Le pont s'élance, et avec lui, les repères explosent.

Avec délicatesse, Martin Dumont avance ses pions. Dessine le parallèle entre l'île et Leni, comme une métaphore de nos relations au monde. Rester à l'écart ou au contraire s'ouvrir aux autres. Au rythme de l'assemblage des différents éléments du pont qui constituent autant de parties du livre, l'état d'esprit de Leni progresse, la carapace se fissure, son regard sur lui-même et sur les autres évolue. Oh, ce n'est pas sans douleur ni sans casse. Un monde qui change, c'est une mue, une peau dont il faut s'extraire, la nouveauté et l'inconnu qu'il faut accepter. Martin Dumont saisit toute la complexité de ces moments et les met en scène avec finesse grâce à des personnages pour lesquels on éprouve immédiatement une grande empathie. Il met dans ce livre sa passion pour la mer, les bateaux et les hommes qui les construisent. C'est ce qui lui donne ce supplément d'âme qui laisse passer l'émotion. Voire le frisson pour accompagner la dernière phrase.

"Tant qu'il reste des îles" - Martin Dumont - Les Avrils - 240 pages

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Delphine-Olympe 10/01/2021 17:25

Aïe, bon, Le chien ne m'a pas laissé un souvenir impérissable. Du coup, ce n'est pas avec ce titre que je découvrirai cette nouvelle collection.

Nicole Grundlinger 10/01/2021 17:43

Dommage que tu ne sois pas sensible à cette plume sobre et délicate...

Géraldine 10/01/2021 11:02

Le sujet me tente et ton billet me parle particulièrement. Je note.

Nicole Grundlinger 10/01/2021 14:46

Je ne peux que t'encourager à découvrir la plume de Martin Dumont, avec celui-ci et/ou son précédent roman. Celles et ceux qui y ont goûté ont été séduits...

Violette 09/01/2021 19:36

tentant ! Un huis clos alors?

Nicole Grundlinger 09/01/2021 20:20

Oh non, ce n'est pas un huis-clos, personne n'est enfermé et les ferrys circulent ;-)