Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
motspourmots.fr

Les vies multiples d'Amory Clay - William Boyd

12 Octobre 2015 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

Les vies multiples d'Amory Clay - William Boyd

"Les désirs du cœur sont aussi tordus qu'un tire-bouchon, disait le poète : ne pas naître est le meilleur destin pour l'homme, car c'est la seule manière d'éviter toutes les complications de la vie". Cette phrase pourrait illustrer à elle seule l'ambition de ce roman qui célèbre la vie dans ce qu'elle a de plus aléatoire, de plus inattendu, parfois de plus cruel et donc de plus surprenant. Si j'achète les livres de William Boyd les yeux fermés, celui-ci m'a fait garder les yeux grands ouverts, heureuse de retrouver la veine de A livre ouvert qui reste à ce jour mon préféré de l'auteur.

La réussite de William Boyd tient beaucoup à sa façon de donner vie à des personnages d'autant plus crédibles qu'ils évoluent dans un environnement parfaitement reconstitué. Sans en faire des tonnes, sans avoir besoin de passer par de longues pages de descriptions, l'auteur parsème son ouvrage de mille et un détails qui rendent ses atmosphères palpables et situent immédiatement l'action dans le temps. Ici, le vingtième siècle défile sous nos yeux ou plutôt sous l’œil aguerri de la photographe Amory Clay avec ses guerres, ses avancées sociales, ses modes, ses contraintes et ses opportunités. Le personnage d'Amory, s'il est inventé de toutes pièces emprunte néanmoins à des femmes photographes qui ont bel et bien existé, marqué le siècle de leurs empreintes, ouvert la voie à leurs consœurs. Une mention émouvante en fin d'ouvrage le rappelle et leur rend un discret hommage.

Amory Clay n'a rien d'une super héroïne. Issue d'une modeste famille de la bourgeoisie anglaise, elle n'est pas exempte de problèmes. Son père, traumatisé lors de la Grande Guerre en garde de graves séquelles psychologiques, son jeune frère semble retardé et sa mère l'encourage vivement à trouver un bon parti afin de se mettre à l'abri du besoin. C'est compter sans le virus de la photographie attrapé dès l'âge de sept ans auprès de son oncle alors photographe mondain qui lui offre son premier appareil. En 1928, il est assez rare d'entendre une jeune femme déclarer qu'elle veut devenir photographe professionnelle mais rien ne détourne Amory de son objectif. Une carrière qu'elle bâtira ensuite grâce à des rencontres, à son instinct qui la pousse à saisir les opportunités et à sa pugnacité. Berlin, New York, l'Amérique du sud seront ses premiers terrains de jeux avant le retour à Londres et l'engagement comme reporter de guerre sur le terrain de l'offensive alliée après le débarquement de 1944 où elle rencontrera celui qui deviendra son mari. Plus tard, dans une autre vie, après une parenthèse écossaise, il y aura le Vietnam, encore un conflit, comme si sa vie était marquée par les guerres.

Pourtant, ce qui intéresse William Boyd, plus que le témoin des événements du siècle, c'est la femme avec ses doutes, ses approximations, ses emballements. La femme qui se laisse guider par son instinct, celle qui écoute son cœur. Celle qui fait des erreurs, se retrouve dans des situations désespérées. L'amoureuse, l'aventurière, la passionnée. Au fil de ses mémoires et du journal qu'elle tient en 1977, la femme qui se révèle est bourrée d'imperfections, de contradictions. Elle est loin de tout maîtriser, elle se raccroche souvent aux branches. Mais elle vit. Elle avance, tient bon, accepte de perdre autant que de gagner. Sa vie n'est pas parfaite, mais c'est la sienne, exactement comme elle l'a décidée.

Avec Amory Clay, William Boyd nous offre le magnifique portrait d'une femme libre, bien décidée à garder la main sur l'essentiel : son droit de décider ce qui est bien pour elle. Et ceci jusqu'à la fin, l'ultime décision. Une belle figure, de celles qui vous accompagnent longtemps et vous incitent à prendre votre destin en mains et à toujours célébrer l'instant présent.

Ma foi, le Boyd 2015 est un excellent cru !

"Les vies multiples d'Amory Clay" - William Boyd - Seuil - 522 pages (traduit de l'anglais par Isabelle Perrin)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article