Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
motspourmots.fr

Purity - Jonathan Franzen

20 Mai 2016 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

Purity - Jonathan Franzen

Peut-on encore aspirer à la pureté dans un monde où tout est mensonge et faux-semblants ? Jonathan Franzen s'empare brillamment de la question avec ce roman totalement addictif dont on admire à la fois l'intrigue, la construction et le propos. Un pavé dont la densité semble miraculeusement légère au point d'avaler les pages sans avoir vraiment envie d'arriver à la fin. J'avais gardé un souvenir de lecture intéressante mais poussive des Corrections, il n'en est rien ici. On nage avec délice dans le bain concocté par l'auteur.

L'héroïne s'appelle donc Purity Tyler, un prénom qui la gêne tellement qu'elle préfère l'utilisation du surnom Pip. Bref. Pip vit dans un squat à Oakland, supporte un job de téléprospectrice pour une entreprise qui opère dans les énergies renouvelables et désespère d'arriver à rembourser un jour les 130 000 dollars de son prêt étudiant. Peut-être que si sa mère, Annabel voulait bien lui révéler le nom de son père celui-ci pourrait-il faire quelque chose pour elle ? Mais cette dernière a tiré un trait sur son ancienne vie et a délibérément effacé toute trace qui pourrait la relier à son passé. Même sa fille est sceptique sur l'histoire qu'elle lui sert pour justifier sa fuite. C'est alors que Purity est approchée par un membre du Sunlight Project, une ONG créée et dirigée par Andreas Wolf un célèbre lanceur d'alertes réfugié en Bolivie pour échapper aux éventuelles représailles des pays et organisations corrompues qu'il dénonce. Elle accepte un stage en espérant glaner des informations sur son père, tombe sous le charme du charismatique Andreas mais ne va pas tarder à s'apercevoir qu'elle est peut-être manipulée et surtout, qu'elle n'a pas été choisie au hasard. Que lui veut réellement Andreas ? Pourquoi l'envoie-t-il en mission à Denver auprès de Tom Aberrant, patron d'une agence de presse d'investigation qui se donne pour objectif de révéler les scandales ?

Jonathan Franzen construit son roman avec une virtuosité indéniable, chaque partie offrant un nouveau point de vue et livrant peu à peu les clés d'un monde dominé par l'image, le mensonge et les faux-semblants, où la capacité d'adaptation est essentielle. Andreas Wolf et Tom Aberant sont deux faces d'un même pouvoir, celui de l'information avec d'un côté le lanceur d'alerte, de l'autre le journaliste, et forcément des objectifs, des méthodes et une conscience très différentes. Pour comprendre comment ils se sont construits, l'auteur explore leurs antécédents familiaux et leurs rapports aux femmes, dans un superbe parallélisme qui prend sa source en RDA où grandit Andreas et où il se forge une personnalité de rebelle face à l'ordre établi. La relation hommes/femmes est omniprésente dans la narration, comme si Franzen était convaincu d'être face à deux mondes irréconciliables. Et côté personnages féminins, il ne fait pas dans la dentelle, elles sont assez chargées. Les scènes entre Andreas et sa mère, les scènes de ménage de Tom et de sa femme sont incroyables de dureté et de machiavélisme.

La grande réussite de ce livre est à mettre au crédit de sa galerie de personnages très étayés, même les plus secondaires, autant qu'à la vision du monde que l'auteur parvient à faire passer. Le parallèle entre le totalitarisme et internet est a priori gonflé et pourtant... tellement évident dans la bouche d'Andreas dont la maîtrise de l'outil lui a permis de créer son image de toutes pièces et de jouer sur l'aliénation des foules. De quoi donner à réfléchir.

Si l'on mesure la qualité d'un livre à l'aune des sujets de réflexion qu'il propose, alors Purity est un grand livre. Ancré dans son siècle avec une réelle volonté de bousculer et de renverser les points de vue. Et qui procure en plus un fantastique plaisir de lecture.

Un page turner intelligent, tout simplement.

"Purity" - Jonathan Franzen - Editions de l'Olivier - 748 pages (Traduit de l'anglais par Olivier Deparis)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Pr. Platypus 23/05/2016 11:31

Moi qui vénère les Corrections (et dans une moindre mesure Freedom), je suis bien loin de partager ton enthousiasme... Je trouve que si Franzen avait mille choses à dire sur la famille et le monde contemporain dans ses précédents romans (sur l'Amérique de Bush et les questions écologiques dans Freedom, notamment), il pédale cette fois complètement dans la semoule. Pour moi, son discours sur Internet et les lanceurs d'alerte est complètement à côté de la plaque (Franzen étant de manière égénrale assez technophobe, ça ne m'étonne d'ailleurs pas beaucoup : je crois que c'est tout un monde qui lui échappe). Et puis, pour ce qui est des personnages féminins "chargés" comme tu dis, je trouve qu'il verse carrément dans un sexisme assez repoussant, avec des femmes qui sont soit d'horribles mégères, soit de simples objets sexuels que les hommes se renvoient comme des balles de ping-pong... Bref, cette lecture a été une vraie douche froide en ce qui me concerne !

Nicole Grundlinger 23/05/2016 15:11

J'imagine qu'on peut aussi le ressentir comme ça... Personnellement, j'ai trouvé que sa démonstration tenait la route et ouvrait surtout sur pas mal de questions même si pour cela il faut parfois en passer par quelques outrances. Je n'ai pas senti de techno phobie particulière mais une interrogation légitime sur le pouvoir que peuvent s'octroyer ceux qui maitrisent les outils, ainsi que sur la valeur de l'information délivrée.
Mais j'avoue que je ne vouais pas de culte à Franzen et que c'est le thème qui m'a décidée à le lire plutôt que son auteur dont je n'avais lu que Les corrections.

Delphine-Olympe 21/05/2016 20:00

Ta conclusion confirme exactement ce que je me disais en lisant ton billet.
Jusqu'à présent, je n'avais pas eu très envie de me frotter à Franzen : les paginations outrancières, qui semblent être un passage obligé pour se faire publier aux Etats-Unis, me refroidissaitent carrément (et visiblement, d'après ce que tu sembles dire, je n'avais pas complètement tort...) Mais là, j'ai bien l'impression que je tiens mon pavé de l'été !

Nicole Grundlinger 22/05/2016 17:07

Oui, j'avais été un peu refroidie par Les corrections, du coup je n'avais plus rien lu jusqu'à ce que ce thème retienne mon attention (ainsi qu'un super article dans Le Monde des Livres)... Tu as raison, il fera un pavé de l'été parfait (de quoi bronzer intelligent) !

clara 21/05/2016 07:39

Oui et re-oui ! Un livre efficace et intelligent !

Nicole Grundlinger 21/05/2016 17:13

Vraiment impressionnant, c'est sûr !