Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
motspourmots.fr

Moro-sphinx - Julie Estève

7 Juin 2016 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

Moro-sphinx - Julie Estève

C'est fort la littérature. Ça vous surprend, ça vous bouscule, ça vous touche, ça vous marque. C'est peut-être à la trace qu'elle laisse que l'on reconnaît la promesse d'une nouvelle écriture. Prenez ce Moro-sphinx. Le sujet n'avait pas grand-chose pour me plaire, l'histoire de cette trentenaire qui consomme les hommes plus vite que son ombre et leur coupe un ongle une fois la chose faite. Je l'ai commencé à reculons, et très vite, il m'a happée.

C'est un sacré choc ce premier roman. Déstabilisant, éreintant. Un début inquiétant, qui fait très peur et puis peu à peu, la puissance de l'écriture agit, l'héroïne prend corps, la folie est toujours latente mais les clés de compréhension apparaissent. Certes, Lola est psychologiquement assez chargée, constamment sur un fil, on la suit entre fascination morbide et inquiétude terrifiante. Lorsque les racines de son déséquilibre affectif se font jour peu à peu alors l'empathie affleure également. Cette femme qui trouve refuge dans le sexe sans sentiments, pourquoi se punit-elle ? Que cherche-t-elle à expier ? A oublier ? L'amour, la tendresse seront-ils un remède ?

Par la magie de son écriture, Julie Estève nous fait toucher du doigt le vide affectif qui a mené au déséquilibre émotionnel de Lola, à son enfermement dans une spirale destructrice. On finit par la comprendre, Lola, par souhaiter que cette relation amoureuse qui se dessine, cette relation normale faite de tendresse plus que de sexe parvienne à l'apaiser, enfin. Mais peut-il être question de raison ou de normalité dans sa vie ?

"Comment fait-on pour être seule à ce point ? Il n'y a plus d'amour, il n'y a que des souvenirs. Comment fait-on pour vivre comme ça ? On devient un animal errant, ou un taudis, une maison à l'abandon, vide et insalubre, squattée par des fantômes qui traversent les murs. C'est irrespirable d'habiter là-dedans. C'est pas humain. C'est pas humain d'avoir personne. Personne. Personne qu'un père ivrogne".

J'ai été captée par ce roman, j'aurais pu rester en dehors d'une histoire un peu hard mais c'est vraiment le style et l'écriture qui m'ont gardée en alerte constante. Et je ne parle même pas de la fin, magistrale, une fin à vous titiller les méninges pendant un moment.

Pour toutes ces raisons, on a très envie de faire connaître ce premier opus et encore plus de découvrir la suite de la production de cette nouvelle auteure.

"Moro-sphinx" - Julie Estève - Stock - 180 pages

Moro-sphinx - Julie Estève

En course pour les 68 premières fois, il a déjà beaucoup impressionné Virginie. Et ce n'est que le début de son voyage.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Joelle 10/06/2016 09:34

Je partage complètement ton avis. Quelle écriture, quel choc...

Nicole Grundlinger 10/06/2016 12:17

Oui, on ne pouvait pas le laisser passer celui-là ;-)

Noukette 08/06/2016 09:21

Il faut que je le sorte de ma pile celui là !

Nicole Grundlinger 08/06/2016 10:39

Oui, tu peux (et oeuvrer ainsi pour les 68...) !

clara 08/06/2016 07:33

les livres servent aussi à nous bousculer !

Nicole Grundlinger 08/06/2016 10:36

Oh que oui... c'est surtout genial quand tu as lu quasiment tous les premiers romans parus ces derniers mois et que tu tombes sur du bon...

Delphine-Olympe 07/06/2016 17:31

Eh bien ! Quel éloge !
Je ne suis pas plus que toi attirée par le thème, mais j'ai bien compris qu'il fallait y aller quand même...

Nicole Grundlinger 07/06/2016 17:58

Ah quand je me fais surprendre à ce point, forcément, ça m'interpelle. Charlotte a eu un peu le même ressenti. On s'est dit qu'on ne pouvait pas ne pas le sélectionner ce bouquin, trop envie de le faire découvrir...