Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Les vies de papier - Rabih Alameddine

5 Octobre 2016 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

Les vies de papier - Rabih Alameddine

Il nous est rarement donné de côtoyer une telle héroïne, encore moins de participer à un tel hommage au pouvoir de la littérature. Aaliya est un personnage que l'on n'oublie pas, un de ceux qui nous marquent pour toujours. Le voyage auquel elle nous convie est celui d'une femme érudite qui trouve dans les livres le refuge que ne lui offrent ni les rues de Beyrouth en proie à des conflits armés incessants, ni le carcan de la société libanaise toujours trop liberticide pour les femmes.

Les vies de papier. Pour une fois, le titre français est superbement bien choisi. Ces vies, ce sont celles qui accompagnent Aaliya depuis toujours. Disons depuis que, pour son plus grand bonheur, son mari l'a répudiée après seulement quelques années de cohabitation, et qu'elle a trouvé à s'employer dans une petite librairie de quartier. Amoureuse des mots, trilingue, elle s'emploie à traduire en arabe quelques chefs-d’œuvre de la littérature étrangère à partir de traductions anglaises ou françaises. Ces traductions s'empilent chez elle dans des boîtes, elle n'a jamais envisagé de les faire publier, seul compte le plaisir de la traduction. En fait, Aaliya n'a jamais envisagé que son travail puisse intéresser quelqu'un d'autre qu'elle-même.

L'histoire de sa vie, elle nous la livre peu à peu, du haut de ses soixante-douze ans dont la plupart vécus dans ce même appartement du centre de Beyrouth. Enfance, mariage, voisinage, jalousies familiales et dehors, les guerres, la menace qui rôde sans cesse au bout de la rue. En parallèle, ses vies de papier. Les auteurs qui l'aident à vivre et à comprendre le monde. Les auteurs pour qui elle vit, tout simplement.

"J'étais une lectrice vorace, mais après la mort de Hannah, je devins insatiable. Les livres devinrent mon lait et mon miel. Pour me réconforter, je me récitais des formules naïves du genre "Les livres sont l'air que je respire", ou pire, "La vie n'a pas de sens sans la littérature", tout cela en une faible tentative d'éviter le fait que je trouvais le monde inexplicable et impénétrable. Comparée à la complexité de la compréhension du chagrin, Foucault ou Blanchot sont dans la catégorie des livres pour enfants."

En côtoyant Aaliya, peu à peu ce sont les réalités de la société beyrouthine qui s'offrent à nous, une société qu'elle observe avec lucidité, humour et surtout une bonne dose d'ironie nécessaire. Comment comprendre un monde où l'on s'entretue à longueur de temps ? Comment ne pas chercher des réponses auprès des grands auteurs ?

"La première réaction que l'on peut avoir est de se dire que les Beyrouthins doivent être sauvagement fous pour se massacrer les uns les autres au nom de divergences aussi triviales. Ne nous jugez pas trop sévèrement. Au cœur de la plupart des antagonismes se trouvent des similarités inconciliables. Des guerres de cent ans furent livrées pour divergences sur la question de savoir si Jésus était humain de forme divine ou divin de forme humaine. La foi est assassine".

Ce roman nous offre un magnifique personnage de femme, éprise de liberté, amoureuse de son pays autant que de la littérature. Un regard aussi sur le souffle, l'oxygène que fournit cette fenêtre sur le monde que sont les livres. Mais sur ce thème assez souvent abordé par les écrivains, c'est l'érudition joyeuse et généreuse de l'ensemble qui emporte le morceau. La démonstration parfaite de la façon dont la littérature nourrit un être.

Un roman enthousiasmant, dépaysant et délicieusement intelligent.

"Les vies de papier" - Rabih Alameddine - Les Escales - 330 pages (traduit de l'anglais par Nicolas Richard)

Voir aussi le billet enthousiaste de Clara.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
je trouve cependant que la traduction n'est pas terrible, ce qui est un comble pour une histoire de traductrice. Quelqu'un peut-il m'expliquer par exemple ce que signifie la phrase suivante (page 25) "il aurait pu me traiter comme le produit dispensable de sa côte"?
Répondre
N
Peut-être faudrait-il contacter la maison d'édition (Les Escales) afin de leur faire part de votre remarque ?
E
Je reviens de ma librairie et j'ai craqué, je l'ai acheté ! J'ai aussi pris deux polars Carnaval de Ray Celestin et Yeruldelgger de Ian Manook.
Répondre
N
C'est toujours risqué d'aller dans une librairie, j'en sais quelque chose :-) ; je suis ravie, c'est un très beau livre. Quant à Yeruldegger, je n'ai lu que le second volet mais c'est vraiment très bien fait... dans un tout autre genre. Bonnes lectures Eliane !
C
tu ne pouvais que l'aimer !
Répondre
N
Oui, je n'étais pas très inquiète, entre la recommandation de ma meilleure amie qui l'avait lu en anglais et ta récente chronique, le risque n'était pas très grand :-)
Z
Je l'ai noté et tu confirmes mon envie de le lire
Répondre
N
C'est vraiment un très joli livre, j'espère qu'il rencontrera un public le plus large possible.
P
Très séduisant. Encore une fois, le pouvoir de la littérature est immense.
Répondre
N
Immense, oui. Et particulièrement bien traité dans cet ouvrage.
D
Evidemment, le sujet est tentant... D'autant que le traitement semble réussi. Attention, ma pal risque de s'effondrer ;-)
Répondre
N
C'est un livre pour toi, Delphine, c'est sûr !
E
Ce livre a l'air envoûtant et reflète le plaisir que procure l'amour des livres ! j'en ai aussi entendu parler et je le mets sur ma liste de voeux !
Répondre
N
C'est en effet un livre magnifique qui vaut le détour. J'espère que vos voeux seront exaucés !
N
Rien que le titre... je craque déjà !
Répondre
N
Tu peux, parce que le titre reflète parfaitement la teneur du livre. Beau et fort.
M
Décidément nous avons des goûts communs....et apprécions les mêmes lectures ! MYLENE des cousines de lectures
http://cousineslectures.canalblog.com/archives/2016/10/02/34352905.html
Répondre
N
Oui c'est vrai, nous partageons un certain nombre de lectures et celle-ci en est un bel exemple (j'avais vu cette chronique sur Babelio en allant déposer la mienne :-) ).