Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Le suspendu de Conakry - Jean-Christophe Rufin

23 Avril 2018 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans, #Polars

Quand l'un de mes auteurs préférés s'offre un divertissement littéraire, je le suis. De toute façon, au risque de me répéter, Jean-Christophe Rufin pourrait écrire le bottin, je le suivrais. L'une des raisons pour lesquelles j'apprécie sa prose est justement sa faculté à explorer différents genres, à passer du roman historique (L'Abyssin, Le Grand Cœur...) au roman contemporain (Katiba, Check-point...) tout en s'offrant un détour par le roman d'anticipation (Globalia) et en se livrant avec beaucoup de talent à l'exercice de l'autobiographie (Un léopard sur le garrot). La richesse de son parcours, ses multiples vies et centres d'intérêt lui permettent de puiser une matière passionnante. Son talent de conteur fait le reste.

Le voici donc qui lorgne du côté du polar, se dote d'un héros récurrent (ou devrions nous dire d'un anti-héros) et annonce au moins trois aventures d'Aurel Timescu, Consul de France. Ceux qui connaissent un peu l'histoire de Jean-Christophe Rufin ne sont pas très étonnés de trouver cette référence à son expérience en tant que diplomate (il fut Ambassadeur de France au Sénégal il y a quelques années) ; mais comme il l'a expliqué lui-même lors d'une rencontre au Divan, devoir de réserve oblige, hors de question de livrer ses mémoires avant d'être sur son lit de mort. Le personnage d'Aurel Timescu est assez éloigné de lui pour que "toute ressemblance avec des faits ou des personnages ayant existé..."

Bref. Parlons d'Aurel donc. Un drôle de spécimen. La risée du Consulat de France en Guinée où il occupe un placard, sans connexion internet et sans ligne téléphonique. Il a l'habitude Aurel, toujours envoyé dans des endroits si improbables que même sa femme n'a jamais voulu le suivre. Ils ont fini par divorcer même si c'est grâce à elle qu'il a obtenu la nationalité française, lui le réfugié politique roumain, racheté par sa famille au régime de Ceaucescu. Aurel n'aime pas le climat trop chaud de l'Afrique, peu adapté à sa garde-robe composée essentiellement de tweed. Amateur de Tokay, ancien pianiste de café-concert, il traîne également un accent haut en couleurs, tout en roulement de r. Habitué à faire profil bas, son intérêt est soudain éveillé par une macabre découverte, le cadavre d'un plaisancier suspendu au mât de son yacht dans la marina de Conakry. Le Consul général étant en déplacement, Aurel s'empare de l'affaire sous couvert de gérer la relation avec la famille de ce ressortissant français. Et tout en gardant le rythme d'ingestion de ses bouteilles de vin blanc entreprend de retracer le parcours du mort, en prenant soin de ne froisser aucune susceptibilité.

L'occasion est belle pour l'auteur de donner un aperçu de la subtilité de la gestion des relations diplomatiques entre les différents intervenants, sur un continent dont il a eu l'occasion de goûter les coutumes. Mais le personnage d'Aurel est une vraie trouvaille. Doté d'une réelle empathie et d'une sensibilité à fleur de peau, lesté d'un passé qui lui a permis de faire connaissance avec les méthodes particulières d'un régime dictatorial, il se révèle d'une passionnante complexité et d'une imprévisibilité totale. Tout en faisant preuve d'une acuité supérieure à la moyenne quant à l'appréhension de la nature humaine. Si la progression dans l'enquête et l'élucidation du crime se suivent avec intérêt, c'est vraiment Aurel qui emporte le morceau. Il intrigue, surprend, émeut... et donne sacrément envie de le retrouver dans de prochaines aventures.

Le deuxième volet est déjà écrit, le troisième est en cours. On peut prendre cette série comme un divertissement, ce qu'elle est et ce que revendique l'auteur, mais un divertissement qui bénéficie de l’œil exercé de Jean-Christophe Rufin et trouve une cohérence intéressante au sein d'une œuvre qui exprime une certaine vision du monde et fait la part belle aux "rêveurs qui agissent" comme les désigne leur créateur.

"Le suspendu de Conakry" - Jean-Christophe Rufin - Flammarion - 310 pages

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Martine 23/01/2019 15:49

J aime beaucoup cet auteur par la variété de ces sujets, mais le policier n étant pas mon genre préféré, je n ai que moyennement apprécié l'intrigue, mais qui n est,en fait, que le prétexte à traiter d'autres sujets;

Les roumains perdus dans l exil
Les dessous & bassesses des services des consulats
Le trafic de drogue

Nicole Grundlinger 24/01/2019 09:44

Rufin varie les plaisirs, moi aussi je le préfère dans une veine historique mais ce roman est en effet un prétexte pour aborder des sujets qu'il a expérimentés dans ses multiples vies, notamment d'ambassadeur de France.

Joëlle 25/04/2018 10:38

Voilà un Rufin qui ne me tente guère...parfait pou ma Pal !

Nicole Grundlinger 25/04/2018 16:52

Ben oui mais tu n'es pas une inconditionnelle, toi :-) :-) :-)

Patrice 24/04/2018 21:35

Très intéressant ! Le hasard fait que je suis en train de finir "Le collier rouge" du même auteur et je ne peux qu'aller dans ton sens sur le talent de conteur. J'ai mis de côté "Le grand coeur" et je note avec intérêt ce titre, merci !

Nicole Grundlinger 25/04/2018 16:52

Des thèmes très différents mais c'est ce qui fait son charme ! (Si tu aimes ses romans historiques alors je te conseille vivement de lire son premier roman, L'Abyssin (Folio) qui est vraiment extra !)

Matatoune 23/04/2018 21:04

Ce nouveau roman m'attend ...J'ai hâte! Merci

Nicole Grundlinger 24/04/2018 17:01

Je comprends ! Bonne lecture alors :-)

Delphine-Olympe 23/04/2018 09:18

Mais ça a l'air drôlement bien, ça ! Espérons que ce livre plaise à mon fils aîné, qui vient de le commencer...

Nicole Grundlinger 24/04/2018 17:00

En tout cas je suis bien curieuse de connaître son ressenti sur celui-ci... 14 ans... Rufin va être content si son lectorat rajeunit ainsi :-)

Delphine-Olympe 24/04/2018 10:18

Moi non plus, je ne connais pas très bien les goûts de mon fils ! :-)) Ils sont très éclectiques et très évolutifs, ce qui est tout à fait normal à son âge. Ce qui est sûr, c'est qu'ils sont très différents des miens et que le plus sûr moyen pour qu'il abandonne un livre en route ou qu'il refuse carrément de le lire c'est que lui dise que je le lui recommande ! Mais bon, il a 14 ans... :-)

Nicole Grundlinger 23/04/2018 15:13

Je ne connais pas les goûts de ton fils aîné donc difficile de me prononcer... Je suis donc curieuse de savoir ce qu'il en aura pensé quand il l'aura terminé.