Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Ta vie ou la mienne - Guillaume Para

1 Avril 2018 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

Peut-on échapper à sa condition ? Infléchir la trajectoire d'une vie ? Croire au bonheur quand aucune fée bien intentionnée ne s'est penchée sur son berceau ? Ces questions sous-tendent le premier roman de Guillaume Para, journaliste politique qui choisit la fiction pour explorer quelques thématiques de société au travers de deux mondes qui se côtoient sans trop se mêler. Il nous livre un roman à l'intrigue tendue, au ton âpre, râpeux comme les obstacles auxquels se heurte son héros, illuminé par de rares moments traversés par des éclairs de bonheur. Et par une intense histoire d'amour.

Hamed et Léa n'étaient pas faits pour se rencontrer. Lui, né à Sevran avait pour seule perspective la cité et ses violences qui ont déjà eu raison de la vie de son frère ainé. Recueilli à treize ans par son oncle et sa tante après le décès de son père, il débarque à Saint-Cloud, l'une des communes les plus huppées des Hauts de Seine. C'est ici que vit Léa, à l'abri de l'enceinte du Parc de Montretout, sorte de ghetto de riches. Famille ultra catholique, père reconverti dans la communication politique après avoir lui-même fréquenté les cabinets ministériels, bref, de l'argent et du réseau. Léa et Hamed se rencontrent au lycée, grâce à François le meilleur ami d'Hamed secrètement amoureux de la jeune fille. Hamed ne vit que pour le football, sport dans lequel il excelle, encouragé par le père de François, un ancien joueur professionnel. Léa traîne une tristesse silencieuse qui intrigue les deux jeunes hommes. L'attirance entre Léa et Hamed est aussi puissante qu'inattendue. Un amour total qui semble les conduire droit vers le bonheur. Sauf que le destin en a décidé autrement... Lorsque le drame survient, Hamed est brutalement arraché à sa carrière prometteuse et aux bras de Léa. Direction Fleury-Mérogis. Retour à la case violence, cent fois pire que celle à laquelle il a échappé à Sevran...

Dans ce roman, la violence qui sous-tend les rapports entre les différents protagonistes est une sorte de fil rouge qui se faufile un peu partout. La loi des caïds de la cité de Sevran, la loi du plus fort qui régit le quotidien des prisonniers mais également celle des cours de récréation, des terrains de football et celle, plus sournoise qui sévit à l'abri des murs capitonnés des maisons bourgeoises. Sur ce chemin marqué par la violence, Hamed avance, trébuche, tombe, se relève, avance toujours, lesté de tout son passé dont il tente de s'alléger. Des rencontres capitales, des figures bienveillantes... mais sera-ce suffisant pour compenser cette charge qui semble se rappeler à lui dès qu'il entrevoit le bonheur ?

J'ai dévoré ce roman d'une traite, y compris les passages très passionnés sur le football, moi qui ne suis pas du tout fan de ce sport. Mais l'auteur dit très bien le pouvoir de la passion qui s'exprime dans la pratique d'un sport, et qui agit comme un baume sur les blessures de l'âme. Le regard posé sur la société contemporaine est malheureusement très lucide, on dirait bien qu'il n'y a plus trop de place pour les contes de fée. Mais il y a de la place pour les romanciers qui tentent d'y croire encore.

"Ta vie ou la mienne" - Guillaume Para - Editions Anne Carrière - 198 pages

 

 

Sélection Hiver / Printemps 2018

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

monpetitchapitre 19/07/2018 16:50

Ce roman m'a paru trop convenu et prévisible. J'ai eu l'impression que l'auteur avait un message à faire passer et qu'il a écrit une histoire dessus, en oubliant la qualité littéraire.
Et pour le coup, j'ai bien aimé les passages sur le foot, parce que j'adore ce sport!

Nicole Grundlinger 20/07/2018 17:34

Qu'on apprécie ou pas le foot, je pense que l'on peut se rejoindre là-dessus :-)
Je n'aime pas le foot surtout pour son environnement mais j'aime le sport et je trouve que ces passages sont effectivement très réussis. Pour le reste, je peux comprendre ton ressenti même si je n'ai pas eu cette impression.

Delphine-Olympe 18/07/2018 19:58

Ah oui, à la lecture des premiers mots, je me souviens de ta chronique... On voit vraiment passer trop de choses sur le net, trop en tout cas pour mon petit cerveau ! :-))

Nicole Grundlinger 19/07/2018 13:06

;-)

Delphine-Olympe 01/04/2018 19:58

Très intéressant, évidemment.
Une thématique très proche du dernier roman que je viens de lire (et dont je n'ai pas encore écrit la chronique, Le bruit du monde de Stéphanie Chaillou), quoi que le traitement n'ait de toute évidence absolument rien à voir. Mais au coeur de ces deux romans, la même question : peut-on échapper au destin que dessine notre appartenance sociale ? Une question à laquelle on aurait désespérément envie de répondre par l'affirmative...

Nicole Grundlinger 02/04/2018 14:06

Effectivement pour ce que j'ai perçu du style de Stéphanie Chaillou dans son dernier livre, le traitement est forcément très différent (et l'écriture aussi...) ; ceci dit le thème est forcément très questionnant pour un romancier...