Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Helena - Jérémy Fel

23 Août 2018 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans, #Coups de coeur

Dévoré en un week-end ! 700 pages englouties avec une avidité qui ne s'est pas démentie au fil de l'intrigue, à peine le temps de piocher quelques nutriments et autres vitamines pour tenir le choc. Pas envie de le poser... et surtout pas avant de savoir qui est Helena ! Ce que réalise Jérémy Fel est phénoménal et pouvoir mesurer sa progression depuis Les loups à leur porte, son premier roman si singulier et déjà prometteur est tout simplement passionnant. Helena va captiver des tonnes de lecteurs, ça c'est certain !

Pourquoi ça marche ? Peut-être parce que l'auteur parvient à maîtriser sa construction au cordeau sans se laisser dépasser par sa passion pour les maîtres U.S. de l'horreur version cinéma ou littérature. Au contraire, il s'en imprègne pour prendre un recul plus important et inviter le lecteur à entrer dans son jeu. Dans Les loups à leur porte, déjà, il fallait être attentif à bien assembler les pièces d'un puzzle dessinant un roman choral plutôt gonflé pour une première fois. Helena se révèle à la fois plus simple et beaucoup plus complexe dans l'exploration de la psychologie des personnages. Ceci dit, sans être une suite, les clins d’œil évoquant le précédent roman créent une connivence supplémentaire avec le lecteur fidèle qui retrouvera également les principaux éléments de l'univers de Jérémy Fel, les cauchemars et les monstres issus du monde de l'enfance et qui hantent les nuits des uns et des autres.

Pas de foisonnement de personnages ici mais il est surtout question de mauvaises rencontres. Lorsque la voiture de Hayley, en route pour un stage de golf tombe malencontreusement en panne sur une route déserte du Kansas, la jeune fille ne se doute pas qu'en choisissant d'accepter l'aide de Norma Hewitt au lieu de celle d'un fermier dont la tête l'inquiétait, elle fait peut-être le mauvais choix. Pour l'instant, la voilà ravie d'accepter l'hospitalité de cette respectueuse mère de famille et de faire la connaissance de ses deux fils, Graham et Tommy ainsi que de la petite Cindy très occupée par ses concours de mini miss. Le lecteur lui a un peu d'avance sur Hayley. Il sait que dans la tête de Tommy, c'est assez compliqué et que les pulsions qui le gouvernent vont un jour lui poser de sérieux problèmes. Il sait aussi que l'emplacement de la maison de Norma a un passé assez chargé puisque c'est là que trente-huit ans plus tôt, Daryl Greer avait tué ses propres parents (cf Les loups à leur porte). Bref. Le lecteur n'est pas rassuré et la suite va lui donner raison.

Pourquoi ça marche ? Mais simplement parce que les motivations de chacun des personnages nous sont parfaitement saisissables et compréhensibles, que Jérémy Fel avance à pas de loup sans pour autant étirer son propos. Qu'il utilise la quintessence de la "culture" américaine sans jamais donner l'impression de la parodier. Peut-être aussi parce qu'il construit son histoire un peu comme une série américaine et que ses dialogues sont particulièrement bien troussés.

Mais si son roman a l'apparence d'un thriller, il n'en est pas moins une interrogation originale et captivante sur la figure maternelle et son corollaire, l'amour maternel. Le projecteur est braqué sur Norma, prête à tout pour défendre sa progéniture, le côté pile en somme alors que dans l'ombre se dessine en creux le côté face...

Lorsque vous déciderez de commencer ce livre, prévenez votre entourage : il va vous rendre asocial le temps de 700 pages haletantes.

"Helena" - Jérémy Fel - Rivages - 734 pages

Même constat pour Bricabook qui parle de bombe H !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nicole 31/08/2020 11:34

ça me gène de le dire, mais j'ai abandonné ma lecture au bout de 70 pages environ.
la raison est que je n'ai pas supporté le style d'écriture, que j'ai trouvé "roman de gare".
ensuite, une ado qui abandonne son portable, dès le début ça ne me semble pas crédible.
Aucune comparaison avec Joyce Carol Oates, que j'adore.

Nicole Grundlinger 31/08/2020 16:40

Ma foi, aucune gêne à avoir, on n'est pas obligé de tous aimer la même chose. Et la question de la crédibilité ouvre à des discussions sans fin depuis la nuit des temps...

Noukette 24/08/2018 11:00

Il m'a pris aux tripes ce roman ! Outch !

Nicole Grundlinger 24/08/2018 15:13

Il est très fort le bougre !

hélène 24/08/2018 09:40

Eh bien ! il fait l'unanimité !

Nicole Grundlinger 24/08/2018 15:11

Beaucoup d'excellents retours oui et également côté libraires... Mais j'ai aussi vu une chronique exécrable (via bibliosurf, je ne me souviens plus du nom du blog) mais vraiment méchante (tellement que je me suis demandé s'il n'y avait pas une sorte de règlement de comptes derrière...)

Eva 23/08/2018 16:34

j'avais déjà été interpellée par "Les loups à leur porte", et ce 2e roman me fait plus que de l'oeil!

Nicole Grundlinger 23/08/2018 17:31

A mon avis tu vas te régaler !

keisha 23/08/2018 14:02

Pas sûr que ce soit mon style, mais comme il sera à la bibli, je peux tenter. Cependant, les histoires de maisons avec crimes dedans il y a des décennies, ça va me fatiguer, ainsi que les cauchemars et les monstres. ^_^

Nicole Grundlinger 23/08/2018 17:29

Ah alors... pas sûr en effet. Mais moi non plus je ne lis pas ce genre d'histoire d'habitude. Il faut croire qu'il y a quelque chose de plus ici :-)

krol 23/08/2018 11:14

Et une de plus ! Oh la la !

Nicole Grundlinger 23/08/2018 17:27

Désolée ! (en fait non :-) )

Electra 23/08/2018 10:58

j'ai toujours voulu lire son premier sans avoir pu le faire - le deuxième, 700 pages a l'air prometteur mais bizarrement le lieu (le Kansas)et l'histoire me rappelle un peu trop l’œuvre de Gillian Flynn du coup je suis un peu refroidie même si ta chronique me dit que c'est bon - du coup, si l'année prochaine, je le croise à la bibli, il viendra peut-être chez moi

Nicole Grundlinger 23/08/2018 17:27

Alors, pour avoir déjà lu Gillian Flynn, on n'est pas du tout dans les mêmes ambiances ; les connaisseurs utilisent plutôt des références à Stephen King et Joyce Carol Oates (mais je ne les connais pas particulièrement bien).

Mumu Dans Dans le Bocage 23/08/2018 09:09

Lu dans le cadre de la Rentrée Littéraire Lecteurs.com et ma chronique très bientôt sur mon site mais oui je ne suis pas une lectrice polar et thriller mais là..... :-):-)

Nicole Grundlinger 23/08/2018 17:25

Ah oui, ça captive... Je ne suis pas non plus une amatrice du genre mais là ça marche parce que ce n'est pas que ça. Je te lirai avec intérêt :-)

leiloona 23/08/2018 08:59

Très bon billet ! J'ai pris le parti de ne rien déflorer de l'histoire. J'aime bien ce que tu en dévoiles. ;)

Nicole Grundlinger 23/08/2018 17:24

Quelques miettes histoire de mettre en appétit :-)