Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Comme la chienne - Louise Chennevière

1 Août 2019 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans, #Coups de coeur

S'il y avait des typologies de lecteurs, je me classerais dans celles qui privilégient l'intrigue, la narration à la forme. Mon esprit cartésien ayant souvent besoin que l'on sollicite son intelligence et qu'on lui déroule quelque chose qui se tient, qui a du sens, une sorte de démonstration planquée sous des attributs bien romanesques. Ça ne veut pas dire que je ne lis que ce type de romans, que je ne suis pas touchée par d'autres écritures mais enfin, c'est plus rare... Et pourtant. Pourtant, ce sont les mots, les phrases, la musique de ce texte qui m'ont emportée, scotchée, soufflée. Au bout de quelques pages, j'avais oublié tous mes principes, seulement portée par le rythme, par la force qui se dégage de chaque image sous la plume acérée et diablement inspirée de l'auteure. Une force à l'état brut, des mots qui portent toute la violence du monde. Du style, beaucoup de style.

Ici s'entremêlent des voix de femmes, trop longtemps contenues, retenues. Les voix de toutes celles qui taisent, cachent, ignorent, oublient, refoulent, redoutent, aiment, haïssent, questionnent, subissent, se soumettent. L'auteure leur offre ici l'occasion de se lâcher, de sortir, de hurler ou de murmurer. Elles parcourent les pages gonflées de siècles de silences, se coulent de ligne en ligne comme un souffle de vie que se passeraient des individus de bouche en bouche. A travers elles, les questions universelles qui traversent chaque femme sous le regard et le joug d'une société dominée et dirigée par les hommes, jusque dans l'intimité. Et ce souffle de vie qui se transmet, anime les scènes les unes après les autres, fait rugir les mots, sans fard, crûment, avec une rare vérité. C'est fort, c'est beau, ça remue.

Pour une fois, je n'ai pas eu envie de me raccrocher à une histoire. Je voulais simplement continuer à lire, à déguster ces phrases, à me laisser surprendre par leur construction et l'usage insolite des pronoms et de la ponctuation qui contribue à ce rythme singulier. De toute façon, ce n'est pas un livre qui se raconte, c'est un livre dans lequel on entre comme dans un révélateur, parce qu'il dit des choses qui parlent forcément à chacune des femmes tapies en nous. Il met des mots sur des sensations, des doutes, des incompréhensions qui résonnent en chaque femme. Mais ces mots viennent des tripes et sont faits pour être reçus par les tripes. Ils expriment le corps, sa place, ses empêchements, ses douleurs, sa jouissance, son asservissement. Ils disent les batailles qui se livrent dans ces corps de femmes depuis la nuit des temps, et, pour chacune, un éternel recommencement.

Et moi, ce livre m'a mise K.O., par son style, sa force, son souffle. C'est un premier roman, paru en avril, discrètement. Bien trop discrètement.

"Comme la chienne" - Louise Chennevière - P.O.L - 252 pages

Ce roman est l'un des six en lice pour le prix littéraire de la Fondation pour la vocation.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Delphine-Olympe 11/06/2020 13:37

Alors là, tu m'intéresses ! Parce que contrairement à toi, et même si j'aime aussi les livres prenant à l'intrigue solidement bâtie, je cherche avant tout une voix. Et les voix puissantes, originales et personnelles sont assez rares pour que je me tourne vers ce livre.

Nicole Grundlinger 11/06/2020 18:08

Ce texte m'a fait un effet dingue, je le feuillette régulièrement et... alors que nous avons joué au jeu des incipits, ici, c'est la dernière phrase du livre qui est juste incroyable.

Antigone 10/08/2019 13:58

C'est un peu la marque de fabrique de POL le style... ;) Tu donnes envie !

Nicole Grundlinger 10/08/2019 15:21

Oui, après ça dépend lequel et... ça ne marche pas toujours :-). Là, touchée, K.O.

Géraldine 07/08/2019 12:05

C'est bien ça ces romans qui nous font oublier nos préférences et nos à priori. Je note ce titre, il devrait me parler, voire me foudroyer !

Nicole Grundlinger 07/08/2019 16:43

C'est tout ce que je te souhaite :-)

Nicolas 05/08/2019 09:10

Merci Nicole de me faire découvrir l'existence de ce livre et de cette auteure dont tu parles si bien. Cela donne vraiment envie de la lire, d'autant que, contrairement à l'année dernière, je ne trouve pas mon compte dans la rentrée 2019 de P.O.L. Et pourtant, comme ici, ils font souvent des découvertes formidables.
J'ai aussi été intéressé par la description de ton expérience de lectrice, car pour ma part c'est "presque" l'inverse : je suis incapable de m'intéresser à une histoire si l'auteur n'a pas d'abord réussi à m'embarquer par son style. De ce point de vue je ne suis pas du tout un intellectuel : ce sont mes réactions sensibles qui dominent.
Cependant reste un mystère : il arrive que je lise un livre en traduction, dont le style originel devrait donc m'être inaccessible. Et pourtant, si c'est un grand écrivain, je suis emporté également. Il y a donc autre chose.

Nicole Grundlinger 05/08/2019 14:22

Heureusement, l'alchimie qui préside à la rencontre entre un livre et son auteur reste encore un peu mystérieuse, de quoi nous réserver de belles surprises pour l'avenir. Pour moi, les plus belles découvertes sont celles qui bousculent tout ce que j'ai pu apprendre ou ressentir jusque là... C'est ce qui s'est produit avec ce roman que je n'ai pas choisi au départ mais que j'ai dû lire dans le cadre d'une sélection de prix littéraire... Peut-être aussi que l'on est prêt à un certain moment à recevoir ce pour quoi on n'était pas fait quelques années auparavant... Vivent les surprises et l'imprévu !

Mimi 01/08/2019 09:01

Un livre qui parle de la femme, des femmes, sans honte ni tabou et sans revendication de son statut non plus... voilà qui mérite lecture et si en plus le style et l’écriture sont vertigineux, on se laissera guider. Merci du partage.

Nicole Grundlinger 01/08/2019 14:24

Oh oui, il faut se laisser faire, la langue est magnifique !

manou 01/08/2019 07:58

Je ne connaissais pas du tout cet auteur mais ce que tu dis de son style me plaît beaucoup. j'aime aussi ces romans où il nous faut entrer dans une ambiance pour les déguster...Merci de cette découverte

Nicole Grundlinger 01/08/2019 14:23

Premier roman mais effectivement paru en toute discrétion... ce texte mérite vraiment le coup d’œil. Il m'a enthousiasmée à beaucoup d'égards.