Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Le sport des rois - C.E. Morgan

1 Mai 2020 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

"Crois-tu que l'histoire a été écrite par des hommes ordinaires ? L'histoire est l’œuvre des exceptions génétiques, les rebelles, les entêtés, les implacables. Les hommes qui décident de devenir différents de leurs pères. Oui, je sais que tu es une femme, mais ton esprit est celui d'un homme. De ceux qui sont prêts à tout risquer, même leur propre santé mentale, peut-être nécessairement leur santé mentale, pour accomplir quelque chose de grand, et la grandeur est absolument et toujours contingente à l'individualité".

Quel incroyable roman ! Épique, exigeant, foisonnant, ambitieux. A la fois historique, épopée familiale, analyse sociétale sous l'égide de Darwin. Dans lequel on s'immerge au triple galop, le souffle coupé. J'ai beau avoir lu un certain nombre de romans américains, je crois bien qu'on ne m'avait jamais montré les États-Unis par ce prisme de la génétique, brillamment mis en musique par le parallèle avec l'élevage de chevaux et une construction très audacieuse.

Nous sommes dans le Kentucky et cela n'a rien d'innocent. A la frontière avec l'Ohio, matérialisée par le fleuve du même nom, qui est aussi la limite entre le sud et le nord, passage obligé dans la fuite des noirs tentant d'échapper à l'esclavage. Et Henry Forge, riche propriétaire terrien, héritier d'une longue lignée d'exploitants agricoles est totalement formaté par cette culture sudiste. S'il a été à l'encontre de la volonté paternelle, c'est uniquement pour transformer l'activité du domaine et se consacrer à l'élevage de chevaux, à la recherche du parfait pur-sang. Pour le reste, les principes du sud sont bien ancrés en lui et il n'a de cesse de les transmettre à sa fille unique, Henrietta dont il assure lui-même l'éducation. Au fil des années, la jeune femme devient une experte en génétique et en reproduction, jusqu'à la naissance d'Hellsmouth, superbe jument qui semble promise à un grand avenir. Contre toute attente, Henry accepte d'embaucher un garçon d'écurie noir, Allmon, particulièrement doué avec les chevaux et de lui confier le joyau. Choc des mondes, fracas des certitudes. Dans la famille Forge, la belle assurance vole en éclats...

Il faut saluer la construction habile de ce roman qui ne cesse de surprendre son lecteur. On explore les racines du territoire, l'histoire des hommes qui l'ont bâti, l'emprise des uns sur les autres, tout ceci forme un réseau qui vient nourrir le tronc, à la jonction des destins. Il y a de la folie dans ces pages, des scènes terribles, comme celle où la toute jeune Henrietta est conviée par son père à assister à une saillie, expérience qui influera sur sa vie sexuelle pendant longtemps. Les destins d'Henrietta et d'Allmon vont se confondre un instant, dans la douleur, le poids de l'histoire étant trop lourd à porter comme on peut s'en rendre compte en plongeant dans le parcours du jeune homme, marqué par la misère, la maladie et la prison à force de se heurter à la barrière de la race. Lourd passif pour Henrietta également, pas dans les mêmes conditions mais tout aussi horrible (on ne dévoilera rien ici de la folie des hommes) ; pourtant, dans la deuxième partie du roman, sa figure s'illumine par-delà les ténèbres laissant transparaitre une impossible et douloureuse quête du bonheur.

Oui, il y a de la folie dans ce roman, mais aussi un formidable talent qui permet à l'auteure de mêler quantité de thèmes - le genre, la transmission, l'emprise, la théorie des races, la génétique, la science, la nature... - sans jamais perdre le fil de la grande fresque qu'elle déploie sous nos yeux, celle d'une histoire de l'Amérique dans toute sa brutalité. Une sacrée expérience !

"Elle comprit alors qu'il n'y avait pas de devoir, que des choix, et le choix était le plus lourd des fardeaux. Le devoir, c'était bon pour les prêtres et autres idiots. Qu'allait-elle choisir alors ? Elle révoquerait sa volonté et se permettrait d'exister".

"Le sport des rois" - C.E. Morgan - Folio (Gallimard) - 846 pages (traduit de l'anglais (E.U.) par Mathilde Bach)

Un roman repéré à l'époque grâce au billet de Papillon.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ariane 01/05/2020 11:17

Je l'ai commencé hier soir ! J'espère finir cette lecture aussi enthousiasmée que toi.

Nicole Grundlinger 01/05/2020 17:19

Ah super ! J'espère, oui que l'immersion sera enrichissante. Curieuse de ton retour de lecture :-)

keisha 01/05/2020 09:53

Pourquoi pas? Si Papillon en parle, puis toi...

Nicole Grundlinger 01/05/2020 17:18

Je l'avais repéré à sa sortie, le billet de Papillon avait renforcé mon intérêt et je n'ai pas été déçue. Des livres comme celui-ci on n'en croise pas tous les jours...