Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
motspourmots.fr

La veillée - Virginie Carton

24 Juin 2016 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

La veillée - Virginie Carton

C’est confirmé, Virginie Carton sait délicieusement bien installer une atmosphère, si possible à partir d’une situation légèrement décalée. Avec un seul objectif : nous parler de la vie, du temps qui passe, de nos rêves que l’on pourrait laisser en chemin, de la difficulté d’être soi-même quand la vie s’empresse de nous rouler dans le conformisme. J’avais été très sensible au charme qui se dégageait de son premier roman La blancheur qu’on croyait éternelle, j’ai retrouvé ici la douce nostalgie qui berce son écriture, capable de faire surgir l’émotion d’un simple regard.

La veillée est une belle histoire d’amitié. Celle qui lie Marie et Sébastien malgré les années, la distance, les vies familiales réciproques. Une amitié née pendant l’adolescence, l’époque de tous les rêves et de tous les possibles. Le temps a passé, Sébastien vit en Italie. Leurs retrouvailles se font autour de la dépouille de Victor, le père de Sébastien, qu’ils décident de veiller tous les deux pendant une nuit avant l’arrivée des pompes funèbres. Quelques heures qui vont s’avérer riches en découvertes. Sur Victor et son passé d’où émerge soudain un vieil anglais excentrique, Harold qui se matérialise en pleine nuit sur le palier avec une vieille valise emplie de souvenirs. Le dernier message de Victor à son fils. Les dernières surprises. Ensemble, Marie et Victor vont tenter de comprendre. Et revisiter le temps d’une veillée, les liens qui les unissent eux-mêmes et qui les attachent aux autres.

« Il n’y a pas nécessairement une volonté de nuire à l’autre dans le fait de garder un secret. Garder un secret, c’est aussi, parfois, ne pas vouloir abîmer un souvenir ».

Que sait-on réellement de ses parents, de leurs rêves adolescents et de leurs choix ? Et après ? Virginie Carton remonte le lien filial pour en retenir l’essentiel. L’amour, l’envie de voir ses enfants s’épanouir à leur tour. L’ultime cadeau de Victor à son fils est une incitation à ne pas oublier ses rêves d’enfant, ses utopies adolescentes, à ne pas perdre le fil de sa personnalité.

« Plus on est rêveur, plus on risque d’être déçu si l’on ne réalise pas ses rêves. Mais c’est encore pire, je crois, de n’avoir aucun rêve… »

Autour du corps de Victor, Marie et Sébastien ont l’occasion de réfléchir à leurs vies, d’éclairer les zones d’ombre qui jalonnent leur parcours et même leur relation. Virginie Carton déroule le fil avec beaucoup de délicatesse, en évitant le tragique et en lui préférant une affectueuse tendresse. La gorge se serre et les yeux s’humidifient mais le sourire flotte toujours sur les lèvres du lecteur attendri par ces deux adultes qui retrouvent peu à peu leurs réflexes de jeunesse. Jusqu’à la surprise finale, très réussie.

Une belle invitation à réfléchir sur le sens de sa vie. Parce qu’il n’est jamais trop tard.

"La veillée" - Virginie Carton - Stock - 220 pages

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Joelle 27/06/2016 11:09

un livre qui est dans ma Pal... à lire dès que j'ai épuisé les 68

Nicole Grundlinger 27/06/2016 14:29

Tu ne dois plus être très loin de voir le bout de cette première sélection je pense. Il faudra en effet profiter du petit créneau d'entre-deux pour puiser dans ta PAL ;-)

krol 25/06/2016 15:58

Et bien pourquoi pas ? Ta chronique incite à découvrir ce roman.

Nicole Grundlinger 26/06/2016 16:10

Une plume et une voix intéressantes, qui méritent le coup d’œil en effet.

Edyta 25/06/2016 15:30

J'ai déjà repéré ce roman sur d'autres blogs, je pense qu'il pourrait me plaire.

Nicole Grundlinger 25/06/2016 15:38

J'en suis sûre.

zazy 24/06/2016 22:00

J'aime ton commentaire et je note ce livre

Nicole Grundlinger 26/06/2016 16:13

Je crois que nous avons le même problème ;-)
Comment résister aux envies que font naître les billets glanés ici et là ? A tous ces volumes qui nous font de l’œil sur les tables des libraires ?

zazy 25/06/2016 19:22

Oh !! que c'est bas !! surtout que je n'arriverai jamais à lire tous les livres notés vu l'état de ma pile à lire !

Nicole Grundlinger 25/06/2016 15:37

On dirait que ta liste s'allonge :-)

Noukette 24/06/2016 20:18

La blancheur qu'on croyait éternelle m'attend... Il faut vraiment que je parte à la découverte de cette auteure !

Nicole Grundlinger 25/06/2016 15:37

C'est avec La blancheur... que je l'ai découverte et cette seconde lecture confirme tout le bien que je pense d'elle. Peut-être grâce à cette atmosphère bien restituée des années 80 qui facilite l'identification.

Patrice 24/06/2016 13:20

C'est un livre qui offre une vraie réflexion sur la vie, la mort, l'amitié, sur qui nous sommes vraiment et le sens donné à la vie. Je partage ton opinion en regrettant peut-être des passages un peu trop "construits" (ex : épisode de la valise)

Nicole Grundlinger 25/06/2016 15:35

Je suis d'accord, il y a quelques imperfections mais globalement, ça marche bien, il y a une vraie tonalité que l'on retrouve au fil de ses livres et que j'apprécie de plus en plus.

clara 24/06/2016 10:37

tu as été conquise comme moi !

Nicole Grundlinger 24/06/2016 11:43

Oui, j'aime beaucoup sa plume. Légère mais précise pour aborder des sujets qui nous touchent forcément.