Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
motspourmots.fr

Trois jours avec Norman Jail - Eric Fottorino

3 Juillet 2016 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

Trois jours avec Norman Jail - Eric Fottorino

"Ce que j'aime dans le roman, c'est qu'il dit la vérité. Dans la vie, on passe son temps à mentir aux autres et, plus grave, à se mentir. On esquive, on tait, on tord. Le roman, lui seul, touche au vrai, sous prétexte de tout inventer. Vous lirez, ici tout est vrai car rien n'est vrai."

Cette déclaration, c'est Norman Jail, un écrivain un peu mystérieux, l'homme d'un seul roman à succès publié dans les années 40 qui la fait à la jeune étudiante venue l'interviewer dans sa tanière. Au fil de leur entretien, le mystère autour de Norman Jail semble s'épaissir plutôt que s'éclaircir. Qui est-il vraiment ? Pourquoi ces dizaines de manuscrits non publiés sont-ils bien rangés dans sa bibliothèque ? Quelle est la véritable histoire autour de ce qu'il pense être le livre de sa vie, dont le manuscrit aurait été emporté par la femme qu'il aimait et qui l'a quitté ? Peut-on faire confiance à son récit qu'il prend un malin plaisir à parsemer de mensonges avoués et de fausses pistes ? Et quelle est la réelle raison de la présence de son interlocutrice dont le visage semble réveiller en lui de lointains souvenirs ?

J'ai mis longtemps à me décider à lire Trois jours avec Norman Jail, attirée par le thème mais inquiète à l'idée de retrouver des choses déjà un peu vues (le coup de l'interview de l'auteur mystérieux, ce n'est pas très nouveau ; la réflexion sur le rapport entre vérité et fiction non plus). En fait, j'ai eu raison de m'inquiéter car ma lecture s'est avérée parfois laborieuse. Comme si l'auteur forçait un peu trop sur la technique, au détriment de la fluidité romanesque. Alors certes, le fait de rendre le personnage de Norman Jail plutôt antipathique nourrit le propos et contribue fortement à la réaction de recul de la part du lecteur. Mais ce n'est pas seulement ça. Il y a ces jeux de mots dont l'auteur parsème le récit, certainement pour contribuer à éclairer son thème sur les faux-semblants que sème l'écrivain. Mais moi, ils m'ont profondément agacée au point de gâcher ma lecture.

Forcément, on reçoit aussi un livre par rapport à ce que l'on a déjà vécu et déjà lu. L'exploration des mystères de la création littéraire est un thème très couru chez les romanciers. Je n'ai pu m'empêcher de comparer avec Buvard (Julia Kerninon) ou avec la virtuosité de Ian McEwan qui s'est emparé de ce thème à deux reprises avec Expiation et Opération Sweet Tooth, des livres très différents qui m'avaient non seulement convaincue mais divertie, grâce à une maîtrise parfaite de la mise en abyme.

Reste quelques observations bien senties sur l'écriture, l'inspiration et le métier d'écrivain. Une ambition littéraire certaine mais qui n'a pas trouvé d'écho en moi. Dommage parce que j'apprécie énormément Eric Fottorino, sa superbe initiative avec le journal Le 1 et ses savoureuses chroniques sur le vélo. Pas grave, ça marchera sûrement mieux une prochaine fois.

"Trois jours avec Norman Jail" - Eric Fottorino - Gallimard - 202 pages

Si Delphine n'a pas apprécié non plus, Clara et Papillon l'ont beaucoup aimé. A chacun de se faire son propre avis...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Noukette 07/07/2016 10:53

Commencé puis laisse de côté mais je compte bien y revenir... Sur le papier il a en tous cas tout pour me plaire, à voir... ;-)

Nicole Grundlinger 07/07/2016 16:21

A suivre alors ! (moi aussi, sur le papier il avait tout pour me plaire :-( )

clara 04/07/2016 07:57

contrairement à toi, j'ai trouvé très fluide la narration et le thème (déjà abordé dans l'autres livres) très bien exploité.

Nicole Grundlinger 04/07/2016 15:44

Oui, j'ai vu ton billet ainsi que d'autres avec le même enthousiasme. Tout cela prouve que nous ne sommes pas des clones... Tant mieux pour la diversité de l'offre littéraire !

Eva 03/07/2016 19:02

grosse déception pour moi, j'ai trouvé ce livre beaucoup trop scolaire ...et comme Delphine c'était aussi mon premier Fottorino...

Nicole Grundlinger 04/07/2016 15:46

Scolaire je ne sais pas, mais à la technique trop apparente, ça c'est sûr. Je ne m'interdis pas d'essayer autre chose chez Fottorino, peut-être ses récits plus personnels... à voir.

Delphine-Olympe 03/07/2016 15:59

Nous avons eu la même perception. J'avoue que, moi aussi, les jeux de mots à répétition m'ont passablement agacée...
C'était pour ma part mon premier Fottorino. On ne peut pas dire qu'il m'ait donné envie de récidiver. Pourtant, tu sembles dire qu'il a écrit quelques très bon textes ?

Nicole Grundlinger 03/07/2016 16:11

Alors moi j'ai surtout lu ses chroniques sur le vélo (on est des accro au sport à la maison, sous toutes ses formes, de la pratique au spectacle télévisuel ou dans les tribunes en passant par la littérature) et suivi sa carrière journalistique et de patron de presse. C'était aussi mon premier roman de lui...

krol 03/07/2016 12:59

Oh ! Jecommence à lire ta chronique, je me dis "tiens c'est un livre pour moi et puis j'adore Fottorino" mais plus j'avance dans ma lecture, moins j'ai envie de le lire et pourtant les jeux de mots j'adore, alors... oui il faudrait que je me fasse mon propre avis...

Nicole Grundlinger 03/07/2016 13:49

Comme tu le vois, les avis sont partagés, et il y en a de très très bons... Dans ce cas, le mieux c'est effectivement de se faire son propre avis. Et je trouve ça intéressant d'ailleurs quand un livre suscite des réactions très différentes. Au moins, il n'est pas aseptisé, il prend un risque, ça marche ou pas.