Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Courir après les ombres - Sigolène Vinson

28 Septembre 2016 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans

Courir après les ombres - Sigolène Vinson

Parfois, un bon roman vaut mieux que tous les longs discours. Courir après les ombres est de ceux qui ouvrent les yeux, n'hésitent pas à violenter un peu leurs lecteurs... car il faut bien ça pour donner à réfléchir sur l'état de notre vaste monde. On pourrait le classer dans la famille des essentiels nécessaires, aux côtés de celui de Pascal Manoukian, Les échoués par exemple.

La mondialisation, l'exploitation de certaines catégories par d'autres, les ravages de la société de consommation ce sont souvent des mots, parfois quelques images mais sans plus. On discute, on condamne et puis on retourne tranquillement à ses occupations. Courir après les ombres a le mérite de mettre en scène ces concepts lointains de façon très concrète en s'appuyant sur des héros particulièrement attachants pris dans le tourbillon d'un monde violent et hypocrite.

Il y a d'abord le décor. L'Afrique, Djibouti, la mer Rouge et puis plus loin le golfe d'Aden, et la route vers l'Asie. Décor paradisiaque, ilots de pauvreté, mainmise des grandes puissances sur les matières premières, enjeux d'influence. Paul Deville est un professeur d'économie reconverti dans les affaires pour le compte de la Shanghai Petroleum, chargé de négocier l'implantation de la Chine en Afrique. Un homme aux motivations complexes, un homme qui oscille constamment entre quête d'un monde enfoui et fuite en avant. Un homme qui s'accroche à des rêves, inscrit ses pas dans ceux des écrivains et explorateurs qui ont avant lui arpenté ce pays pour mieux oublier les intérêts qu'il sert, tout en se persuadant qu'il a le pouvoir de renverser le jeu.

"L'important était d'avoir saisi ce que les écrivains laissent derrière eux."

Peut-être. Sauf que la réalité est tout autre. A travers les visages de Mariam la jeune pêcheuse à l'activité menacée par les cargos usines, de Cush le migrant rescapé de la traversée vers le Yemen ou de Louise qui traîne son mal de vivre sur un cargo qui la ramène vers Le Havre, c'est la crudité du monde qui défile. Ici, les destins se jouent sur des coups de dés pipés. Ici, comme partout ailleurs, les hommes et les femmes sont les victimes de décisions qui les dépassent et les gomment. Impossible d'ignorer en refermant ce livre, à quel point chacun d'entre nous est minuscule face aux forces puissantes qui s'exercent. A quel point nous n'avons plus, chaque jour qu'à faire de notre mieux. Et surtout à continuer à rêver, malgré tout.

Ce livre est un vrai bonheur de lecture. Grâce à la sensibilité de l'auteure qui parvient à faire émerger du chaos des figures magnifiques, et qui ne renonce jamais, malgré un propos sans fards à croire au pouvoir de l'imaginaire. Il dégage une petite musique mélancolique, tristement belle, qui ne vous lâche plus pendant un bon moment. Essentiel vous dis-je.

"Courir après les ombres" - Sigolène Vinson - Plon (et Pocket) - 202 pages

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Noukette 28/09/2016 23:03

De cette auteure, je n'ai lu que Le caillou, très envie de découvrir ce texte un jour !

Nicole Grundlinger 30/09/2016 08:57

Oh oui, tu as raison, c'est l'ensemble qui fait le charme et surtout la force, la rencontre et le rapport de forces (perdu d'avance ?) entre deux univers totalement opposés (qui se retrouve aussi dans l'écriture qui oscille entre poésie et crudité), c'est la sensibilité de l'auteure qui en fait la réussite.
Personnellement je l'ai préféré au Caillou même si j'ai beaucoup aimé ce dernier. Certainement une question de propos.

adèle 29/09/2016 17:10

Ici, le message sur la mondialisation, la pollution, l'exploitation des hommes et de la planète, oui bien sur, mais ce n'est pas ce que j'ai aimé dans Courir après les ombres
Ce livre m'a plu pour la poésie du texte et la vision romantique des personnages.

J'ai préféré Le caillou. J'ai adoré la femme, sa quête, l'originalité de la plume de Sigolène Vinson qui m'a fait voir, je le jure, de mes yeux voir cette femme-caillou.

Nicole Grundlinger 29/09/2016 14:53

Tu verras, celui-ci est beaucoup plus fort, il va plus loin que Le caillou (au demeurant fort sympathique).

Delphine-Olympe 28/09/2016 22:16

Et puis la couverture est tellement belle... Elle reflète bien l'ambiance que tu dépeins, je trouve.

Nicole Grundlinger 29/09/2016 14:51

Comme disait l'un des commentaires en réponse à mon post facebook : rien n'est à jeter dans cet ouvrage, et cette superbe photo de couverture fait vraiment partie du livre en effet.

zazy 28/09/2016 21:13

J'ai découvert cet auteur à travers "le caillou" et j'ai aimé, alors, bien sûr, je note celui-ci

Nicole Grundlinger 30/09/2016 08:58

Sinon, la version Pocket (avec la même superbe couverture) est une option hyper abordable au cas où tu ne pourrais pas attendre ;-)

zazy 29/09/2016 22:12

J'ai dépassé mon quota mensuel. J'espère qu'il sera à la bibli un jour

Nicole Grundlinger 29/09/2016 14:50

J'avais bien aimé Le caillou aussi mais celui-ci est beaucoup plus fort !