Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
motspourmots.fr

Le paradoxe du bonheur - Aminatta Forna

1 Février 2019 , Rédigé par Nicole Grundlinger Publié dans #Romans, #Coups de coeur

La voilà la bonne surprise que j'attendais ! Un roman foisonnant, moderne et ambitieux. Dans lequel je me suis immergée sans plus penser à rien d'autre qu'à la compagnie des très beaux personnages que nous offre cette jeune auteure écossaise, nourris sans aucun doute par la fibre cosmopolite que dévoile sa courte biographie. Mère écossaise, père sierra-léonais, une enfance entre Sierra Léone, Thaïlande, Iran et Zambie... une ouverture sur le monde qui irrigue ce texte et l'ancre solidement dans la réalité londonienne.

Tout comme ces renards qui ont envahi les rues de la capitale anglaise, une situation dont de récents reportages n'ont pas manqué de se faire l'écho ces derniers mois. C'est l'un d'entre eux qui figure la première apparition du roman en se faufilant entre les passants du Waterloo Bridge. Et qui va provoquer la rencontre fortuite de nos deux héros aux univers si différents que seul le hasard pouvait se mêler de les mettre en contact. Il s'appelle Attila et il est ghanéen. Psychiatre spécialiste des troubles liés aux syndromes post-traumatiques, il intervient sur les zones de conflit, partout dans le monde. Elle s'appelle Jean, elle est américaine. Scientifique, elle est à Londres pour une mission d'observation des renards et, pour boucler les fins de mois, travaille comme paysagiste auprès de particuliers. Il est au contact des atrocités commises par les humains sur d'autres hommes, elle travaille à défendre et protéger les animaux des velléités de contrôle et de destruction de ces mêmes hommes. Arrivés au mitan de leurs vies respectives, parfois nostalgiques du passé, effrayés par le futur, ils s'attachent à vivre l'instant présent. Une amitié naît et se renforce lorsque le fils de la nièce d'Attila disparait et qu'ils unissent leurs forces pour tenter de le retrouver. Jean active son réseau constitué d'individus chargés de la renseigner sur les renards : un mime de rue, des contractuels, des employés de la ville... tout un petit monde invisible qui patrouille dans les rues de Londres et va s'avérer des plus utile.

Comme je le disais en préambule, la densité de ce roman est remarquable. Grâce au petit monde "souterrain" qui s'anime sous nos yeux, c'est un autre Londres qui nous est donné à voir, multiculturel, vivant, un Londres de l'entraide et de la débrouille sociale. Les backgrounds des deux héros sont impeccablement fouillés grâce à quelques flashbacks qui permettent d'observer Attila lors de ses missions ou Jean lors de son précédent travail, auprès des populations de coyotes aux États-Unis ; de mieux comprendre aussi les douleurs passées, un veuvage pour l'un, un divorce pour l'autre. Autant d'éléments de contexte utilisés pour explorer la question du bonheur et de l'aptitude au bonheur, dans un monde où la violence s'épanouit.

"Chaque fois que vous marchez sur un trottoir bondé, vous croisez des tueurs en puissance. La guerre leur en donne la permission. Nous nous plaisons à croire que les hommes sont communément bons, mais en avons-nous seulement la preuve ? Personne n'est bon par principe ; il y a juste une majorité de gens qui n'ont pas eu l'occasion de se comporter autrement".

Il y a chez Attila et Jean une forme de sagesse liée à l'expérimentation, mais également beaucoup de pudeur et d'empathie dans le regard qu'ils portent sur chaque individu. Il y a chez eux ce conflit permanent entre l'envie de retenter quelque chose, de se laisser aller aux sentiments qui les envahissent et puis la vieille peur de souffrir. Pourtant "qu'est-ce qu'une vie sans incident ? Est-ce même possible ?" demande Attila à juste titre.

Avec ce roman, j'ai retrouvé le même plaisir qu'avec les livres de William Boyd (compatriote de l'auteure avec laquelle il semble partager d'autres influences) qui vous entrainent de façon très immersive dans un univers particulier et offrent un vrai regard sur le monde qui nous entoure. Une lecture dont on ressort un peu plus riche.

Suivez le renard, c'est un vrai régal !

"Le paradoxe du bonheur" - Aminatta Forna - Delcourt - 414 pages (traduit de l'anglais par Claire Desserrey)

Un enthousiasme partagé par Clara.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Antigone 10/02/2019 21:24

Oh tu donnes vraiment envie de lire ce roman !! Merci de le présenter pour les coups de coeur. ;)

Nicole Grundlinger 11/02/2019 09:41

Ravie de le partager et de lui offrir un peu plus de visibilité.

Ariane 03/02/2019 21:36

Je n'ai pas le choix, je note !

Nicole Grundlinger 04/02/2019 15:32

On a toujours le choix mais là... ce serait dommage de ne pas :-)

Ann 02/02/2019 10:40

C'est très tentant ma foi !

Nicole Grundlinger 02/02/2019 17:36

Il y a des tentations auxquelles on ne regrette pas de céder... :-)

Tania 01/02/2019 18:37

Voilà qui m'intéresse, je le note, d'autant plus que j'aime beaucoup W. Boyd. Ce billet m'a fait penser aussi à Zadie Smith (Ceux du Nord-Ouest).

Nicole Grundlinger 02/02/2019 17:36

J'avoue ne pas avoir lu Zadie Smith jusqu'à présent donc pas moyen pour moi de comparer. Mais si tu aimes (ce qu'il me semble) les auteurs britanniques et particulièrement William Boyd, il ne faut pas hésiter à découvrir cette jeune auteure (dont c'est le 4ème roman mais seulement le 2ème traduit en France)

Electra 01/02/2019 17:50

quel enthousiasme ! du coup je le note - il arrivera bien dans ma BM !

Nicole Grundlinger 02/02/2019 17:33

Oui, guette-le j'espère qu'il arrivera car il devrait te faire passer un bon moment.

zazy 01/02/2019 17:14

Encore une fois, ton commentaire fait que j'i une ngrosse envie de ce livre !!

Nicole Grundlinger 01/02/2019 17:20

Et je crois que tu dois suivre ton envie (ça m'étonnerait bien que tu n'aies pas le même coup de cœur que Clara et moi ;-) )

Clara 01/02/2019 10:32

J'ai adoré ce livre bourré de qualités !

Nicole Grundlinger 01/02/2019 15:57

On est d'accord ! (comme souvent)

Kathel 01/02/2019 08:20

En lisant ton résumé je pensais à William Boyd, avant que tu ne le cites, Orages ordinaires notamment... Ce qui me confirme dans mon envie de lire ce roman !

Nicole Grundlinger 01/02/2019 15:56

Oui, Orages ordinaires, forcément, qui se passe aussi à Londres dans les coulisses... Histoire complètement différente bien sûr mais on est dans la même veine et l'élève ne démérite pas :-)

krol 01/02/2019 07:17

Dejà noté chez Clara, j'essaierais bien de l'acheter aujourd'hui.

Nicole Grundlinger 01/02/2019 15:54

Et aussitôt dit, aussitôt fait ;-)